Ces souvenirs que vous pouvez désamorcer pour avancer …

Changer de vie n’est pas synonyme d’abandon total …

Vous souhaitez changer de vie, donner à votre existence plus de Sens ? Beaucoup de gens pensent que le changement de vie passe par un « coupage » de ponts avec l’entourage ou un grand déménagement au vert. Ces visions correspondent tout à fait à ce que les médias transmettent et vendent à travers des « success stories » du type : « Ce couple d’informaticiens a tout quitté pour aller élever des chèvres en Ardèche » et autres clichés… Cette pression ambiante veut nous faire croire que pour changer son destin il faut forcément revenir à la case Départ… Rien n’est plus faux ! Changer de vie peut être tout simplement changer de mentalité face aux autres, à l’avenir, réaliser un vieux rêve enfoui ou, enfin, changer de domicile. Souvent le bon amène le bon, c’est pourquoi un changement de vie peut s’accompagner pour ne pas risquer un retour en arrière.

Un changement trop radical et c’est retour à la case Départ …

Je n’ai rien contre des médias qui « vendent du rêve » à ceux qui s’ennuient ou qui n’ont pas le courage de « changer de vie » eux-mêmes et qui donc se passionnent pour ces émissions de télé-réalité où les autres « sautent », eux, le pas… Par contre je trouve qu’il est dangereux de ne pas montrer également suite. Que deviennent les parisiens informaticiens devenus éleveurs de chèvres au fin fond de l’Ardèche, 5 ans, 7 ans, 10 ans plus tard ? Pour beaucoup, c’est justement le retour à la case Départ.

Pour une île de rêve …

Une personne passait ses vacances au bout du monde sur une plage de rêve. Elle ne vivait plus que pour cela. Toute l’année sa vie était mise entre parenthèses et tout ce qui importait pour elle était de réunir l’argent nécessaire à un nouveau voyage. Peu importe l’emploi choisi, elle était prête à tout (balayer, vendre des crêpes à emporter, faire le ménage à gauche, à droite pour des gens qui la traitaient comme une moins que rien…) pour avoir toujours plus d’argent et vivre son mois de rêve qu’elle passait à se faire photographier en maillot de bain dans le sable blanc… Puis lassée de payer un hôtel elle a eu pour projet de trouver un conjoint sur cette île. Elle finit par y arriver mais la relation s’avéra d’emblée compliquée. L’homme ne parlait pas un mot de français, il avait une mère très présente et très intrusive qui ne vit pas l’arrivée de la jeune fille d’un bon oeil… Elle qui était très indépendante s’ajouta donc une contrainte familiale qu’elle n’aurait pas tolérée venant de sa propre famille ! Rapidement, l’homme, qui lui ne rêvait que de quitter son île paradisiaque pour vivre dans une grande ville (on veut souvent ce qu’on n’a pas…), arriva à la convaincre de monter une petite affaire à Paris, lui promettant qu’ils reviendraient souvent sur ladite plage de rêve… Lui se retrouva sans papiers, il ne pu travailler, elle se retrouva à cumuler des petits jobs dévalorisants… Après quelques années de galère ils repartirent « au paradis », se séparèrent et la jeune fille devenue jeune femme trouva un autre compagnon. Lui aussi voulait quitter son île, l’histoire se répéta donc… A la quarantaine, la femme se retrouva de nouveau à Paris, symbole de ce qu’elle considérait comme « ses échecs », sans emploi, avec aucune expérience significative. Elle admit d’elle-même : « Mon grand rêve a gâché ma vie ! ». Aujourd’hui cette personne envie beaucoup ses amis et amies, qui eux, ont, à force de persévérance, ce qu’elle qualifie de « vraie vie » ou de « vrai emploi ». Elle ne tolère pas que certains soient, pendant son absence, devenus propriétaires ou parents ou qu’ils aient réalisé leurs rêves d’entrepreneuriat. Il y a là une certaine rancoeur. Pourtant, davantage de « vision », un accompagnement au changement ou à la transition lui aurait probablement permis de sortir victorieuse de son aventure, sans avoir à trouver de conjoint pour une raison « d’intérêt »… C’est un simple exemple de comment le grand changement de vie peut « déraper » et générer encore plus de frustration ! …

Votre projet est-il vraiment vôtre ?

Au cabinet, certains de mes clients arrivent avec de grands projets. C’est très positif en soi. Certains ont tout balisé de leur grand changement de vie et il n’y a rien à dire, juste à accompagner la transition. Parfois un Coaching en Leadership s’impose car ils projettent d’embaucher, de gérer des équipes. Certains ont de grands projets, d’autres ambitionnent juste le rêve d’être autoentrepreneur à leur compte. D’autres encore s’oublient dans des projets qui ne leur conviennent pas vraiment. Des conseillers Pôle Emploi, des amis, des proches leur ont conseillé de se former à telle ou telle discipline, de choisir tel ou tel nouveau métier. Le projet n’est pas vraiment le leur mais ils ont été amenés à le croire. Et rapidement ça pèche…

Moins le projet est nôtre, plus la résistance au changement est forte !

Dans ces différents cas, le premier écueil rencontré est souvent la difficulté de CROIRE EN SOI. Se mettre à son compte sans croire en soi, sans croire en son service, en son produit, rend les choses infiniment plus compliquées. Heureusement un bon coaching en Suppression de croyances limitantes ou axé sur le Sens à donner à sa vie, permet de lever la majorité des schémas erronés qui empêchent la véritable Confiance en Soi. C’est sans compter la résistance qui peut être énorme chez certains. Moins le futur projet vient de soi, plus la résistance est forte. Pourquoi se lancer sereinement dans ce qu’on croit avoir choisi lorsqu’on s’aperçoit, au fil du temps, que le choix réalisé il y a un mois, un an, trois ans, n’est pas entièrement « nôtre » ?

Les souvenirs influencent le processus

Les souvenirs de nos réussites ou de nos échecs influencent le process. L’Inconscient est une mémoire bien camouflée. Il recèle nos souvenirs enfouis, ceux qui sont trop douloureux pour appartenir à nos réflexions quotidiennes. Lorsque vient le temps du « changement de vie » (un désir souvent très légitime et très profond), les souvenirs trop lourds peuvent plomber notre confiance.

Nous sommes la résultante de notre passé

Nous sommes la résultante de notre passé. Lorsque des images négatives trop lourdes à porter s’imposent à nous, le changement peut être compromis. Il peut ne pas être durable. A la première difficulté l’homme revient dans sa bulle de confort, sa « posture » de confort. Il aura toujours une bonne raison pour avoir « échoué » dans son projet : l’argent trop absent, les autres trop peu empathiques, le piston trop répandu dans le domaine choisi, le manque de relation etc.

Ainsi je me souviens de l’histoire d’une jeune fille de 25 ans, qui avait monté son entreprise (free-lance) et qui en se rendant chez ses clients en métro, chaque jour, ne pouvait s’empêcher de se remémorer son adolescence malheureuse, l’échec cuisant de ses relations et j’en passe… Des idées parasites qu’elle ne parvint pas à surmonter si bien qu’elle mit rapidement la clé sous la porte, convaincue de ne pas mériter ce changement… Cet exemple est loin d’être extrême. Être assailli par le doute lorsqu’on tente de changer de vie est somme toute assez courant…

Dépoussiérer nos souvenirs avant de nous lancer

C’est pourquoi je recommande, avant de se lancer dans un grand changement de travailler sur soi et sur son inconscient. Il ne s’agit pas d’effacer ce qui nous compose : tous nos souvenirs… Mais plutôt de les dépoussiérer afin qu’il ne nous fassent plus « éternuer »… Car les mauvais souvenirs sont comme des objets poussiéreux qui, lorsqu’on les touche, peuvent provoquer une toux ou un larmoiement indésiré…

La première étape des coachings que je propose consiste à guérir les souvenirs douloureux. On ne les efface pas, simplement on ne leur permet plus de générer chez nous des effets secondaires inattendus, déroutants, contrôlants…

Notre mémoire, comme un iceberg …

Imaginez un iceberg. Tout le monde sait que la partie émergée de l’iceberg est ridicule par rapport à ce qui se cache sous la surface de l’eau. Il est facile de la toucher ou d’y poser le pied. Ce qui est plus difficile à atteindre (à moins de posséder un mini sous-marin ou un scaphandre protégeant du froid extrême) c’est la partie immergée de cette masse glacée… Nous pouvons comparer la partie émergée de l’iceberg à notre conscience, à ce que l’on connaît et qu’on peut facilement disséquer, étudier, analyser… La partie immergée, elle, est comparable à notre Inconscient : nos souvenirs enfouis, refoulés… des écueils sous-marins !

Vérité crue ou refoulement ?

Pourquoi nos souvenirs douloureux de l’enfance ou de l’adolescence ou les évènements actuels relevant du traumatisme, vont-ils s’enfouir directement dans notre inconscient ? Peut-être tout simplement parce que l’oubli profond est plus bénéfique à notre psychisme que la vérité crue qui ferait, comme une grenade, trop de dégâts dans notre vie. Travailler sur la mémoire revient à désamorcer la grenade. Bien que présente, elle ne risque plus d’exploser à tout moment. Sachant cela il devient plus facile de programmer une sortie de sa zone de confort ou d’engendrer un réel changement de vie.

Nos souvenirs sont des filtres. Lors d’un changement de vie il convient de travailler sur ces filtres. Un deuil compliqué peut nous permettre de mieux comprendre un client. Un burn-out professionnel de mieux aider un proche etc. Les évènements qui nous arrivent, même douloureux, ajoutent des filtres à notre vision. En version « filtre » ils ne sapent plus ni notre motivation, ni nos initiatives de changement.

Vous souhaitez engager un grand changement de vie ? Je vous invite à lire la page « Coaching Un Sens à ma Vie ».

 

Trop de chaos dans votre vie ? Et si vous testiez une nouvelle organisation ?

L’organisation ou le chaos ?

Que ce soit lors des séances de sophrologie ou de psychopratique, on constate souvent, lors de l’anamnèse, que certaines personnes décrivent leur vie comme un immense chaos où les choses semblent aller de mal en pis… Ces personnes sont souvent habituées des thérapies alternatives et ont le sentiment regrettable d’avoir « tout testé » mais que rien n’a fonctionné « avec elles ». Ces personnes trouvent souvent de bonnes raisons à l’échec des thérapies pour leur cas : « ceci est dû à mon passé », « cela vient de mon enfance », « c’est ainsi je n’ai jamais eu de chance » etc. Bien-entendu il y a dans ces bonnes raisons qu’on se trouve pour ne pas avancer et pour camper sur ses positions défaitistes, une forme de résistance… Pourtant en pratiquant l’écoute active, on constate souvent que des pans entiers de la vie de ces personnes gagneraient à être revus à la hausse par la simple mise en place de mesures organisationnelles.

Accepter de changer ses méthodes

Le mot « organisation » peut faire peur car il suggère en premier lieu que, jusqu’ici, nous avons été légers en matière de planification… Accepter que les choses ne fonctionnent pas de la manière dont nous les gérons actuellement est un pas en avant.

Il faut accepter de changer ses méthodes. Il y a deux concepts que j’aime appliquer à ma vie en général, à mes objectifs et à mes projets :

  • Ne cherche pas à réparer ce qui n’est pas cassé (ce concept nous vient de la SFBT : « If it’s not broken, don’t try to fix it) ou encore : « Si tout va bien ne change rien ». Cela est particulièrement vrai avec les bébés et les enfants : quand ils jouent tranquillement ou quand ils dorment il faut les laisser faire plutôt que de leur proposer autre chose. C’est également véridique dans le commerce. Pendant longtemps ma famille et moi avons fréquenté une pizzeria dont le patron était un ami. Ses pizzas étaient excellentes. Pas trop grasses avec un goût de… pizza au feu de bois tout simplement ! Mais un jour quelqu’un lui a dit que sa pâte était trop moelleuse et trop salée… Il a donc changé sa recette… du même coup il a perdu 90% de sa clientèle le mois suivant et a dû fermer boutique. Il est resté persuadé cependant que quelqu’un en ville l’avait « blacklisté ». Il avait en fait « changé une recette qui fonctionnait » mais ne voulait pas l’entendre…
  • Si quelque chose ne marche pas du tout ou peine à fonctionner avec la méthode que vous utilisez, alors changez votre méthode ! Cela est particulièrement vrai dans les affaires et dans le commerce également : certains vendeurs de services ont été réticents à se mettre au web ou à créer un site. Ils l’ont hélas payé le prix fort. Si la carte de visite classique ne fonctionne plus il faut peut-être tester la vidéo ou la pub sur sites… Même si changer de pratiques fait peur, les tester est toujours une bonne chose.

Ré-organiser pour optimiser !

Dans la vie personnelle c’est exactement pareil. Il convient de conserver les recettes qui fonctionnent et de ré-organiser le reste. C’est ce que je propose aux entreprises avec mes formations inédites toujours basées sur la conception d’outils de succès sur-mesure. C’est aussi ce que je propose aux particuliers : l’optimisation de leurs processus de réflexion et d’action.

Comment réagissez-vous face à un stress ou un changement ? Face à une réflexion de votre patron ? Montez-vous dans les tours ? Montez-vous sur vos grands chevaux ou allez-vous broyer du noir dans les toilettes ?

L’exemple de Martine dite « Titine » …

Celle que je nommerais Martine a 45 ans et déteste prendre la parole en public. Pourtant c’est ce que son patron lui impose chaque vendredi à 14h00. A 14h00 Martine se plaint d’être endormie car en pleine digestion… A 13h30 elle s’enferme, nerveuse, dans son bureau pour relire son discours hebdomadaire. Cela lui donne mal au ventre. Ensuite elle souligne en noir les termes sur lesquels elle doit mettre l’accent. Elle se parfume à outrance de peur de transpirer de stress. On la sent de loin dans les couloirs… Et chaque vendredi à 13h58 précises elle monte sur l’estrade comme on va à l’échafaud. Elle vérifie que son micro fonctionne (« 1,2, 1,2 »). Certains rigolent et plaisantent. Elle, elle a juste envie de pleurer… Elle regarde alors les gens du premier rang : elle y voit des jeunes filles de 30 ans plus à l’aise qu’elle à 45 et remarque de loin les affinités et les groupes informels dont elle ne fait pas partie, tout ça la mine. Elle bafouille, commence et personne n’écoute… Certains ne la regardent même plus lorsqu’elle s’exprime. Comme toujours son patron la remplace, agacé, promettant de la remplacer, ce qu’il ne fait jamais car personne ne veut faire les transmissions hebdomadaires à la place de « Titine » comme on l’appelle de façon assez ironique comme pour souligner son manque d’envergure…

La situation de Martine est-elle désespérée ? Non. Martine n’a simplement pas appris à communiquer clairement, à adopter une posture de pouvoir face aux autres, à se faire respecter ou à lister ses objectifs prioritaires.

En psychopratique, nous travaillons ensemble sur ses aspirations profondes. Rapidement Martine me dit que physiquement elle ne se trouve pas belle. Qu’elle voudrait maigrir.Par ailleurs elle admire des femmes fortes comme l’écrivaine Amélie Nothomb et d’autres. Elle voudrait évoluer mais personne ne lui fait confiance. Ensemble après une anamnèse poussée (qui met à jour la plupart de ses comportements erronés), nous travaillons sur ses fausses croyances puis sur une meilleure façon d’organiser sa vie. Cette nouvelle organisation va inclure une meilleure hygiène alimentaire, des vacances plus régulières avec « du sens » et des objectifs à atteindre (Martine rêve de randonnée mais à peur de ne pas être à la hauteur ou de freiner son groupe), un changement de look discuté avec une professionnelle du style et bien-entendu un coaching en leadership entrepreneurial car Martine veut changer d’entreprise. Peu à peu les choses rentrent dans l’ordre et Martine se rapproche de ce qu’elle est déjà dans le fond : une femme autonome, avec beaucoup de sens de l’humour, une empathie qui est désormais cadrée et qui ne mène plus à des dérives qui la mettent en danger… 

Désormais elle écrit son discours du vendredi la veille puis va prendre un bon bain et n’y pense plus. Elle n’est plus stressée à l’idée de prendre le micro. Elle dit clairement à son patron, avec politesse et fermeté, que si sa prestation ne lui convient pas il n’a qu’à la faire lui-même. Délestée de ses kilos en trop et avec sa nouvelle coupe de cheveux et ce style qui lui plait, Martine se sent mieux. Le travail effectué sur sa propre valeur fait qu’elle n’envie absolument plus les filles de 30 ans. Elle se fiche de ne pas faire partie des groupes informels de l’entreprise puisqu’après le travail ses copines du club Voyage et Rando l’attendent pour un prendre un verre. Quand on l’appelle « Titine », elle pose sa main sur l’épaule de son interlocuteur, le regarde dans les yeux et lui dit : « Mon nom est Martine. Mais si tu ne l’aimes pas tu peux m’appeler Mme Dupont, c’est aussi mon nom ». Lorsqu’il y a du brouhaha dans la salle alors qu’elle parle, Martine dit fermement : « De l’attention s’il vous plait. Oui la pause déjeuner est terminée ! » Martine n’a plus peur de se « faire virer », c’est elle qui veut quitter le navire et du coup son patron l’a augmentée…

Véhiculer des messages de changement profond à l’Inconscient

Il n’y a pas que le coaching et la psychopratique ou le coaching en suppression des croyances qui soient efficaces. Ainsi avec la sophrologie qui va véhiculer des messages de changement profond à l’Inconscient, il sera possible de travailler sur une vie mieux organisée, davantage planifiée et plus productive. Il est également possible en sophrologie de convertir une addiction néfaste en routine salvatrice. Ainsi il est possible de remplacer la routine de la cigarette (un plaisir certes mais culpabilisant car on sait à quel point il est néfaste pour la santé) par une routine plus constructive comme le rangement du soir pour bien préparer la journée du lendemain ou l’exercice physique qui aidera à éliminer une partie des toxines liées à la cigarette etc.

Besoin de faire le point sur votre vie ?

Avez-vous besoin de faire le point sur votre vie (bilan de vie) pour organiser une suite meilleure et plus « désirable » ? Avez-vous besoin d’un soutien pour changer vos habitudes néfastes ou pour reprendre votre carrière en main ?

N’hésitez pas à consulter les onglets de ce site et à lire mon parcours !