Reprendre votre pouvoir dès maintenant, en famille, entre amis, au travail ou affectivement parlant…

C’est un sujet très actuel, qui ne peut cesser de l’être, mais que nous n’abordons que trop peu… Beaucoup considèrent que les humains n’ont pas de grands pouvoirs, comme pourraient en posséder des super héros, des entités fantastiques et d’autres mentors sortis de l’imaginaire collectif… Pourtant, lorsqu’on se sent systématiquement dénigré ou « méjugé » par les autres, il y a toujours, à la base, un réel problème de pouvoir. Notre pouvoir, celui dans lequel nous mettions tant d’espoirs lorsque nous étions enfants ou jeunes, a été dilué ! Il s’est trouvé dilué au sein d’expériences négatives, au cœur de nos espoirs abandonnés… Les autres ne sont nullement coupables de cet acte ! Si nous avons laissé notre Pouvoir sur la vie et sur les autres se diluer, c’est que nous avons, à un moment, pensé trop petit ou de façon obsolète, erronée… Nous avons « permis » qu’il en soit ainsi. Nous avons été trop permissifs !

Une jeune fille fait de belles études. Dans le monde de l’université et des étudiants elle est heureuse et épanouie. Elle sort avec un diplôme, certes, mais cela ne lui permet pas de décrocher l’emploi tant attendu. Autour d’elle, les autres ont déjà abandonné leurs grands rêves depuis longtemps. On se met en couple, on trouve un emploi alimentaire, on loue un appartement, on fait des enfants… Le temps passe vite. La jeune-fille d’hier se sent dépassée par le temps qui passe et en fait de même pour ne pas se sentir « de reste »… Elle applique les recettes des autres à sa propre vie. Elle dilue son pouvoir !

Un jeune-homme veut partir faire de la musique aux USA. Mais ses amis le mettent en garde : « New York est une ville hors de prix », « On ne peut y survivre ». Il abandonne son rêve. Il croit comprendre de tout cela qu’il vaut mieux avoir un petit chez soi qu’un grand chez les autres… Ce qui n’est que l’opinion des autres a agi sur son destin ! Il a dilué son pouvoir !

Une femme de 35 ans ne fait rien sans demander la bénédiction de ses parents. Elle dilue son pouvoir :

Une jeune-femme de 25 ans écoute sans cesse les conseils qu’ont ses petits-amis sur son physique. Elle se coupe les cheveux pour plaire à l’un, les laisse repousser pour plaire à l’autre. L’un de ses derniers prétendants en date trouve son tatouage « vulgaire », elle court donc se le faire enlever. Elle dilue son pouvoir encore et encore !

Une femme est sans cesse rabrouée par sa belle-mère qui la critique ouvertement et se permet de lui donner son opinion sur tout, même sur des questions qu’elle ne peut raisonnablement pas connaître… Un jour, la femme accueille sa belle-mère pour ce qu’elle est : une enquiquineuse notoire qui n’est jamais satisfaite de rien. A chaque fois que cette dernière prend la parole, elle s’excuse et s’absente désormais, elle va à la cuisine boire un grand verre d’eau, par exemple. Elle ne répond plus aux attaques et prend de la hauteur : la belle-mère est d’une autre époque et toutes deux n’ont aucun point commun. A quoi bon les joutes verbales ? Elle cesse d’alimenter l’opinion de la femme qui, du coup, cesse ses réflexions gratuites. Elle REPREND son pouvoir !

L’Amour de Soi nous permet de reprendre le pouvoir, notre pouvoir, sur tout ce qui peut nous atteindre. Nous ne sommes pas faits pour être parfaits mais simplement NOUS-MÊMES ! Dès lors qu’on commence à pratiquer le Self-Love dans sa vie nous aussi commençons à reprendre notre pouvoir !

Placer son esprit au bon endroit, au bon moment est la meilleure façon de reprendre le pouvoir que nous avons laissé s’envoler au fil du temps…

Lors du coaching Self-Love, au cabinet de Vichy, vous apprendrez à situer les fuites de pouvoir et à les empêcher. Vous apprendrez à reprendre VOTRE pouvoir et à exercer votre libre-arbitre sans regrets ni contraintes. La vie est un formidable voyage pour celui qui a compris que les pensées qui l’animaient étaient bel et bien le gouvernail !

Coaching : La résistance au changement

Vous êtes coaché et vous pensiez, dès le début, que d’être orienté et cadré, écouté, pris en compte, allait rapidement régler tous vos problèmes… Or, vous vous rendez compte, au bout de quelques séances, qu’un travail personnel est nécessaire, une forme d’engagement, pas seulement envers le coach, mais aussi envers vous-même… Vous cogitez après les séances et vous vous sentez dans une position inconfortable, signe que vous êtes face au changement mais que vous n’avez pas encore intégré les différentes possibilités s’offrant à vous. Passer à l’aspect concret des choses vous « bloque ». Cette vidéo vous explique ce qu’est la résistance au changement et quelles sont ses conséquences.

Une session de deux heures pour comprendre et maîtriser vos peurs !

Depuis décembre 2022, je propose une session de 2 heures, au cabinet de Vichy, pour explorer, comprendre et désamorcer ses peurs. Il s’agit d’un programme personnalisé rapide et à fort impact qui porte immédiatement ses fruits. Vous repartez avec des outils pour continuer de maîtriser vos peurs et vos émotions de peur en toute autonomie. Il relève des techniques de communication, de la psychologie positive et de la thérapie cognitive.

Concrètement qu’est-ce que l’émotion de Peur ?

La peur est un simple message de votre être qui vous enjoint d’être prudent ou qui vous souffle que vous n’êtes « pas assez prêt » pour effectuer une tache donnée. Pour exemple, un étudiant craindra de se rendre à un examen s’il sait qu’il n’a pas assez révisé. Par contre, une femme qui croisera le regard d’un homme étrange, au style malsain, n’hésitera pas, elle, à changer de trottoir si elle a écouté son émotion. C’est alors un message de sécurité (« Prudence est mère de sûreté » en somme) qui lui est adressé. L’homme la met mal à l’aise, elle écoute donc son intuition et c’est légitime.

Mais parfois nos peurs sont tout à fait irrationnelles ! D’ailleurs le propre de la peur est de ne pas être tangible. Nous avons souvent peur de ce que nous ne connaissons pas. C’est la peur de l’inconnu. Dès que nous sortons de notre zone de confort il se peut, dès lors, que nous l’expérimentions. Lorsque je questionne des clients sur leurs peurs les plus profondes, leurs réponses sont bien souvent les mêmes. Il s’agit de :

-La peur de mourir

-La peur de perdre ses proches ou ses amis

-La peur de ne pas être « assez »

-La peur de l’avenir en général

-La peur de l’abandon

-La peur d’échouer

-La peur du changement

-La peur de la maladie

-La peur de vieillir

-Des phobies spécifiques comme prendre l’avion, ou l’ascenseur, la peur des araignées, des souris ou de certains animaux etc.

Chez les enfants la peur est souvent liée à l’inconnu, à l’invisible, à l’intangible… On peut donc relever chez eux des peurs liées au noir, à la mort, aux fantômes, à la maladie, au Covid et même la peut de voir Dieu, des saints ou… des extraterrestres !

Certaines des peurs que nous expérimentons ne nous appartiennent pas. Notre famille, nos ancêtres nous les transmettent. Savoir reconnaître ce qui ne nous ressemble pas est déjà un pas en avant ! Les peurs sont des illusions qui, hélas, nous limitent dans de nombreux domaines. La phobie de l’avion empêche de nombreuses personnes de voyager et de quitter leur ville. La peur du déménagement en empêche d’autres de suivre leur destin. Parfois même, la peur d’une opération ou de prendre des médicaments peut nous amener à tomber très malades ou à négliger notre santé.

Il y a en général une ou plusieurs peurs bien ancrées chez nous. Elles peuvent être conscientes, semi-conscientes ou absolument inconscientes. Nous pouvons, par exemple, ressentir la peur de nous accomplir, celle d’aller vers les autres, ou même celle de gagner de l’argent et d’être autonomes financièrement ! Nos peurs sont souvent liées à nos croyances et à l’amour de soi, celui que nous nous portons ou pas. Ainsi nous pouvons avoir peur d’aller vers les autres si nous pensons ne pas être doué en relations sociales. Souvent nous nous voyons comme ce que nous ne sommes pas ; une personne peu douée dans un certain domaine, une personne ne méritant pas de « recevoir » etc. Nos peurs profondes renforcent nos croyances limitantes. C’est pourquoi il est important de les clarifier et de les apaiser.

Je vous propose une séance de deux heures pour faire le point sur vos peurs profondes et apprendre à les gérer pour les dominer. Nos pensées sont le gouvernail de notre condition actuelle. Reprendre son pouvoir sur ses peurs et ses pensées limitantes est indispensable à celui qui souhaite harmonieusement évoluer.

Session « Comprendre et vaincre vos peurs ». 2 heures en cabinet sur Vichy, 120 euros. Programme d’actions personnalisé inclus.

« Les autres » me jalousent et cela dégrade ma qualité de vie ! Que faire ?

Le titre de cet article pourrait porter à sourire… Et pourtant ! La jalousie est un fléau très commun qui touche toutes les sphères de la société !

Où en est votre Self-Love ?

Nous vivons dans un monde moderne qui facilite la comparaison des uns et des autres, des physiques, des possessions et des parcours… Consulter « parce qu’on se sent sans cesse jalousé », et même par des gens qu’on apprécie, est très fréquent ! Si vous laissez le regard et l’opinion des autres vous impacter et impacter votre qualité de vie, c’est certainement que vous ne vous aimez pas suffisamment ! Votre Self-Love est peut-être factice ou trop peu élevé !

Société et conventions

Parmi mes clients, 60 % environ évoquent un problème de jalousie latent dans leur entourage. Il peut s’agir de leur propre famille, de leurs amis ou de leur belle-famille. Le problème de ressentir de la jalousie, des vibrations de jalousie et d’envie de la part des autres touche plus particulièrement les individus qui ont refusé une vie très conventionnelle.

Je pense particulièrement aux artistes « vivant de leur art », aux chefs d’entreprise, aux grands voyageurs, en bref à tous ceux qui vivent ou se situent légèrement « en marge » de la société et d’un mode de vie conventionnel. En démontrant une grande liberté dans leurs actes, leurs réalisations et dans leur mode de pensée même, ils s’attirent bien souvent la jalousie de personnes qui pensent qu’elles ont du mal à s’accomplir et à être heureuses…

Quand l’autre paraît plus libre et plus épanoui…

Le cliché de Liberté véhiculé par une existence sans barrières (et souvent sans filet de sécurité non plus !) fait naître une forme d’insécurité chez ceux qui se sentent prisonniers de leur condition. Les gens qui présentent une vie très conventionnelle croient, parfois à tort, que ces personnalités singulières ont des vies passionnantes, toujours incroyables et légères ! Elles se comparent et de cette situation de comparaison naîtra une souffrance intérieure. L’herbe semble toujours plus verte chez le voisin !

Les apparences et la réalité

Envier l’autre est un raccourci. On ne voit que les bons moments, les jolies possessions et jamais les failles intérieures que chaque être humain en possède pourtant ! Même les « stars millionnaires » font face à des problèmes existentiels ! Voyez le nombre de suicides chez les artistes par exemple ! Cela arrive pour la bonne et simple raison que le Faire et le Posséder n’ont rien à voir avec l’Être ! Peu importent « les possessions » et « le faire » (nos activités) si nous ne savons pas « être » avec nous-mêmes ! S’aimer soi-même c’est montrer à l’autre comment il doit nous traiter ! Si on ne s’aime pas soi-même, on se sentira par conséquent mal-aimé et on se comparera aux autres…

Nous sommes … ce que nous sommes ! A prendre ou à laisser !

L’être humain se contente rarement de ce qu’il a. Et pour cause, nous sommes faits pour évoluer. Dans cette course à l’évolution personnelle, certains confondent le faire, l’avoir et « l’être ». Et c’est là que le sujet devient ravageur ! Cela peut en chagriner certains mais la vérité est que nous ne sommes ni ce que nous faisons (notre métier autrement dit), ni même ce que nous possédons (maisons, voitures…) Nous sommes ce qu’il reste une fois que les possessions et le faire nous ont été ôtés ! Nous sommes notre corps, notre esprit et notre personnalité, pas autre chose !

La jalousie, un mal de notre temps ?

La jalousie est vraiment un mal de notre époque. Dans mon livre à paraître prochainement, « Voyage en Self-Love », j’évoque de nombreux cas véridiques de jalousie. Ces cas mettent en exergue un concept : la jalousie que les autres vous portent n’est pas votre problème ! Il demeure le leur ! Lorsque les autres vous démontrent de la jalousie, ils cherchent à vous changer ! Ils voudraient vous convaincre de revoir vos accomplissements à la baisse ! Cela leur permettrait de se rassurer sur eux-mêmes… Les gens qui s’aiment profondément et apprécient ce qu’ils sont et ce qu’ils possèdent à l’heure actuelle, n’ont pas besoin de se projeter dans l’avenir ni de ressentir de l’envie ! Ils sont trop occupés à profiter de leur belle vie ! Mais pour avoir une belle vie encore faut-il apprendre à porter des lunettes roses plutôt que des lunettes noires.

Savoir qui vibre haut et qui vibre bas !

Il paraît évident que le meilleur moyen de ne plus souffrir de la jalousie des autres est de fréquenter des personnes qui vibrent haut, c’est à dire qui sont bien dans leur peau et qui ne craignent pas la concurrence des autres ! Ces personnes vous adresseront de bonnes vibrations car elles sont elles-mêmes heureuses et passionnées par la vie qu’elles expérimentent ! Elles n’ont pas de temps à perdre à vous envier !

Hélas beaucoup de personnes sont mal à l’aise dans notre société et n’arrivent pas à trouver leur place ! Plutôt que de travailler sur elles-mêmes elles cherchent sans cesses des solutions à l’extérieur ! Bien-entendu lorsqu’on jalouse les autres, il faut apprendre à mieux s’aimer !

Gérer ses émotions et ressentis avec la sophrologie

Si vous subissez la jalousie des autres, il est bon de laisser ces personnes-là de côté et de ne plus les « nourrir » ! Lorsqu’on cesse de nourrir le négatif alors il disparait de nos vies !

La sophrologie peut vous aider à mieux gérer votre potentiel intérieur et vos relations. Grâce à la sophrologie, vous apprendrez à dépasser le regard de l’autre, qu’il soit positif ou négatif. Vous ne laisserez plus les réflexions ou les critiques des gens envieux ou pessimistes vous atteindre ! Si vous-même vous sentez négatif, il vous sera possible de changer votre vision de vous-même, de la vie et des autres. Et en général de l’avenir et du monde qui vous entoure !

N’hésitez pas à me contacter pour planifier vos débuts en sophrologie !

Cet article aborde les notions de : émotions, gestion des émotions, envie, jalousie, sophrologie

Sans gestion de nos émotions et de nos pensées nous devenons tributaires des évènements…

Vous avez sans doute remarqué que certaines personnes réussissent très bien leur vie dans tous les domaines. Il est facile d’évoquer les concernant un facteur Chance ou un facteur Relations. En réalité, même la chance et les relations font partie d’une certaine façon de penser et de contrôler ses pensées, d’une certaine « vision » de la vie que nous sommes, ou non, aptes à développer. Aucune des personnes qui réussissent n’est tributaire de ses émotions ou de ses pensées. Toutes ont appris à les gérer et à développer une nécessaire vision positive d’eux-mêmes, du monde qui les entoure et de l’avenir. L’influence des émotions sur notre être est donc majeure. Pensez simplement aux expressions liées à notre ressenti moral et qui sont liées au champ lexical du Corps :

  • « Avoir une boule dans la gorge » pour parler de l’angoisse
  • « Avoir la peur au ventre »…
  • « Avoir le souffle coupé »…
  • « Se prendre la tête »…
  • « En avoir plein le dos »…
  • « Avoir le coeur brisé » ou le « coeur gros »…
  • « Se ronger les sangs »…
  • « Se faire de la bile »…

Que comprenons-nous de ces expressions qui font la part belle au corps ? Que l’émotion est capable de déclencher différents maux ! Sans verbalisation adéquate de nos ressentis alors le psychisme va jouer sur le corps, esprit et corps étant intimement liés et indissociables !

Dès lors que nous repoussons nos émotions plutôt que de chercher à les analyser ou à les comprendre et à les exprimer, alors nous expérimentons une scission du corps et de l’esprit à l’intérieur. Nous ne sommes plus en congruence, la maladie nous signale un déséquilibre. Notre peau, la première barrière avec l’extérieur peut en souffrir, nous pouvons, par exemple, développer de l’urticaire, de l’acné, une allergie prenant place sur le visage… De quelqu’un qu’on ne supporte pas on dira « Untel me donne des boutons »… Les angoisses peuvent produire une manifestation de notre corps, qui alerte, comme des palpitations, des vomissements… Ces perturbations sont des indicateurs. Il y a là quelque chose à changer dans notre comportement ou notre façon d’accueillir les évènements qui se présentent à nous !

Dès lors que l’autre abuse de nous, que nous nous sentons utilisés, exploités, rejetés, non-reconnus et l’esprit nous adresse des messages corporels.

Le burn-out guette peut-être, nous sommes « au bout du rouleau »… Il convient de s’arrêter net. De prendre du temps pour soi. Parfois il faut lâcher certaines de nos taches routinières qui viennent rallonger nos journées et illustrer notre mésamour de nous-mêmes, de nos circonstances ou de notre vie. C’est quelque chose d’important, de primordial même !

Lors des séances de sophrologie, vous apprenez à véritablement ressentir les émotions et la « vivance », ce qui vit en vous ! Apprendre à analyser ses émotions est un bon moyen de contrôler ses pensées, de déterminer un facteur déclencheur de mal-être ou de bien-être.

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez plus d’informations sur la sophrologie.

L’adversité : Faut-il forcément la fuir ?

Nous sommes tous confrontés, dans notre vie quotidienne ou plus ponctuellement, à différentes formes d’adversité. Des broutilles peu impactantes aux vrais challenges en passant par des évènements douloureux incontournables, l’adversité, parfois, semble nous assaillir. Faut-il la fuir, s’anesthésier soi-même, s’en détourner, partir ? Ou faut-il l’affronter en comprenant que nous avons le potentiel intérieur pour affronter tout ce qui vient à nous ? Regardez cette vidéo pour savoir comment désamorcer ces périodes où « rien ne va » !

Quand l’adversité frappe à notre porte… Que faire ?

Cette vidéo aborde les concepts d’adversité, d’évènement-charnière, de phases compliquées, de phases transitoires, de transition, de psychopratique, de sophrologie et de pensée positive. N’hésitez pas à laisser votre avis en commentaires !

Deuil et VSCD : Et si nous en parlions ?

Le décès de proches est une épreuve qui nous concerne tous un jour ou l’autre. Famille, amis, voisins… décès accidentels ou dans l’ordre des choses, la vie est ainsi faite : elle a un début, un milieu et une fin. Face au départ d’un être aimé, la douleur ressentie peut être immense, intense et nous pouvons parfois ne pas voir le bout du tunnel ni arriver au fameux stade de l’Acceptation. Formée à l’accompagnement du deuil en France et en Angleterre, je reviens aujourd’hui sur les VSCD ces Vécus Subjectifs de Contact au défunt que nous pouvons ressentir quelques jours, quelques semaines, quelques mois après le départ d’un proche. Ils sont extrêmement courants mais dans une société encore pleine de tabous sur la mort et sur les troubles psychologiques, il ne fait pas bon en parler ! Pourtant 80% des endeuillés que j’accompagne me relatent au moins 1 VSCD dans l’année suivant le décès d’un proche. Pour ma part, j’en ai vécu plusieurs. Tous ont suivi la mort d’un défunt en particulier, souvent lorsque les liens d’amour étaient très forts et « évidents ». Tous ont contribué à modifier ma perception de la Conscience et en tout cas à m’apaiser durablement. Les VSCD sont des moments particuliers dont on n’oublie jamais l’occurrence ni les ressentis. Ce sont des moments qui continuent de porter leurs fruits en nous bien après leur émergence…

Bien que spirituelle (j’ai étudié la théologie catholique pendant 3 ans après de longues études en Communication), je tiens à garder mon enracinement dans le Temps présent. Je reviens donc, comme je l’explique, régulièrement aux simples faits. Je pense être une cartésienne travaillant cependant depuis son plus jeune âge sur les perceptions subtiles de l’existence qu’on ne peut ignorer…

Comme je l’explique dans cette vidéo, je me méfie de tous ceux qui « ne jurent que par le subtil » comme de ceux qui ne jurent que par une vision purement cartésienne et concrète de la vie. Pour moi les évènements ne sont pas si tranchés qu’ils en ont parfois l’air. Il n’y a pas que le positif, le négatif et la neutralité des choses qui nous entourent ! Nous sommes un corps, un esprit, une conscience mais aussi des énergies. Il me semble que toutes ces parts de nous-mêmes parlent et communiquent dans le VSCD.

Pour aller plus loin, je vous laisse consulter cette vidéo :

Expériences de VSCD

« Voyage en Self-Love » : Contenu du livre

Dans cette vidéo, je vous décris le contenu de mon livre à paraître au mois de décembre 2022, « Voyage en Self-Love : Conseils et vécus de guérison intérieure ». Le livre sera vendu exclusivement par mes soins, à mon cabinet et à distance, et, pour les vichyssois, à l’imprimerie Numeli.

J’ai souhaité rédiger ce livre à la fois comme un guide avec des exercices d’application et comme un outil technique permettant de mesurer la force de son Amour de Soi et de prendre conscience de toutes les conséquences générées par un Amour de Soi faible.

S’aimer n’est pas « la voie royale » mais bien la façon la plus simple et la plus naturelle de vivre sa vie : faire avec ce que nous sommes plutôt que de chercher à modifier notre être par des outils extérieurs est générateur d’Harmonie intérieure et de Congruence. Qui n’en voudrait pas à l’heure actuelle ?

Pour en savoir plus, visionnez la vidéo ci-dessous :

Cette vidéo traite de : #amour de soi #estimedesoi #confianceensoi #reassurance #confiance #voyages #temoignages #vecus #guerisoninterieure #livre #parution #developpementpersonnel

N’hésitez pas à pré-commander votre livre en adressant votre règlement de 23 EUR (frais de port inclus) au cabinet ; Cabinet de Sophrologie 48 rue de Cronstadt 03200 Vichy

« Voyage en Self-Love », extrait : Les idéaux et les grands rêves fondateurs

Mon livre « Voyage en Self-Love » sortira début décembre 2022. Ces jours-ci je vous en partage quelques extraits. Aujourd’hui je vous propose un passage traitant des idéaux et des grands rêves fondateurs de notre être.

Vos idéaux de jeunesse vous renseignent sur votre Soi profond… Reconnectez-vous et attendez que la magie opère…

Certains de nos idéaux agissent à l’instar de nos grands rêves fondateurs. Avez-vous remarqué que nous nous forçons souvent, sous couvert de normalité, à faire des choses que nous croyons « bonnes pour nous » ? Lorsque je parlais de mon projet d’ouvrir mon cabinet de sophrologie à l’une de mes voisines pourtant beaucoup plus jeune que moi, elle me répondit fissa : « Oui tu sais, moi aussi je rêvais de choses de ce genre comme de dessiner des ceintures ou des chaussures. Mais je vis dans la réalité ! Donc j’ai un poste qui ne me plaît pas mais au moins je gagne ma vie ! » Voici une jeune femme qui rêvait de devenir styliste mais qui, face à l’opinion de ses proches et à ce que nous enjoint la sagesse contemporaine, a changé son fusil d’épaule pour devenir assistante comptable. Est-ce bon ou mauvais pour elle ? Elle seule peut le savoir ! Ce sont ses propres critères personnels qui définissent ce qui est préférable, nocif ou simplement « neutre » pour elle dans la vie qu’elle expérimente. Nous ne connaissons ni ses grands rêves fondateurs, ni ses idéaux mais nous savons qu’elle s’imaginait, à une époque, dans un métier artistique et manuel. Il est cependant possible, l’âge aidant de changer de rêves et d’idéaux comme précisé plus haut. Nous sommes tous des êtres inspirés. Même si nous n’avons pas encore développé en nous cette capacité et qu’ elle demeure en sommeil, les éléments qui nous inspirent sont souvent ceux qui nous conviendraient. Nous sommes également des êtres intelligents doués d’un inconscient extrêmement puissant. Cet inconscient peut être comparé à « la part la plus aimante de nous-mêmes ». C’est pourquoi nous ne désirons point pour nous-mêmes des choses détestables ou irréalisables !

Le livre est d’ores et déjà disponible en précommande. Afin de l’obtenir dès sa sortie courant décembre 2022, vous pouvez adresser votre règlement de 20 EUR au cabinet, 48 rue de Cronstadt 03200 Vichy et venir le chercher à parution. Si vous souhaitez qu’il vous soit envoyé par la poste, ajoutez 10,50 EUR de frais de port (lettre prioritaire).

Les premiers degrés en Sophrologie

La sophrologie est un art. Pour vous relaxer tout en ouvrant de façon adéquate votre conscience, il vous faudra trouver le sophrologue avec qui vous vous sentirez d’emblée en résonance. Si vous ne connaissez pas encore la Sophrologie ou que vous avez pratiqué auparavant de la sophrologie non rigoureuse (certains thérapeutes proposent des massages dans le cadre de la sophrologie!), voici un petit rappel de notre beau métier !

En tant que sophrologue je suis la méthode qui m’a été enseignée à la lettre. Mais il est vrai que j’utilise plus particulièrement les 4 premiers degrés. Laissez-moi vous expliquer. Après un début de séance classique pendant lequel je fais le point avec mon client, je propose un certains nombres de RD. Les RD sont des Relaxations Dynamiques. Il nous faut bien entendu les pratiquer car elles sont la base même de la sophrologie, quelle que soit son influence. Bien-entendu, avec des clients qui connaissent déjà bien la sophrologie et qui pratiquent depuis longtemps, nous passerons les différents degrés. Mais si vous êtes néophyte alors disons que le cycle fondamental bien appliqué et pratiqué sera déjà le garant de résultats honnêtes et efficaces !

Nous pratiquons bien-entendu les degrés dans le bon ordre car ils ont été créés ainsi, au fur et à mesure qu’on les pratique nous devenons aptes à comprendre les différents ressentis qui nous impactent et nous nous familiarisons avec notre Conscience. Les ressentis sont basés sur différentes parties du corps, dans différents états.

Le premier degré : Concentration, schéma corporel… Axe : LE CORPS

Le premier degré est relatif à la conscience yogique. Comme avec le yoga, vous y développerez une conscience de votre corps en tant que totalité mais aussi en tant que régions distinctes. Vous serez par exemple à même de ressentir et d’expliquer ce qu’il se passe dans votre schéma corporel en pratiquant un exercice particulier. Pour moi c’est vraiment l’étape la plus importante de vos débuts puisque c’est bien dans celle-ci que vous allez entraîner votre esprit à obtenir une conscience précise de votre corps dans un espace géo-temporel et spacio-temporel défini. Nous travaillons ainsi dans un espace « secure » pour votre mental. La concentration est vraiment sollicitée ainsi que les schémas directionnels. C’est vraiment le premier degré qui va éliminer le stress et vous aider à gérer les émotions parasites et dérangeantes. Vous allez enfin apprécier d’être plongé maintenant dans l’Instant présent. Le passé n’existe plus (mais je peux agir sur ses conséquences présentes), le futur n’existe pas encore (mais je peux ôter de l’angoisse à sa vision) donc le présent est le plus important. La plus grande heure, c’est maintenant. « To pio megali tora einai tora » comme disent les grecs ! Vous trouverez dans ce premier degré des exercices vous rapellant le Yoga.

Le second degré : Contemplation, adaptation… Axe : L’ESPRIT

Le niveau de conscience et de difficulté quant à la concentration est augmenté. Ceux qui aiment méditer ou qui ont des attaches à une philosophie comme le Bouddhisme n’auront pas de difficulté à travailler sur l’imagination et l’imaginaire que propose ce degré. Ici il convient toujours d’être dans la pleine conscience en travaillant sur nos sens. J’apprécie énormément ce degré puisque j’ai pendant longtemps pratiqué les exercices assez similaires d’une fameuse méthode d’Acting ! Je ne peux donc que constater la similitude dans les pratiques ! Etant aussi écrivain et auteur (j’ai travaillé longtemps dans la communication et le journalisme), j’aime beaucoup les visualisations qui favorisent l’imagination, la créativité et une description mentale détaillée.

Le troisième degré : Le corps et la conscience dans la tridimensionnalité Axe : LE CORPS ET L’ESPRIT

Je pratique de nombreux exercices en marche consciente. Nous pouvons aussi rester assis sans aller dans une conscience trop modifiée. La relaxation est moins conséquente pour les deux premiers degré. La respiration est intégrée en tant qu’outil de méditation mais aussi outil-référence pratique. La projection mentale s’effectue en tenant compte des apports des degrés précédents et nous travaillons aussi bien dans le passé, le présent que le futur. Nous nous permettons de nous re-connaître en tant qu’être illimité qui possède plusieurs capacités de se penser en tant que tel ! Nous pouvons donc travailler ici dans une dimension passée et changer la vision que nous avions jusqu’ici de cette dernière. Cet apport est majeur ! Il est à la base de nombreux déblocages et guérisons intérieures ! Ce degré est en rapport, sur certains aspects, avec la méditation japonaise (je suis également professeur certifiée de différentes méditations et là encore je ne fais que dresser un parallèle avec ce qui m’a été enseigné).

Le quatrième degré : Vivre selon la conscience et les « valeurs » de la vie. Axe : LA TOTALITE

Ce niveau synthétise les précédents. Mais pas seulement ! Il nous permet également de gagner en conscience. Nous définissons ainsi et travaillons sur les valeurs de la vie. Nous pouvons ainsi minorer ou renforcer des sens et des valeurs. Nous travaillons sur la vision que nous avons de nous-mêmes, des autres, du monde qui nous entoure et de l’avenir ! Nous sommes face à notre être et nos choix dans l’Espoir, l’Harmonie et la Confiance.

Voilà les degrés souvent utilisés MAIS n’oublions pas qu’il y en a ensuite encore… 8 niveaux portant, entre autre, sur les valeurs existentielles.

Niveau 5 : Le son et notre perception fine

Niveau 6 : La corporalité profonde

Niveau 7 : Le corps profond et cellulaire

Niveau 8 : La conscience qui est contenue en tout et la futurisation

Niveau 9 : La liberté dans nos valeurs propres

Niveau 10 : L’harmonie intérieure, le vivant et l’inanimé

Niveau 11 : Notre conscience face à Autrui, notre responsabilité et notre place face aux autres

Niveau 12 : Place en tant qu’être humain responsable, dignité humaine

Nous parlons ici de RD de Caycedo.

L’école dont je suis issue propose une forme moins puriste et accessible à ceux qui n’ont jamais encore pratiqué de travail cadré sur l’ouverture de conscience. Mais il est bon de savoir, selon votre expérience, que le travail peut être poussé davantage !

J’encourage bien-entendu mes clients à atteindre l’autonomie de pratique et à pratiquer entre les séances dès que la méthode est comprise et assimilée !