Terminer son deuil (pour les spirituels)

Développeuse et rédactrice du blog américain AceParents, j’ai rédigé il y a peu un article sur « Comment terminer son deuil » lorsqu’on en est arrivé au cap de l’acceptation.

Dans cet article que vous pouvez consulter ici si vous êtes bilingue, j’évoque un principe utilisé par mes homologues américains. Cette technique est toutefois destinée aux clients qui croient ou qui ont foi en quelque chose (Dieu, l’Univers, un système intelligent qui nous aurait créés etc.) On le sait la spiritualité peut aider à surmonter les blessures et la douleur liées au deuil.

Cette technique consiste, une fois que la personne a accepté la perte et veut venir « clôturer » son deuil, à redonner une « responsabilité » à l’endeuillé par rapport à son défunt.

Plutôt que de continuer de souffrir ou de culpabiliser (cela arrive très souvent même s’il n’y a aucune raison logique ou légitime à cela) il est proposé à l’endeuillé de prendre une responsabilité nouvelle : il renouvelle au défunt sa volonté de veiller sur sa montée dans la lumière. Ce rôle de « gardien » de la bonne évolution de l’être aimé là où il est désormais (certains disent dans une « dimension parallèle » quand d’autres parlent d’Au-delà) peut se concrétiser à travers un acte : dire à l’être aimé qu’il peut « se reposer », « aller en paix » et que nous nous assurons que tout se passe bien.

De nombreux thérapeutes ont constaté que l’endeuillé « spirituel » qui mettait en place cette technique reprenait une part de responsabilités également dans sa propre vie. Plus le fait d’assurer au défunt qu’on veille sur lui est renouvelé dans un moment distinct de la journée (le matin ou le soir), plus la vie et les responsabilités incombant à tout un chacun ont tendance à entrer de nouveau dans la vie de l’endeuillé. Lui redonner un rôle valorisant (celui de veiller sur la montée vers la lumière ou le repos de son défunt dans la lumière) l’amène, par ailleurs, à agir avec discernement et responsabilité. Il assume son statut de « gardien » lors des instants dédiés à son défunt mais également dans sa vie de tous les jours…

La meilleure façon de concrétiser ses projets

Vous avez des projets plein la tête et des objectifs de vie élevés ? Depuis des années vous songez à vous mettre à votre compte, à organiser une exposition de vos tableaux, à éditer votre livre ou à perdre ces 10 kilos qui vous empoisonnent la vie ? Vous voulez déménager, quitter Paris, aller vivre au vert ou à la mer ou encore vous expatrier à l’étranger ? Oui mais… Il y a toujours une bonne raison de ne pas faire ces choses qui vous tiennent à coeur et ces raisons vous paraissent ultra-légitime, même si elles ne le sont pas du tout. Regardez la vidéo ci-dessous pour comprendre quelle est la meilleure façon de concrétiser vos projets !

Installée sur Vichy comme sophrologue et psychopraticienne mais également consultante en techniques de communication relationnelle, je vous reçois dans mon cabinet du lundi au samedi pour avancer ensemble sur des problématiques aussi variées que :

  • La concrétisation de vos projets
  • Votre bien-être mental ou la lutte contre une mauvaise habitude ou une addiction
  • L’accompagnement aux différents deuils que nous impose la vie
  • Le développement de votre personnalité dans la congruence…
  • Le stress
  • Les phobies
  • Les insomnies
  • La peur d’échouer
  • Le manque de self-love et de self esteem …..

Comprendre les motivations des critiqueurs notoires

Il vous semble être entouré de personnes très critiques. Ces dernières vous sapent le moral ? Elles vous découragent de mener à bien les projets qui vous tiennent à coeur ?

Les personnes qui critiquent sont souvent en souffrance. Même si elles affichent parfois une confiance en soi à toute épreuve, elle demeure factice. D’où les critiques qui ne sont qu’une manière pour elle de se grandir, de rehausser de façon superficielle leur valeur.

Ne vous laissez plus démonter par les critiqueurs notoires ! Visionnez la vidéo ci-dessous

Personne n’a en réalité le pouvoir de vous faire vous sentir inférieur…

Nous avons tous, plus ou moins, dans notre famille, notre entourage ou notre milieu professionnels des personnes malveillantes qui peuvent même présenter de la « perversion » et aimer dévaloriser l’autre.

Si nous nous penchons plus près sur la question du Self-Love, de l’estime de soi et de la confiance en soi, il est évident que celui qui nous rabaisse le fait car, à un moment donné, nous avons permis cette posture !

Dans cette vidéo je vous explique pourquoi personne n’a le pouvoir de vous faire vous sentir inférieur. Visionnez, vous comprendrez.

Je ne suis pas du tout partenaire monétisé de YouTube ! YouTube s’arroge désormais le droit de coller des publicités sur les vidéos des thérapeutes sans aucune rétribution. Je tiens à le préciser.

Les vacances sont terminées, le cabinet rouvrira le 05 septembre ! Bonne rentrée à tous !

Découvrez les bienfaits du Yin Yoga

Sophrologue et psychopraticienne formée à de nombreuses techniques de respiration, de relaxation et de motivation, je voulais aujourd’hui vous dire quelques mots du Yin Yoga. Je pratique le Yin Yoga depuis plusieurs années, après ma brève séance de musculation quotidienne (15 à 20 mn maximum). Cette discipline est pour moi un moyen de me recentrer après l’effort et d’aller vers une expression corporelle beaucoup plus douce et profonde.

Actuellement je suis heureuse de me former pour obtenir ma certification de Professeur de Yin Yoga. Il existe de nombreuses formes et variations du Yoga comme vous le savez.

Personnellement le Yin Yoga est la forme de yoga qui me convient le mieux. Chacun est différent et doit trouver sa pratique. J’enseigne depuis 11 ans la Technique Nadeau qui a été théorisée par une pionnière canadienne du yoga. C’était assez naturel pour moi donc de m’y mettre et de tirer également des bénéfices de cette pratique.

Le Yin Yoga est une forme de yoga différente et unique qui permet d’équilibrer de façon douce et profonde le corps et l’esprit.

Nous pouvons le qualifier de yoga lent et passif. Ici les postures sont tenues entre 1 minute et 5 minutes.

Les bénéfices du Yin Yoga :

  • Améliore la circulation
  • Améliore la flexibilité et la souplesse
  • Calme et équilibre le corps et l’esprit
  • Relâche les fascias
  • Encourage une relaxation profonde
  • Améliore la mobilité des articulations
  • Apporte de l’équilibre aux organes
  • Forge la confiance en soi et la volonté

Ses caractéristiques de pratique :

  • Compresser les tissus dans le corps
  • Étirer les tissus
  • Effectuer une torsion des tissus

Le Yin Yoga offre de grands bénéfices au corps énergétique et nous permet de réguler notre état émotionnel et notre esprit.

Si vous souhaitez apprendre à la rentrée de septembre 2022 les bases du Yin Yoga, n’hésitez pas à me contacter.

Le concept de Sérendipité ou la « découverte inattendue »

Connaissez-vous la sérendipité ? Cet anglicisme venu du mot un peu étrange « serendipity » est utilisé pour désigner une découverte inattendue et à finalement s’en servir à ses propres fins. La fameuse recette des « Bêtises de Cambrai », ces bonbons durs et brillants en forme de berlingot, est une parfaite illustration du principe de Sérendipité. Son créateur fait une erreur dans sa routine culinaire habituelle et donne ainsi naissance à un nouveau bonbon original que tout le monde s’arrache. En tant que thérapeute utilisant la psychologie positive, le concept de Sérendipité ne pouvait que me séduire…

En sortant le concept de son contexte de « découverte subite et inattendue », nous pouvons qualifier de « sérendipité » tout évènement non planifié qui nous pousse à développer une capacité, un don, ou à aller vers une nouvelle étape-surprise de notre vie.

A mes 20 ans je m’inscris à un voyage en Tunisie. L’employée de l’agence que je n’ai eu que par téléphone fait alors une erreur et note mon nom sur la liste des participants au voyage en Grèce. il est trop tard pour changer la destination lorsque je reçois mon livret d’embarquement avec toutes les informations sur mon voyage en terre hellène. Je suis sentimentalement à une période compliquée de ma vie. Je me sens très démotivée de tout et peu m’importe d’aller en Tunisie ou en Grèce… Pourtant lorsque je pose les pieds sur le tarmac à Athènes (pas de passerelle ce jour-là), je suis comme foudroyée ! Je n’ai encore rien vu de ce pays et pourtant je ressens en moi très profondément le sentiment d’être « rentrée à la maison » après un long voyage alors que c’est tout l’inverse bien-sûr ! La Grèce deviendra par la suite ma passion ! J’apprendrai le grec ancien et le grec moderne avant de m’inscrire en théologie à la fac ! J’écrirai plusieurs romans dont l’action se déroule dans ce merveilleux pays, je visiterai les îles de toutes les régions, année après année. Aujourd’hui j’ai encore l’habitude de dire que mon coeur est grec ! Un bel exemple de sérendipité puisque la Grèce a énormément apporté à ma vie et à ma culture.

Ma vie est pavée de coïncidences, des signes et d’illustrations de cette fameuse Sérendipité. Du coup je suis devenue très attentive aux petites choses et aux petites erreurs de la vie courante qui parfois n’en sont pas. Cette attention portée « aussi » sur les choses qui ne devraient pas être, sur les choses qui ne coulent pas de source ou les actes inattendus, m’a permis, ces derniers mois d’accomplir beaucoup de choses d’une façon « différente » et non planifiée.

Comment faire en sorte de constater la Sérendipité dans sa vie ?

  • Il est conseillé, comme pour la pensée positive, de n’avoir aucun préjugé.
  • Il faut porter son attention sur tout et pas seulement sur nos besoins ou sur ce qui satisfait nos besoins
  • Une frustration majeure peut apporter de la sérendipité, si, si… Il faut en être convaincu
  • Croire en la sérendipité c’est croire qu’il existe une issue positive même dans les choses non prévues, non planifiées et qu’au final les bonnes choses, les projets mais aussi les surprises concourent au bon déroulement de notre vie. La sérendipité contribue à notre évolution personnelle et mentale.

Il existe un film d’amour, assez drôle, nommé Serendipity. Deux personnes, le soir de Noël, cherchent le cadeau idéal pour leur conjoint qui leur parait « être le bon ». Pourtant la sérendipité va réunir ces deux-là. Tout un programme !

Croire en la sérendipité c’est bien-sûr croire en une loi d’attraction différente, au lieu de m’apporter ce que je visualise et désire, elle m’apporterait quelque chose de très différent mais également bon pour moi.

En conclusion je dirai que croire en la sérendipité revient à accepter de recevoir non pas ce que nous désirons mais bien ce dont nous avons besoin ! A méditer…

Un voyage peut-il être thérapeutique ?

Depuis mon plus jeune âge j’aime voyager à l’étranger. J’ai énormément voyagé entre mes 8 ans et mes 36 ans. Mon premier métier dans la communication et dans la presse m’a permis de réaliser des reportages et de beaux voyages au loin. Avec la naissance de mes enfants, j’ai beaucoup moins voyagé, d’autant plus que ma famille n’est pas aussi portée que moi sur le voyage en général.

Burn-out, pertes et ruptures face au voyage

Au long de l’année je reçois des clients en sophrologie et en coaching qui expérimentent des situations négatives ou hostiles. Qu’il s’agisse d’une rupture, d’un deuil ou d’un burn-out, la question qui se pose est très souvent celle de leur aptitude à « accepter » l’évènement.

La vie de maman par exemple, si l’on est très investie et que l’on souhaite tout faire au mieux, peut vite tourner au burn-out maternel. Un deuil non réglé peut venir étouffer certains projets et tout simplement la motivation à se lever le matin… Un licenciement peut lourdement peser sur l’estime de soi…

Face à ces situations usantes, je ressens souvent chez mes clients le besoin de prendre un « grand bol d’oxygène ». Pourtant leur recommander un grand voyage peut s’avérer être une ineptie totale. Ce qui est bon pour le thérapeute ne l’est pas forcément pour le client ! Et surtout souvenons-nous que nous ne sommes pas là pour aiguiller mais pour ouvrir des horizons. Le thérapeute peut insuffler une envie mais c’est le client qui prend sa décision.

Capacité de résilience et voyage

La réponse à la question : « Un voyage peut-il être thérapeutique » est beaucoup plus liée à la capacité de résilience du client et à son histoire personnelle qu’à la généralité qui voudrait d’emblée qu’un voyage « fasse forcément du bien »… Dans le livre « Ce lien qui ne meurt jamais », l’auteure Lytta Basset évoque certains des voyages qu’elle a entrepris après le décès de son fils. Des lagons bleus qui, à ce moment-là, n’expriment pas, en elle, le paradis… Si un voyage peut, après de petits évènements perturbateurs, venir « changer les idées », il est évident qu’il ne saurait réparer ni même adoucir des pertes aussi énormes que celles d’êtres chers…

Bilan de vie et voyage

Cet été j’ai souhaité repartir en voyage dans le Grand Ouest des USA comme je le faisais à l’adolescence et dans ma jeunesse. Je n’avais pas mis les pieds dans cette région depuis 20 ans ! Ayant eu une année chargée à mon cabinet et ayant validé deux formations récemment (Détection de l’Autisme et Relaxation Snoezelen), retourner aux Etats-Unis pour faire mon « bilan de vie » s’est naturellement imposé à moi !

Beaucoup de thérapeutes ne »croient pas » à la nécessité d’un bilan de vie régulier. C’est notamment ce qui était ressorti de ma supervision lors de mes études de sophrologie. Pour moi,un bilan de vie est difficile à mener sur place et dans son contexte routinier. Quoi de mieux que d’effectuer cet acte presque « sacré » quand le besoin s’en fait sentir (pour moi c’est tous les 3 ans environ) dans des lieux sauvages et spirituels ?

Voici donc le choix que j’ai fait cette année : retourner seule aux USA, sur les lieux de ma jeunesse, pour discuter avec d’autres personnes, écouter et entendre leurs histoires de vie, me poser les bonnes questions sur la suite… tout en me sentant privilégiée d’être dans des lieux aussi somptueux que Monument Valley ou le Grand Canyon.

Un voyage pour des réponses plus profondes qu’à l’accoutumée

Dès le début de mon voyage il m’a semblé trouver des réponses à certaines questions notamment sur le deuil qui est l’une de mes spécialité (j’ai fait les 3 niveaux de formation en deuil traumatique et deuil compliqué).

Le fait d’être entourée de nouvelles personnes venues de tous les horizons, de discuter avec les locaux, le simple fait de parler américain et de me remettre à penser en américain, ont contribué à me positionner dans une posture mentale renouvelée. J’ai ainsi pu prendre du recul sur l’importance ou non de certains évènements liés à la carrière, au matériel, à la famille éloignée. Discuter avec des indiens natifs m’a aussi permis d’apprécier davantage ma propre vie qui – si elle parait moins exaltante que la leur – est tout de même beaucoup plus stable et « confort »…

Le voyage est-il thérapeutique ? Oui et non …

La réponse à la question « Un voyage peut-il être thérapeutique » est donc double. sans ouverture mentale et en restant ancré dans vos habitudes, la réponse est plutôt négative. Mais dès lors que vous partez avec une mission plus élevée comme « Apprendre de l’étranger », « Apprendre du local », « Prendre du recul dans un lieu naturel ou sacré » ou encore « Choyer les autres pendant une semaine », alors oui le voyage peut apporter quelque chose de l’ordre du renouvellement mental ou de la guérison intérieure.

Pendant mon voyage j’ai pris le temps d’offrir des pourboires, d’offrir des objets aux gens rencontrés sur la route, de faire des achats (même peu utiles) lorsque j’ai ressenti que mon acte pouvait financièrement aider un local (exemple: les indiens navajos sont souvent dans une forme de précarité financière que nous n’imaginons pas). Ces situations m’ont amenée à récolter beaucoup de positif humainement parlant. J’ai écouté les histoires motivantes des autres et j’ai pu partager les miennes. Cet échange d’espoir au quotidien a contribué à faire de mon voyage quelque chose, une étape positive.

Un voyage peut devenir thérapeutique si …

-La destination, le lieu d’arrimage revêt un sens réel pour vous, surtout symboliquement. Pour ma part me retrouver en plein milieu de Monument Valley ou au bord du Grand Canyon m’a rappelé à quel point, nous humains, étions « fragile » et « balayables » en un instant et à quel point il nous faut donc profiter de l’instant présent et rester ancré tout en élevant un minimum sa conscience…

-Ce que vous êtes prêt à faire pour voyager dans le lieu que vous avez choisi est également important. Il doit y avoir un effort pour financer le voyage ou pour surmonter certaines peurs pour vous y rendre. Le voyage s’apparente alors à une quête pendant laquelle on mesure l’ampleur de sa chance. Pour ma part j’ai appris le décès d’une amie au troisième jour du voyage. Il m’a fallu très vite surmonter ceci, consciente d’être à un moment de ma vie où je devais me situer dans ma propre quête intérieure, ce qui n’est pas de l’indifférence, ni un manque d’empathie mais juste la nécessité de continuer sa « mission de vie » telle qu’on l’a prévue depuis de nombreux mois. Mon mari, ancien marin, connaît bien cette posture : quoiqu’il arrive à la maison, il faut continuer de naviguer et regarder droit devant sous peine d’échouer un navire tout entier…

-Votre attitude face aux nouveaux lieux et aux nouveaux visages compte encore davantage. Allez-vous demeurer dans un regard routinier où il peut vous arriver de juger l’autre sur ses attitudes ou son apparence ou, pour cette fois, allez-vous choisir de modifier votre regard ? De le placer davantage dans la compréhension et l’empathie ?

-Pour qu’un voyage soit thérapeutique il faut aussi se dépasser soi-même un peu chaque jour. Pour ma part, j’ai dit adieu pour un temps à mes 7 heures de sommeil pour me contenter de 4 à 5 heures seulement pendant 10 jours. J’ai aussi fait de gros efforts dans les restaurants sachant que la nourriture US est souvent très calorique. J’ai donc zappé les énormes buffets à volonté au profit d’une tranche de pastèque ou de melon et d’un peu de salade. Garder ma santé (rattraper mon sommeil la journée 20 mn, manger équilibré) en voyage était l’une de mes priorités.

Ces petits actes qu’on est prêt à modifier pour un voyage thérapeutique

Il n’y a pas que l’envie de base qui compte dans le choix d’un voyage qui pourrait au final s’avérer thérapeutique. Il y a aussi la somme de ces petits actes quotidiens que vous êtes prêt à accomplir ou à modifier pour faire de ce moment un moment à valeur « spirituelle » ajoutée pour vous et pour ceux que vous rencontrerez sur le chemin… Enfin, le but d’un voyage qui s’avère thérapeutique au final, est plutôt de vous offrir une autre vision de la vie (par exemple je me suis souvenue d’un seul coup à quel point les américains vivaient une vie beaucoup plus « relax » que la nôtre, et se situaient moins dans le jugement du statut ou du physique que nous, européens). A bon entendeur…

Pourquoi ne réalisez-vous jamais vos projets ?

C’est un grand classique des séances de Coaching en suppression des croyances limitantes … « Je n’arrive pas à réaliser mes projets » ou encore « J’ai oublié mes jolis rêves » etc. C’est ce qui s’entend au cabinet de la part de personnes qui se pensent et se croient motivées mais qui, en réalité, sans s’en rendre compte, « diluent » leur volonté en divers endroits…

Dans cette vidéo je vous explique le comportement des gens qui ne réalisent jamais leurs projets. Cela est valable aussi bien pour le projet de devenir indépendant financièrement, celui de se mettre à son compte, de monter sa société, d’écrire un livre, d’enregistrer un album, de déménager à la mer ou au vert…

La volonté est une chose… mais elle ne fait pas tout ! Découvrez quelles sont les postures mentales qui vous freinent dans la réalisation de vos rêves et projets.

Famille : Détecter les membres toxiques

Au secours, ma famille est toxique !

Dans toutes les familles il y a des rivalités, des jalousies, des rumeurs ou de petites histoires… Comment déterminer si les réflexions d’un membre de votre famille sont « normales » et sans conséquence ou si elles entrainent un travail de sape sur votre estime de soi et votre confiance ? Les membres de votre famille vous ôtent-ils une partie de votre libre-arbitre, ce moteur d’avancée personnelle, et vous empêchent-ils de vous réaliser ? Se réjouissent-ils de vos malheurs ou se délectent-ils de vos problèmes plutôt que de lire un bon roman le soir ?

Je peux affirmer, par expériences, que dans toutes les familles il y a au moins un membre qui s’avère toxique pour les autres. Bien-entendu certaines familles n’en parleront jamais; trop soucieuses de diffuser une bonne image d’elles-mêmes; avides d’obtenir une harmonie même « factice »… Et un autre facteur entre en compte : la naïveté de certains membres ou leur aveuglement. Il est très habituel de voir des frères écrasés par le pouvoir de leur soeur ou des hommes écrasés par la figure paternelle.

Si vous pensez que votre famille est à l’abri de la toxicité d’un de ses membres, révisez votre copie ! Peut-être n’avez vous tout simplement pas encore ouvert les yeux pleinement ! « Dans un mariage, non, il n’y a pas que des heureux » affirmait l’un de mes amis pasteur au risque de choquer l’assemblée d’invités !

Dans cette vidéo je passe en revue les éléments pouvant révéler la toxicité d’un membre de la famille. Détecter c’est ne plus subir !

Dans mon coaching en suppression des croyances limitantes, nous étudions ensemble la dynamique familiale

Ces périodes de la vie ou « rien ne va plus » : Que faire ?

Covid, conflits internationaux, actualité maussade, le contexte général peut pousser tout un chacun à revoir sa vie, son cadre de vie, son confort mental à la baisse…

Ces derniers mois vous êtes nombreux, et c’est légitime, à vous plaindre d’une dégradation de votre moral et de votre motivation à entreprendre, à aller de l’avant vers de nouveaux rêves ou projets.

Lorsque tout s’enchaîne négativement il peut paraître complexe de sortir enfin la tête de l’eau comme on dit… Dans cette vidéo je vous donne quelques pistes pour reprendre votre mental en main dans les périodes « sans »…