Deuil : la phase déconcertante du marchandage : comment la gérer ?

J’ai vécu de nombreux deuils d’importance assez cruciale dans ma vie personnelle c’est pourquoi, en plus de la Confiance en Soi et du Sommeil, j’ai souhaité me spécialiser dans le travail de deuil. J’ai suivi deux formations sur le deuil compliqué en, France et une formation avec Oplex Careers sur le Deuil et la Perte mais aussi le deuil traumatique afin de compléter mon cursus de sophrologue et de pouvoir réaliser des scripts sur-mesure destinés à cette période délicate de la vie de mes clients.

La phase la plus déconcertante du deuil, je l’ai constaté personnellement mais aussi professionnellement par le retour précieux de mes clients sur leur vécu, c’est cette phase de marchandage. Elle peut prendre des aspects divers et variés mais fait toujours appel à notre ressource Créativité et à cette capacité que nous avons à imaginer d’autres scénarii, d’autres issues à un problème, bref un « autre possible », un possible plus acceptable alors que nous souffrons d’une immense peine et que nous intégrons une perte à notre vie.

Chez les personnes très spirituelles ou tout simplement ayant une facilité ou une tendance à rêver et à refaire le film, la phase de marchandage peut être terriblement perturbante et inavouable. Retrouver son défunt mentalement, le revoir vivant, négocier son retour à la vie avec une force supérieure, imaginer d’autres issues à cette fin tragique qui hélas ne peut être évitée constitue à la fois un apaisement mais aussi un trouble profond puisqu’on s’achemine peu à peu vers la phase de dépression et de tristesse intense. Heureusement le deuil avance quand même. Aujourd’hui parlons de cette phase de marchandage.

Comme toujours une petite vidéo spontanée sans préparation, ce n’est pas mon but de devenir cinéaste… Juste quelques notions clés sur cette période complexe à vivre.

Choisir ses relations plutôt que de les subir

Certains de mes clients se sentent « mal entourés » et peu soutenus par leurs proches lors des étapes charnières de la vie. C’est un moindre mal car d’autres rapportent à quel point certaines relations les font souffrir, notamment celles basées sur la comparaison incessante, une certaine forme de toxicité au final. Dans cette courte vidéo je vous propose de faire le point sur quelques profils types afin de bien choisir vos relations.

Comment être bien dans sa peau en 2021 ?

C’est le retour des vidéos spontanées prises sur le vif. Chaque semaine je vous livre des réflexions aidantes sur un sujet qui vous tient à coeur (n’hésitez pas à utiliser la rubrique Contact pour me donner des idées ! Rien n’est meilleur que le partage !).

Aujourd’hui abordons le sujet du physique, des petits et des grands complexes ainsi que des distorsions qu’on pose parfois sur soi-même (regard biaisé, peu objectif, peu positif sur soi)

Bon visionnage !

Quand notre passé se répercute sur nos schémas de pensée actuels

Pouvez-vous avoir de la compassion pour le jeune que vous étiez ?

Nous sommes tous plus ou moins attachés ou retenus par nos différentes expériences de vie. Cependant, certains d’entre nous sont plus sensibles que d’autres à leur parcours personnel, affectif ou professionnel passé. Ils se sentent conditionnés par lui et sont incapables de se détacher de ses répercussions. Je remarque au cabinet que les personnes jusqu’à 35 ans environ s’avèrent, en général, être assez satisfaites lorsqu’elles regardent en arrière. Cela ne tient pas, en réalité, à la qualité effective de leur parcours de vie. C’est plutôt le regard qui est bienveillant et empathique. Puis vers 40 ans les choses changent parfois, se compliquent. Certaines personnalités « laissent aller » le passé facilement. « Oui j’ai fait la fête entre 25 et 30 ans, c’était la belle vie ! » disent-elles. Quand d’autres sont plus sévères envers elles-mêmes ! « J’aurais mieux fait d’étudier plutôt que de faire la fête ! Voilà le résultat, je suis ici assis chez vous à demander de l’aide ! » Le choix de regarder la jeune personne qu’on a été avec bienveillance et empathie, avec compassion, s’apprend et se travaille si elle n’est pas innée…

Crise de la quarantaine, crise du milieu de vie, crise de la moitié de vie, beaucoup de noms pour une réalité…

Quarante ans c’est souvent l’étape du bilan de vie qui résonne davantage en nous. On est dans la « mid-life crisis » comme disent les anglosaxons, la fameuse « crise de milieu de vie ». Nous, français, employons plus volontiers le terme « Crise de la quarantaine ». La quarantaine; l’une des périodes les plus lucides de la vie, la pleine maturité, qui nous fait parfois revoir notre passé « à la baisse ». La dolce vita, les longues vacances à l’étranger, les aventures éphémères que certains ont pu expérimenter semblent « perdre » leur rôle originel : la quête de sens ou de plaisir. Ces éléments sont revus, à la quarantaine, dans une version beaucoup moins positive : « du temps perdu » selon certains, « de belles erreurs » selon d’autres. Parfois on considère nos périodes de bonheur et de plaisir passées comme de simples manifestations de notre immaturité d’alors. C’est dommage. Les expériences font ce que nous sommes mais ne nous limitent pas à un seul rôle.

Comment je travaille en sophrologie pour pallier au « coup de blues » et à cette vague de regrets qui émerge à la quarantaine ?

Faire le point sans jugement

Personnellement j’ai eu un parcours riche mais je ne suis venue à la thérapie et à la sophrologie qu’en 2010. Auparavant, et depuis 1999, j’étais déjà à mon compte mais dans la communication relationnelle, ce qui est différent. En communication relationnelle on traite l’image, le langage, la posture. Il y a un objectif non pas de bien-être mais de « pouvoir » bien assis? J’ai également travaillé dans le monde de la presse et de l’édition, toujours dans la communication fine. C’est la découverte de la Technique Nadeau qui m’a menée, ensuite, à l’école de sophrologie, à la certification en psychopratique et à celle de Coach de vie. Je considère avoir resserré l’étau au fil des ans : Communication générale, communication personnelle, sophrologie et psychopratique. Pour moi chacune des étapes m’a été nécessaire. Mes longs séjours en Grèce m’ont permis d’expérimenter un autre rythme de vie et une autre spiritualité. Mon travail dans la communication relationnelle de mieux comprendre les responsabilités et les angoisses de chefs d’entreprise qui génèrent des millions…

Mais certaines personnes ne peuvent faire le lien entre leurs différentes expériences qu’elles soient personnelles, relationnelles ou professionnelles. C’est souvent une vraie angoisse pour elles de ne pas pouvoir saisir « le fil rouge » de leur vie.

Ce creuset d’expériences rejetées

Lors d’une anamnèse de base, je vais accorder un peu plus d’importance alors au parcours étudiant, professionnel et aux concrétisations en général. Beaucoup de clients affirment « n’avoir rien fait de bien » de leur vie. Mais en creusant on se rend compte qu’il y a justement un creuset méconnu ou plutôt « non reconnu ». Un homme par exemple dit qu’il n’a rien fait entre 2008 et 2010 mais en discutant avec lui je m’aperçois qu’il s’est occupé sans relâche de sa meilleure amie victime d’un très grave accident de moto. Ceci est l’exemple même de ce qu’on ne note pas dans un CV : l’aide apportée à un être cher ou pour résumer l’expression de l’empathie. L’anamnèse me permet de tirer des éléments positifs de chaque parcours

Valoriser les évènements heureux et les petites réussites

Il n’y a pas de valorisation sans verbalisation ni intégration. Prendre un instant pour « rapatrier » certains évènements dans le camp des « réussites » est un travail verbal mais aussi un travail sensoriel. J’aide mon client à se souvenir de l’ambiance de ces paliers positifs, de ces avancées significatives. Revivre la vibration, l’émotion, c’est assimiler du « bon ».

Se fixer de petits objectifs ou atteindre ceux qu’on a laissé de côté

Concrètement lorsque notre passé vient empiéter sur notre présent et l’assombrir, il faut jeter un cil aux grands rêves sous-jacents que nous avons peut-être abandonnés. Certains peuvent être repris ou modifiés. Si on se sentait des ailes pour gravir l’Everest à 20 ans, on peut peut-être, plus humblement, se préparer à l’ascension du Mont Blanc avec un guide à 40…

Revenir sur ce qui nous a procuré du bonheur pur et reproduire avec les moyens actuels

Qu’est-ce qui vous a plu dans votre vie ? Parfois une journée, une seule, reste gravée dans la mémoire. Recommencer n’a pas vraiment de sens. C’est souvent la rareté du souvenir qui en fait la beauté et qui donne du sens à la vie. Par contre certaines situations peuvent vous faire « revivre ». Vous n’aviez pas vu d’amis depuis des années et en séance vous vous remémorez le plaisir d’être porté par un groupe, de vous sentir soutenu et écouté ou tout simplement de rire ensemble ? Peut-être qu’une solution adéquate consisterait à aller de nouveau vers un groupe d’amis.

Vivre l’Instant présent

Vivre l’Instant présent c’est donner moins de prise sur nous au passé, surtout s’il est devenu un écueil. Mais vivre l’Instant présent s’apprend… Il s’agit de ressentir le plaisir en vivant sur nos sens : la vue, l’ouïe, le goût, le toucher… C’est ce que les exercices préparatoires de la séance de sophrologie vous invitent à faire. Grâce à cette étape vous pourrez ressentir un ancrage corporel fort mais aussi travailler en rythme avec le souffle et l’imagination. N’oubliez pas que c’est en vous concentrant sur que vous chasserez peu à peu les pensées parasites et ces regrets qui pointent le bout de leur nez à la quarantaine. La concentration permet de ramener de l’harmonie intérieure.

N’hésitez pas à me contacter pour découvrir les bienfaits de la sophrologie sur Vichy

Gérer ses émotions et sa volonté pour avancer

Les limites de la « Pensée positive »

Énormément de gens se penchent sur le Développement personnel. Certains pratiquent ce que l’on nomme la « pensée positive ». Ce mode de pensée met l’accent sur les bonnes choses de la vie et sur les évènements positifs qui se produisent ou peuvent se produire. Avoir un mental positif est une bonne chose si ce mental est bien « réel » et qu’il ne demeure pas « factice ». S’extasier sur les belles choses et s’effondrer au premier problème réel rencontré n’est pas penser positif. Le véritable souci de la « pensée positive » étant d’arriver à l’appliquer quand… rien ne va plus ou que tout va mal (rupture, licenciement, décès de proches etc.) Au cabinet c’est à la situation vécue que j’estime brièvement l’authenticité d’un système de pensée et de croyances positif. Beaucoup de livres nous vendent la pensée positive comme la grande recette du bonheur. Or, la pensée positive ne peut être efficace et bien ancrée en l’être que lorsqu’elle s’accompagne d’une « influence personnelle » sur sa propre volonté et d’une gestion très concrète de ses émotions.

Pensée positive oui mais pas seulement

Une croyance sur soi-même, qu’elle soit portante ou limitante, est une vision bien ancrée que l’on possède de soi, des autres et du monde qui nous entoure. La vie est faite de deuils et de mini-deuils : renoncer à une relation (tirer un trait sur quelqu’un), choisir une nouvelle voie professionnelle (laisser derrière une situation au profit d’une nouvelle), adopter un nouveau comportement (laisser derrière la moins bonne « version » de soi-même).

Intégrer le résultat fluctuant de mini-deuils communs

Qu’est-ce qui est si difficile dans ces mini-deuils récurrents qu’expérimente tout un chacun au long d’une vie ? Il s’agit de l’intégration. L’intégration vient lorsqu’on est dans l’acceptation de ce que nous avons vécu ou de ce qui nous arrive et que cette acceptation est si forte que notre inconscient l’absorbe totalement pour en faire un élément normal de notre vie. Le réel problème de beaucoup de lecteurs d’ouvrages de pensée positive c’est la mise en application. Elle ne suit pas toujours les bonnes résolutions. Pourquoi ? Parce que les principes prônés ne viennent pas de votre propre expérience, vous ne les avez pas vécus de manière « originelle » et incontournable. Donc l’intégration est moindre. Ce qui est intéressant réside davantage dans la création d’automatismes sains face à une situation inhabituelle générant de la crainte, de l’angoisse, du stress, la peur des lendemains etc.

La volonté à la rescousse

En sophrologie, le sophrologue donne de la consistance à la notion de Capacité, de Volonté et de Mode de pensée. Les exercices d’ancrage et de relaxation dynamique s’effectuant de manière précise aident le client à mettre un mot sur ses ressentis et donc à ne plus rester dans le vague concernant un sentiment qui le bloque ou le stresse. C’est bien la Volonté même qui est forgée et sollicitée en permanence même si elle l’est de manière agréable.

Le contrôle des impulsions émotionnelles

Face à un stress vous pouvez réagir violemment, ne pas réagir en apparence mais bouillonner de l’intérieur, vous murer dans le silence… C’est une question de choix et d’habitude. Le chemin est souvent déjà tracé entre l’évènement et l’impulsion qui suivra. Allez-vous approuver tout bonnement ce qui vous arrive ou aller vous réagir de façon plus impulsive ? Allez-vous rejeter l’interlocuteur ou au contraire chercher à comprendre son point de vue ? Au final choisissez-vous de vous laisser affecter par une situation ou arrivez-vous à vous en extraire mentalement pour préserver votre sérénité intérieure ?

La gestion des impulsions sensorielles

En plus de l’émotion primaire suscitée par un évènement, vous avez souvent affaire à tous vos sens. Les 5 sens se mettent en oeuvre pour répondre à un stress. Même si ce stress n’intervient que sur un sens (ex : un fort coup de klaxon inattendu) il y a fort à parier que vous regarderez autour de vous, que vous sentirez l’odeur des gaz d’échappement si vous êtes au volant ou que peut-être vous frémirez… Cela vous montre que l’émotion s’accompagne toujours du sens.

Attribuer une pensée et une réaction à un stress prévisible

Dans le cas du klaxon le stress était imprévisible. Maintenant imaginez un stress prévisible quotidien : exemple le plus courant vous êtes stressé par votre patron qui hausse la voix dès que quelque chose lui déplaît ou encore vous recevez tous les soirs un appel indésirable d’une personne que vous n’appréciez pas mais avec qui vous faites votre B-A (Bonne Action). Prenons l’exemple d’une jeune femme qui reçoit chaque jour l’appel de sa tante inquiète pour elle ou en manque de contact. Le fait qu’elle réponde la regarde. C’est son choix. Si elle choisit de se déconnecter mentalement de la conversation, de ne pas se laisser impacter en focalisant son regard sur un paysage et en respirant d’une certaine façon (exemple : respiration carrée), elle possède un outil pour répondre à son stress. La meilleure solution consiste à déterminer différentes sources de stress ou de mal-être et de leur attribuer par la force de votre volonté (avec des exercices à l’appui pour la développer) une réponse saine. Exemple :

Stress dans le cadre professionnel : Porter son regard sur l’interlocuteur même sans jamais dévier (ce qui démontre votre réactivité et votre écoute active) et entamer discrètement une respiration « en vagues ».

Stress dans le cadre familial : Se servir un grand verre d’eau et débuter une respiration sous forme de vaguelettes avec ajout d’une pensée-ancrage comme « J’ai inspiré / J’ai expiré »)

Stress dans la rue : Compter ses pas et respirer en doublant son expiration.

Des dizaines d’exercices existent. Le principal est d’apporter la même réponse à la même situation pour créer un « raccourci » inconscient. La gestion des émotions c’est aussi cela : avoir un panel d’exercices faciles et de solutions adaptées face à nos réactions classiques et spontanées.

Intéressé(e) par la Gestion des émotions ? N’hésitez pas à me contacter pour en savoir davantage.

Réécrire un évènement passé peut-il sauver notre présent ?

La sophrologie travaille sur le passé, le présent et l’avenir

La sophrologie propose de travailler sur le passé, sur le présent et sur l’avenir. C’est un outil formidable qui permet de se recentrer, de se détendre, de réveiller son potentiel intérieur et bien souvent de revoir son mode de vision des choses.

La visualisation créatrice, en dehors de tout exercice de sophrologie, est très efficace elle aussi si on sait comment la pratiquer, autrement dit comment communiquer avec son cerveau…

Penser positif ; un mode de vie !

La pensée positive, quant à elle, est un mode de vie à part entière qu’il convient d’utiliser à bon escient et d’une manière tout de même réaliste. Elle n’est en rien une méthode miracle d’autant plus que de la pratiquer quelques mois seulement ne suffira pas à se forger un mental de champion… Ce que bon nombre de thérapeutes omettent de vous dire. La pensée positive est un « mode » de pensée continu. Penser positif de temps en temps ne vous apportera pas beaucoup de satisfaction au final. Peut-être même aurez-vous la désagréable sensation de mentir aux autres en agissant comme une personne optimiste alors que vous ne l’êtes pas vraiment. Car la pensée positive occasionnelle agit un peu comme un régime « yoyo ». Il faut changer tout son mode d’alimentation à vie pour mincir et ne pas revenir en arrière. Il en va de même pour cette technique de bien-être…

Réécrire un court passage de sa vie

Il y a un outil que je considère comme très puissant. Il s’agit de la réécriture du scénario de vie. En fait il s’agit très rarement de réécrire toute une vie mais plutôt de détecter les éléments du passé qui font encore mal à l’heure actuelle où qui agissent comme des « bloqueurs » au quotidien.

J’ai commencé à étudier la réécriture du scénario de vie lors de ma formation de Coach en suppression des croyances limitantes. Mais rapidement j’ai constaté que la méthode préconisée renvoyait bien trop le client à son passé. Il y avait une partie du vécu qui était souvent très positive car pleine d’apprentissages. Mais ceci le client en était souvent inconscient. Tout réécrire était un travail énorme voire épuisant dont on ne voyait jamais la fin. Ce travail entraînait aussi une profusion d’opinions et d’avis personnels souvent inutiles et démoralisants et nous perdions beaucoup de temps. Les résultats n’arrivaient pas avant plusieurs semaines et n’étaient pas à la hauteur de l’énergie engagée par le client et le thérapeute, une véritable équipe mais qui a ses limites.

Ce blocage qu’il faut lever

Désormais nous trouvons avec le client, lors de la première anamnèse, le blocage principal qui parfois n’est pas lié à la raison pour laquelle le client consulte. Ensuite nous étudions les possibilités qui auraient pu advenir en mettant de côté l’issue réelle de l’écueil qui parfois date de dizaines d’années. Il ne s’agit pas de refaire l’histoire « avec des si » mais d’évaluer ce qui aurait pu se produire dans une version meilleure, dans une version pire et dans une version neutre.

Un scénario plus positif basé sur une perception différente de l’évènement voit le jour. Il est validé par le client et le thérapeute conjointement. Puis des consignes très précises sont données au client afin qu’il visualise une autre version de l’évènement.

Pourquoi cela agit-t-il positivement ?

Nous sommes des êtres physiques mais pas que. Nous sommes aussi esprit et énergie. Ainsi il nous est possible de booster cette énergie en vivant de belles expériences et en nous reposant physiquement et mentalement ou de lui nuire en ruminant de sombres pensées, en n’effectuant pas assez de sport, en restant inactif etc.

L’évènement demeure mais sa perception change

Lorsqu’on a le courage d’explorer à fond un écueil passé, d’en parler, de le revivre différemment la démarche paraît négative mais elle est en fait constructive. Lorsqu’une expérience est vécue avec nos 5 sens alors le cerveau l’assimile comme une bonne, une mauvaise ou une neutre expérience. Recréer un évènement en restant sur les sens et en répétant encore et encore la visualisation va « changer le message ». Bien-entendu l’évènement qui vous a tant déplu ou blessé demeurera ce qu’il est. Par contre la perception qu’en aura votre cerveau changera. Un déblocage qui entre dans l’ordre des choses pourra alors avoir lieu.

C’est bien l’émotion qu’on répare

Il est bien possible de « réparer » l’émotion liée à une histoire nuisible afin de rejoindre le point d’évolution où on en serait si les choses s’étaient, à l’époque, passées différemment ! Il ne s’agit pas de se mentir mais bien de changer dans le cerveau l’émotion et donc la perception de cet évènement passé.

Cet exercice doit être mené dans certaines conditions invariables et jusqu’à ce que le client ne ressente plus d’animosité par rapport au dit évènement (mettons de côté les deuils et les évènements traumatisants qui ne peuvent en aucun cas entrer dans cette méthode). C’est généralement le stade auquel le client ressentira des changements dans sa vie.

Le scénario pourra alors progresser ou s’arrêter.

Coaching : Le groupe Ressentis / Croyances face aux Faits réels

4 sphères avec lesquelles le client interagit

Les clients qui participent au coaching en Suppression des Croyances limitantes arrivent souvent pleins de ressentis sur : 1° Eux-mêmes 2 ° Les autres 3 ° L’avenir et 4 ° Le monde qui les entoure. Tout se base sur ces 4 sphères. Quel genre de pensées entretiennent-ils ? Ici est parfois le fond du problème. Le coaching est plus profitable quand on est déjà sensibilisé à la sophrologie ou aux techniques de relaxation et qu’on a appris à gérer ses émotions au mieux. Le coaching vient alors constituer une étape supplémentaire dans la maîtrise de soi et de ses objectifs.

Définir ensemble les grandes familles de pensées du client

Pour évoluer et comprendre ses croyances limitantes il est important de comprendre quelles sont les grandes familles de pensées qui nous animent au quotidien. Le flot des petites pensées inutiles et négatives fait hélas les grandes rivières de pessimisme… Comment savoir si nos pensées forgent chez nous des croyances limitatives ? Pour désamorcer les croyances limitantes inconscientes que nous avons sur nous-même il est bon de comprendre comment se forment les expériences. Si je comprends comment tel ou tel processus s’est formé chez moi alors je possède tout ce qu’il faut pour le désamorcer. C’est l’antidote au problème, à l’écueil… En coaching nous étudions ces grandes familles de pensées.

Les faits solides

En coaching nous nous posons également la question suivante :

« Cette croyance est-elle basée sur des faits solides et réels ? »

Si la réponse est NON (des critères existent pour définir la réalité d’un fait) il faut aller à son encontre en l’éliminant. Une élimination pure et dure n’est hélas pas possible. L’humain fonctionne par référence à des expériences positives ou négatives. Il diminue souvent les premières mais majore les dernières. Il faut donc transformer la croyance négative en croyance positive à l’aide de challenges. Par exemple si un client est persuadé de ne pas savoir parler en public il doit pouvoir bénéficier d’une expérience corrective (c’est à dire que je dois lui offrir l’occasion de parler en public d’une façon nouvelle et bienveillante). Cette méthode corrective a des limites : si le client est bien trop ancré dans ses croyances limitantes et qu’elles sont ses « amies » de longue date il refusera l’expérience corrective et renforcera sa croyance limitante.

Quand l’expérience corrective ne vient pas …

Parfois le coach qui croit fort en son client peut lui proposer une expérience corrective en ne prenant pas en compte ses aptitudes : tout le monde n’est pas capable de prendre un billet pour une conférence avec l’objectif de poser une question à l’intervenant. C’est alors que le coach se rend compte que le problème qu’il pensait venir d’une mauvaise expérience ou de multiples expériences malheureuses en le domaine est en fait organisationnel. D’un autre côté si c’est le coach qui prend rendez-vous pour son client et qui se tient à ses côtés pour qu’il demande le micro au dit évènement il l’infantilise… l’expérience de correction est biaisée car jugée « trop facile » par le client. Parfois l’expérience corrective tarde à venir ou ne vient jamais : le client est alors dans une forme de résistance. Il demeure trop attaché à ses dysfonctionnements pour accepter de les lâcher. Il peut arriver que le client arrête un temps le coaching jugeant qu’il n’est pas « prêt » encore à avancer. Lorsque le client revient le coach doit pouvoir l’accueillir chaleureusement afin de ne pas constituer lui-même une expérience de rejet pour le client. Certains clients ne reviennent pas devant l’ampleur du travail personnel à réaliser. C’est simplement un échantillon de la vie telle qu’elle est faite : même au niveau du coaching et dans un cadre « sécure » on retrouve la disparité entre les individus : ceux qui sont prêts à soulever des montagnes pour réussir et ceux que la réussite, quelque part, terrifie… Le coaching est avant tout une résonance. Parfois elle est absente. D’autres elle soutient tout le process et le client redoute d’arriver « à la fin » des séances. Couper le lien est difficile. Mais l’expérience est souvent réussie. Aller au bout d’un coaching est déjà une preuve de volonté véritable.

Le coach est son vécu

C’est pour cela que le coaching en suppression des croyances limitantes repose en grande partie sur le bagage professionnel et le vécu du coach. Sa connaissance de l’humain a du se forger sur le terrain pendant de longues années. Il a du lui-même à un moment de sa vie « aller au charbon »…

Le véritable écueil chez de nombreuses personnes stagnant dans leurs projets est ici : OUI les croyances peuvent devenir plus puissantes que les faits réels !

Ici aussi des techniques existent qui consistent à déterminer ce qui a attiré telle ou telle chose dans notre vie (visions pessimistes, faits réels, pensées, mots ?)

Le fait pur et la croyance

Le coach constate les fonctionnements de ses clients en appréciant ses clients, en leur apportant un éclairage nouveau sur ses derniers sans jamais émettre de jugement. Le client qui se sent jugé est souvent celui qui se juge durement lui-même.

Travailler sa propre définition du FAIT et de la CROYANCE s’avère toujours être un exercice fort utile. Il fait partie de l’ensemble d’exercices à forte signification que le coach a à sa disposition pour amener son client vers l’harmonie.

Le Coaching en Suppression des Croyances limitantes

Un coaching venu des USA

Le Coaching en Suppression des Croyances limitantes nous vient des Etats-Unis. La certification, elle, a été fondée par Joe Vitale (grand motivateur et intervenant majeur désormais célèbre film « The Secret ») et Steve G. Jones (dont la spécialité est l’hypnothérapie). En tant que thérapeute et sophrologue, j’ai suivi leur formation il y a 2 ans. Au-delà d’apprendre à transmettre certains principes, ce cursus en américain m’a permis de travailler sur moi-même et d’entreprendre un vaste bilan de mes croyances limitantes depuis le jour de ma naissance jusqu’à actuellement. J’ai conservé le cahier de mes réflexions et la liste de mes croyances limitantes (aujourd’hui transformées) comme outil de démonstration pour mes clients.

10 à 12 séances selon votre capacité d’assimilation

Ce coaching en Suppression des Croyances limitantes s’effectue en 10 séances. Mais pour une personne qui n’a jamais côtoyé l’univers du développement personnel ou qui n’a jamais effectué de lectures concernant les grands principes de la pensée positive (au moins la Méthode Coué), 2 séances supplémentaires représentent un « ballon d’oxygène » pour mieux assimiler les bases de ce coaching assez prisé parmi mes clients mais très « dense ». Tout le monde ne peut pas l’intégrer. Car il ne s’agit pas simplement de se lancer mais bien d’aller jusqu’au bout.

Tout le monde n’ira donc pas au bout de ce coaching car aborder ses propres limitations peut s’avérer frustrant. Le Coaching en Suppression des Croyances limitantes ne promet pas du « rose bonbon » : il veille simplement à déloger par des réflexions et des exercices ces croyances qui vous freinent au quotidien de façon inconsciente. Nous connaissons tous nos faiblesses et nos croyances limitantes conscientes. Les lister peut constituer un bon début mais ce ne sont pas elles qui intéressent le coach (celui qui génère chez le client matière à creuser plus profondément).

La première étape consiste à bien connaître ses différents états d’éveil

Pour cela le coach part du principe qu’un être « nettoyé » de ses croyances limitantes fonctionne naturellement mieux. Mais afin d’être nettoyé il faut pouvoir déterminer avec une grande clarté ses croyances limitantes conscientes et inconscientes et formuler avec une grande précision ses objectifs à court, moyen et long terme. On parle aussi de mettre en place un « Manifeste » de Soi. Beaucoup de clients disent : « Oh oui, je sais exactement comment je fonctionne… » mais pourtant rien n’est écrit, rien n’est clairement formulé. Il s’agit donc d’une demi-conscience qui n’est pas utilisable en tant qu’outil de travail. Le travail sur soi s’accommode plutôt mal de flous artistiques et de demi-mesures peu tatillonnes. Voir ses croyances limitantes émerger peut également être effrayant pour le client qui se placera alors dans le rejet et de la méthode et du coach à la fois, préférant rester sur un modèle qui fonctionne cahin-caha mais qui est connu, qui ne fait pas peur. C’est la confiance du coach en son client et inversement qui fait le bon fonctionnement du procédé. C’est lorsque qu’on travaille sur soi depuis des années que le flou artistique concernant nos propres croyances devient vraiment gênant. De grands artistes (chanteurs, danseurs, acteurs ou même plasticiens) ont compris la nécessité d’analyser leur mode de fonctionnement pour placer la barre plus haut en tout confort. Ils se sont débarrassé de ce qui les limitait avant de commencer à produire.

Eliminer la Victimisation

Se sentir en guerre avec les autres ou avec le système est générateur d’isolation. Le négativisme génère une forme de désespoir tranquille qui s’installe, dure et perdure. Les gens qui sont négatifs et qui traquent l’imperfection chez les autres sont aussi ceux qui ne prennent pas leurs responsabilités. Il est plus facile de blâmer la courbe du chômage que de remuer ciel et terre pour trouver un emploi. Il est plus facile d’évoquer une maltraitance à l’enfance que d’engager un réel travail sur soi pour tourner la page. Parfois les morts ont « bon dos ». Un deuil bien ancré peut présenter des bénéfices secondaires qui dans le fond nous limiteront toujours… La victimisation peut être réconfortante mais doit demeurer temporaire. Râler et passer une journée au lit, devant sa télé, un pot de Nutella entre les mains, pire avec un paquet de cigarettes, pourquoi pas ? Mais cet état ne peut être que transitoire. Lorsqu’il devient la routine quotidienne il est créateur de multiples dommages…

Passer plutôt à une forme d’Empowerment (cet état où mon positivisme et mes actions bénéfiques me permettent de me délivrer du pouvoir non pas sur les autres mais sur les circonstances de ma vie)

Si je veux un bel intérieur je dois commencer par trier, éliminer les choses qui ne servent plus mais qui prennent de la place et qui génèrent de la poussière chez moi. Il me faut ensuite ranger et nettoyer. Ou l’inverse, comme vous voulez ! La clarté d’esprit permet une troisième étape qui est…

L’Abandon

Il ne s’agit nullement de baisser les bras ! C’est le moment où je ne dois ni renoncer ni redevenir une victime des autres et du monde qui m’entoure. C’est si facile ! Il s’agit davantage d’un principe d’alignement (je me sens en harmonie avec ce que je suis profondément, avec l’univers qui m’entoure et avec les autres, avec ma vocation par exemple) que de zénitude … Je me considère comme un co-créateur dans l’univers qui m’entoure. C’est en éliminant toute victimisation, en me dirigeant vers mon propre pouvoir intérieur et en lâchant prise en confiance que je dirigerai ma vie et mes attitudes vers le stade si prisé celui de …

L’éveil majeur

Il n’est pas un délire « spirituel »… Il est la véritable reconnexion avec soi et la reconnaissance de la beauté là où elle réside. Nous avons ici cessé d’alimenter notre système de croyances limitantes. Nous maîtrisons nos mots, nos idées, l’histoire de nos aïeux également. Nous avons tenté de « résoudre » ce qui méritait de l’être plutôt que de laisser « en jachère ». Nous connaissons le système de fonctionnement de nos proches. Quand un faiseur d’histoires nous appelle en panique, nous ne courrons plus dans tous les sens. Nous écoutons avec ce que nous savons de nous et de lui. Là où hier il y avait de l’angoisse il y a aujourd’hui un désir de renouvellement constant de nos idées, de nos opinions sur le monde et les autres et sur nous-mêmes bien-sûr. C’est un état de grâce motivant que nous expérimentons lorsque notre pouvoir intérieur est « ressenti » et non plus « camouflé » ou « en veilleuse ».

Savoir qu’il nous est impossible de tout contrôler fait partie du process. Des techniques de nettoyage mentales existent et ce coaching vous aidera à les pratiquer.

Faire le distinguo

Il n’en reste pas moins qu’il n’y a pas de miracles ! Long est le chemin pour celui qui a décidé de travailler sur lui-même. Ce coaching permet à chacun de faire le distinguo entre les croyances et les faits purs et durs. Souvent les gens qui stagnent dans leur vie professionnelle ou personnelle sont aussi ceux qui ont du mal à définir les limites entre le ressenti et la réalité. « Ressentir que quelqu’un ne nous aime pas » est une croyance. Nous proposons notamment des outils permettant de distinguer le fait réel de la pure croyance.

Pour résumer en tant qu’humain nous avons trop souvent foi en nos croyances diverses et variées. Lorsque ce sont elles qui nous disent ce que nous pouvons faire ou non il est temps d’aller à leur encontre. Comment éliminer concrètement nos croyances limitantes ? C’est aussi le sujet de ce coaching qui changera la vision que vous entretenez de vous, des autres et du monde qui vous entoure !

Ce coaching est pour vous si :

  • Dans le fond vous savez que vous êtes un battant mais que vous rencontrez des difficultés à faire avancer vos projets
  • Vous vous lancez dans un nouveau projet personnel ou professionnel
  • Vous désirez prendre votre vie en main et ne plus subir votre environnement ou votre entourage
  • Vous souhaitez vous installer comme thérapeute et désirez éviter le sentiment non légitimité
  • Vous êtes jeune et vous débutez dans la vie
  • Quel que soit votre âge vous avez soif désormais d’excellence dans l’authenticité
  • Vous savez que l’amélioration passe par le changement
  • Vous misez sur votre différence

Ce coaching n’est pas pour vous si :

  • Vous avez du mal à cadrer votre quotidien et si vous n’arrivez déjà pas à « avoir des horaires »
  • Vous n’êtes pas une personne « fiable » (retards, absences…)
  • Vous maniez parfaitement l’art du sms mais n’arrivez pas à vous exprimer en face à face
  • Vous pensez que le coach fera le travail à votre place
  • Vous êtes en quête de bien-être façon « Institut de beauté » ou spa
  • Vous pensez que payer suffit à réussir …
  • Vous préférez imiter les autres plutôt que d’admettre votre richesse (la différence)

A l’heure actuelle les clients qui tirent tous les effets bénéfiques de ce coaching sont souvent des gens déterminés. Certains pensent manquer de confiance en eux et pourtant tout prouve le contraire ! Les chefs d’entreprises, nouveaux entrepreneurs, futurs thérapeutes ressentent rapidement les effets positifs du cercle vertueux généré par le procédé. Avant tout il y a la confiance en la méthode et dans le coach, être humain faillible mais qui recherche l’amélioration constante et qui ne se repose pas sur ses lauriers. C’est alors que l’alignement opère, à travers la constitution éphémère (10 heures dans une vie) d’une équipe bien organisée, d’un duo prêt à soulever des montagnes.

Votre parcours et celui des autres

Nous vivons une période de mouvement et d’évolution permanente. Dans cet univers il faut sans cesse s’adapter, se réadapter, se former, apprendre, pour ne pas être dépassé. Aussi il n’est pas rare de voir des gens se questionner sur la « validité » de leur parcours personnel ou professionnel et d’autres se comparer à leurs voisins, collègues ou relations… C’est un écueil courant en coaching. On vient parfois davantage pour « ressembler à l’autre » que pour « devenir Soi ».

Chaque parcours est unique

Chaque être et chaque parcours est unique et précieux pour la société et le monde qui nous entoure. Personne n’a exactement la même vocation ni le même appel. Même dans des professions comme celle d’avocat, il y a différents buts et objectifs, différentes spécialités (le droit de la famille, celui des affaires ou de l’entreprise etc.) et chaque avocat aborde ses dossiers avec sa vision des choses, son vécu, son expérience.

Différentes nuances

Il en va de même dans la vie quotidienne : nous avons tous des spécialités et des passions différentes. La même passion peut être menée très différemment par deux personnes distinctes. Si je fais de la musique je peux par exemple choisir de composer, mon voisin préférera, lui, écrire ses propres chansons, un autre aimera passer son temps à faire des reprises de chansons connues. Nous sommes tous différents. Le même métier, la même passion sont abordés en fonction de notre caractère dans la nuance.

Le facteur Age

Le facteur Age nous ancre parfois dans un immobilisme. En coaching, je rencontre différentes personnes. Certaines sont prêtes à tout pour atteindre leurs objectifs, d’autres préfèrent se laisser guider, porter. Les jeunes ont une vision extraordinaire : ils voient loin et tout est possible. Au cabinet arrivent parfois de « petites tempêtes » pleines d’énergies qui se voient très bien lancer leur affaire en Australie ou aux USA et qui… y arrivent ou sont en bonne voie ! Et puis il y a ceux que la vie a tranquilisés (trop parfois) et qui n’arrivent plus à se projeter sur 6 mois, 1 an…

Apprécier tout ce qu’on possède déjà

Il y a un point sur lequel chacun peut cependant travailler : apprécier ce qu’il possède à l’heure actuelle plutôt que de regarder dans le jardin du voisin. C’est une étape indispensable. Bien-sûr si rien ne semble nous plaire ou nous convenir dans notre vie, il y a un parcours à réaliser. Il est profond et parfois contraignant mais peut nous amener au Mieux-être.

Apprendre à renoncer au passé

Apprendre à renoncer à ce que nous n’avons pas obtenu à une époque par exemple, est une étape forte, pleine d’enseignements. Sur le papier cela parait simple, mais dans la vraie vie c’est infiniment plus complexe qu’il n’y parait… Les gens qui comparent leur parcours à celui des autres ne sont jamais « à leur place ». Ils ont des regrets. Ils rejettent souvent la faute de la « condition de leur vie » sur les autres. Je me souviens d’une femme dont la société avait fermé suite à la massive grève de La Poste en 1995 et qui, des années plus tard, reportait chaque épreuve de sa vie sur cet événement. La Grève avait plombé toute sa vie !

Repartir à zéro est utopique

Face à des occasions manquées émerge une envie : celle de repartir à zéro. Pourtant la notion de « repartir à zéro » est impossible ! Nous ne sommes pas un ordinateur à qui il suffirait de remplacer la mémoire. Nous nous sommes formés sur nos réussites, nos deuils, nos échecs. On vit avec. Même s’ils ne sont plus aussi vivaces ils composent notre être intérieur, parfois même (c’est le cas pour les accidents) notre être physique.

Et si on se faisait confiance ?

Comment apprécier ce qu’on possède, ce qu’on a fait ? En décidant de se faire confiance et en croyant que chaque étape passée était là sur le chemin pour nous « apprendre » quelque chose d’essentiel ! Le deuil, par exemple, peut nous apprendre que nous sommes capables d’avancer seuls. Perdre son permis de conduire peut nous amener à nous servir davantage de ce corps qui nous a été donné à la naissance, en marchant, en faisant du vélo, en changeant sa vision du monde qui nous entoure. Il ne s’agit pas de faire de la pensée positive à outrance mais plutôt d’apprécier le beau et le bon même dans l’adversité.

C’est l’une des étapes du Coaching « Un Sens à ma Vie ». Si vous souhaitez travailler à devenir la meilleure version de vous-même en conservant votre authenticité, n’hésitez pas à explorer la page Coaching.

Ces souvenirs que vous pouvez désamorcer pour avancer …

Changer de vie n’est pas synonyme d’abandon total …

Vous souhaitez changer de vie, donner à votre existence plus de Sens ? Beaucoup de gens pensent que le changement de vie passe par un « coupage » de ponts avec l’entourage ou un grand déménagement au vert. Ces visions correspondent tout à fait à ce que les médias transmettent et vendent à travers des « success stories » du type : « Ce couple d’informaticiens a tout quitté pour aller élever des chèvres en Ardèche » et autres clichés… Cette pression ambiante veut nous faire croire que pour changer son destin il faut forcément revenir à la case Départ… Rien n’est plus faux ! Changer de vie peut être tout simplement changer de mentalité face aux autres, à l’avenir, réaliser un vieux rêve enfoui ou, enfin, changer de domicile. Souvent le bon amène le bon, c’est pourquoi un changement de vie peut s’accompagner pour ne pas risquer un retour en arrière.

Un changement trop radical et c’est retour à la case Départ …

Je n’ai rien contre des médias qui « vendent du rêve » à ceux qui s’ennuient ou qui n’ont pas le courage de « changer de vie » eux-mêmes et qui donc se passionnent pour ces émissions de télé-réalité où les autres « sautent », eux, le pas… Par contre je trouve qu’il est dangereux de ne pas montrer également suite. Que deviennent les parisiens informaticiens devenus éleveurs de chèvres au fin fond de l’Ardèche, 5 ans, 7 ans, 10 ans plus tard ? Pour beaucoup, c’est justement le retour à la case Départ.

Pour une île de rêve …

Une personne passait ses vacances au bout du monde sur une plage de rêve. Elle ne vivait plus que pour cela. Toute l’année sa vie était mise entre parenthèses et tout ce qui importait pour elle était de réunir l’argent nécessaire à un nouveau voyage. Peu importe l’emploi choisi, elle était prête à tout (balayer, vendre des crêpes à emporter, faire le ménage à gauche, à droite pour des gens qui la traitaient comme une moins que rien…) pour avoir toujours plus d’argent et vivre son mois de rêve qu’elle passait à se faire photographier en maillot de bain dans le sable blanc… Puis lassée de payer un hôtel elle a eu pour projet de trouver un conjoint sur cette île. Elle finit par y arriver mais la relation s’avéra d’emblée compliquée. L’homme ne parlait pas un mot de français, il avait une mère très présente et très intrusive qui ne vit pas l’arrivée de la jeune fille d’un bon oeil… Elle qui était très indépendante s’ajouta donc une contrainte familiale qu’elle n’aurait pas tolérée venant de sa propre famille ! Rapidement, l’homme, qui lui ne rêvait que de quitter son île paradisiaque pour vivre dans une grande ville (on veut souvent ce qu’on n’a pas…), arriva à la convaincre de monter une petite affaire à Paris, lui promettant qu’ils reviendraient souvent sur ladite plage de rêve… Lui se retrouva sans papiers, il ne pu travailler, elle se retrouva à cumuler des petits jobs dévalorisants… Après quelques années de galère ils repartirent « au paradis », se séparèrent et la jeune fille devenue jeune femme trouva un autre compagnon. Lui aussi voulait quitter son île, l’histoire se répéta donc… A la quarantaine, la femme se retrouva de nouveau à Paris, symbole de ce qu’elle considérait comme « ses échecs », sans emploi, avec aucune expérience significative. Elle admit d’elle-même : « Mon grand rêve a gâché ma vie ! ». Aujourd’hui cette personne envie beaucoup ses amis et amies, qui eux, ont, à force de persévérance, ce qu’elle qualifie de « vraie vie » ou de « vrai emploi ». Elle ne tolère pas que certains soient, pendant son absence, devenus propriétaires ou parents ou qu’ils aient réalisé leurs rêves d’entrepreneuriat. Il y a là une certaine rancoeur. Pourtant, davantage de « vision », un accompagnement au changement ou à la transition lui aurait probablement permis de sortir victorieuse de son aventure, sans avoir à trouver de conjoint pour une raison « d’intérêt »… C’est un simple exemple de comment le grand changement de vie peut « déraper » et générer encore plus de frustration ! …

Votre projet est-il vraiment vôtre ?

Au cabinet, certains de mes clients arrivent avec de grands projets. C’est très positif en soi. Certains ont tout balisé de leur grand changement de vie et il n’y a rien à dire, juste à accompagner la transition. Parfois un Coaching en Leadership s’impose car ils projettent d’embaucher, de gérer des équipes. Certains ont de grands projets, d’autres ambitionnent juste le rêve d’être autoentrepreneur à leur compte. D’autres encore s’oublient dans des projets qui ne leur conviennent pas vraiment. Des conseillers Pôle Emploi, des amis, des proches leur ont conseillé de se former à telle ou telle discipline, de choisir tel ou tel nouveau métier. Le projet n’est pas vraiment le leur mais ils ont été amenés à le croire. Et rapidement ça pèche…

Moins le projet est nôtre, plus la résistance au changement est forte !

Dans ces différents cas, le premier écueil rencontré est souvent la difficulté de CROIRE EN SOI. Se mettre à son compte sans croire en soi, sans croire en son service, en son produit, rend les choses infiniment plus compliquées. Heureusement un bon coaching en Suppression de croyances limitantes ou axé sur le Sens à donner à sa vie, permet de lever la majorité des schémas erronés qui empêchent la véritable Confiance en Soi. C’est sans compter la résistance qui peut être énorme chez certains. Moins le futur projet vient de soi, plus la résistance est forte. Pourquoi se lancer sereinement dans ce qu’on croit avoir choisi lorsqu’on s’aperçoit, au fil du temps, que le choix réalisé il y a un mois, un an, trois ans, n’est pas entièrement « nôtre » ?

Les souvenirs influencent le processus

Les souvenirs de nos réussites ou de nos échecs influencent le process. L’Inconscient est une mémoire bien camouflée. Il recèle nos souvenirs enfouis, ceux qui sont trop douloureux pour appartenir à nos réflexions quotidiennes. Lorsque vient le temps du « changement de vie » (un désir souvent très légitime et très profond), les souvenirs trop lourds peuvent plomber notre confiance.

Nous sommes la résultante de notre passé

Nous sommes la résultante de notre passé. Lorsque des images négatives trop lourdes à porter s’imposent à nous, le changement peut être compromis. Il peut ne pas être durable. A la première difficulté l’homme revient dans sa bulle de confort, sa « posture » de confort. Il aura toujours une bonne raison pour avoir « échoué » dans son projet : l’argent trop absent, les autres trop peu empathiques, le piston trop répandu dans le domaine choisi, le manque de relation etc.

Ainsi je me souviens de l’histoire d’une jeune fille de 25 ans, qui avait monté son entreprise (free-lance) et qui en se rendant chez ses clients en métro, chaque jour, ne pouvait s’empêcher de se remémorer son adolescence malheureuse, l’échec cuisant de ses relations et j’en passe… Des idées parasites qu’elle ne parvint pas à surmonter si bien qu’elle mit rapidement la clé sous la porte, convaincue de ne pas mériter ce changement… Cet exemple est loin d’être extrême. Être assailli par le doute lorsqu’on tente de changer de vie est somme toute assez courant…

Dépoussiérer nos souvenirs avant de nous lancer

C’est pourquoi je recommande, avant de se lancer dans un grand changement de travailler sur soi et sur son inconscient. Il ne s’agit pas d’effacer ce qui nous compose : tous nos souvenirs… Mais plutôt de les dépoussiérer afin qu’il ne nous fassent plus « éternuer »… Car les mauvais souvenirs sont comme des objets poussiéreux qui, lorsqu’on les touche, peuvent provoquer une toux ou un larmoiement indésiré…

La première étape des coachings que je propose consiste à guérir les souvenirs douloureux. On ne les efface pas, simplement on ne leur permet plus de générer chez nous des effets secondaires inattendus, déroutants, contrôlants…

Notre mémoire, comme un iceberg …

Imaginez un iceberg. Tout le monde sait que la partie émergée de l’iceberg est ridicule par rapport à ce qui se cache sous la surface de l’eau. Il est facile de la toucher ou d’y poser le pied. Ce qui est plus difficile à atteindre (à moins de posséder un mini sous-marin ou un scaphandre protégeant du froid extrême) c’est la partie immergée de cette masse glacée… Nous pouvons comparer la partie émergée de l’iceberg à notre conscience, à ce que l’on connaît et qu’on peut facilement disséquer, étudier, analyser… La partie immergée, elle, est comparable à notre Inconscient : nos souvenirs enfouis, refoulés… des écueils sous-marins !

Vérité crue ou refoulement ?

Pourquoi nos souvenirs douloureux de l’enfance ou de l’adolescence ou les évènements actuels relevant du traumatisme, vont-ils s’enfouir directement dans notre inconscient ? Peut-être tout simplement parce que l’oubli profond est plus bénéfique à notre psychisme que la vérité crue qui ferait, comme une grenade, trop de dégâts dans notre vie. Travailler sur la mémoire revient à désamorcer la grenade. Bien que présente, elle ne risque plus d’exploser à tout moment. Sachant cela il devient plus facile de programmer une sortie de sa zone de confort ou d’engendrer un réel changement de vie.

Nos souvenirs sont des filtres. Lors d’un changement de vie il convient de travailler sur ces filtres. Un deuil compliqué peut nous permettre de mieux comprendre un client. Un burn-out professionnel de mieux aider un proche etc. Les évènements qui nous arrivent, même douloureux, ajoutent des filtres à notre vision. En version « filtre » ils ne sapent plus ni notre motivation, ni nos initiatives de changement.

Vous souhaitez engager un grand changement de vie ? Je vous invite à lire la page « Coaching Un Sens à ma Vie ».