Comment être bien dans sa peau en 2021 ?

C’est le retour des vidéos spontanées prises sur le vif. Chaque semaine je vous livre des réflexions aidantes sur un sujet qui vous tient à coeur (n’hésitez pas à utiliser la rubrique Contact pour me donner des idées ! Rien n’est meilleur que le partage !).

Aujourd’hui abordons le sujet du physique, des petits et des grands complexes ainsi que des distorsions qu’on pose parfois sur soi-même (regard biaisé, peu objectif, peu positif sur soi)

Bon visionnage !

Le Coaching en Suppression des Croyances limitantes

Un coaching venu des USA

Le Coaching en Suppression des Croyances limitantes nous vient des Etats-Unis. La certification, elle, a été fondée par Joe Vitale (grand motivateur et intervenant majeur désormais célèbre film « The Secret ») et Steve G. Jones (dont la spécialité est l’hypnothérapie). En tant que thérapeute et sophrologue, j’ai suivi leur formation il y a 2 ans. Au-delà d’apprendre à transmettre certains principes, ce cursus en américain m’a permis de travailler sur moi-même et d’entreprendre un vaste bilan de mes croyances limitantes depuis le jour de ma naissance jusqu’à actuellement. J’ai conservé le cahier de mes réflexions et la liste de mes croyances limitantes (aujourd’hui transformées) comme outil de démonstration pour mes clients.

10 à 12 séances selon votre capacité d’assimilation

Ce coaching en Suppression des Croyances limitantes s’effectue en 10 séances. Mais pour une personne qui n’a jamais côtoyé l’univers du développement personnel ou qui n’a jamais effectué de lectures concernant les grands principes de la pensée positive (au moins la Méthode Coué), 2 séances supplémentaires représentent un « ballon d’oxygène » pour mieux assimiler les bases de ce coaching assez prisé parmi mes clients mais très « dense ». Tout le monde ne peut pas l’intégrer. Car il ne s’agit pas simplement de se lancer mais bien d’aller jusqu’au bout.

Tout le monde n’ira donc pas au bout de ce coaching car aborder ses propres limitations peut s’avérer frustrant. Le Coaching en Suppression des Croyances limitantes ne promet pas du « rose bonbon » : il veille simplement à déloger par des réflexions et des exercices ces croyances qui vous freinent au quotidien de façon inconsciente. Nous connaissons tous nos faiblesses et nos croyances limitantes conscientes. Les lister peut constituer un bon début mais ce ne sont pas elles qui intéressent le coach (celui qui génère chez le client matière à creuser plus profondément).

La première étape consiste à bien connaître ses différents états d’éveil

Pour cela le coach part du principe qu’un être « nettoyé » de ses croyances limitantes fonctionne naturellement mieux. Mais afin d’être nettoyé il faut pouvoir déterminer avec une grande clarté ses croyances limitantes conscientes et inconscientes et formuler avec une grande précision ses objectifs à court, moyen et long terme. On parle aussi de mettre en place un « Manifeste » de Soi. Beaucoup de clients disent : « Oh oui, je sais exactement comment je fonctionne… » mais pourtant rien n’est écrit, rien n’est clairement formulé. Il s’agit donc d’une demi-conscience qui n’est pas utilisable en tant qu’outil de travail. Le travail sur soi s’accommode plutôt mal de flous artistiques et de demi-mesures peu tatillonnes. Voir ses croyances limitantes émerger peut également être effrayant pour le client qui se placera alors dans le rejet et de la méthode et du coach à la fois, préférant rester sur un modèle qui fonctionne cahin-caha mais qui est connu, qui ne fait pas peur. C’est la confiance du coach en son client et inversement qui fait le bon fonctionnement du procédé. C’est lorsque qu’on travaille sur soi depuis des années que le flou artistique concernant nos propres croyances devient vraiment gênant. De grands artistes (chanteurs, danseurs, acteurs ou même plasticiens) ont compris la nécessité d’analyser leur mode de fonctionnement pour placer la barre plus haut en tout confort. Ils se sont débarrassé de ce qui les limitait avant de commencer à produire.

Eliminer la Victimisation

Se sentir en guerre avec les autres ou avec le système est générateur d’isolation. Le négativisme génère une forme de désespoir tranquille qui s’installe, dure et perdure. Les gens qui sont négatifs et qui traquent l’imperfection chez les autres sont aussi ceux qui ne prennent pas leurs responsabilités. Il est plus facile de blâmer la courbe du chômage que de remuer ciel et terre pour trouver un emploi. Il est plus facile d’évoquer une maltraitance à l’enfance que d’engager un réel travail sur soi pour tourner la page. Parfois les morts ont « bon dos ». Un deuil bien ancré peut présenter des bénéfices secondaires qui dans le fond nous limiteront toujours… La victimisation peut être réconfortante mais doit demeurer temporaire. Râler et passer une journée au lit, devant sa télé, un pot de Nutella entre les mains, pire avec un paquet de cigarettes, pourquoi pas ? Mais cet état ne peut être que transitoire. Lorsqu’il devient la routine quotidienne il est créateur de multiples dommages…

Passer plutôt à une forme d’Empowerment (cet état où mon positivisme et mes actions bénéfiques me permettent de me délivrer du pouvoir non pas sur les autres mais sur les circonstances de ma vie)

Si je veux un bel intérieur je dois commencer par trier, éliminer les choses qui ne servent plus mais qui prennent de la place et qui génèrent de la poussière chez moi. Il me faut ensuite ranger et nettoyer. Ou l’inverse, comme vous voulez ! La clarté d’esprit permet une troisième étape qui est…

L’Abandon

Il ne s’agit nullement de baisser les bras ! C’est le moment où je ne dois ni renoncer ni redevenir une victime des autres et du monde qui m’entoure. C’est si facile ! Il s’agit davantage d’un principe d’alignement (je me sens en harmonie avec ce que je suis profondément, avec l’univers qui m’entoure et avec les autres, avec ma vocation par exemple) que de zénitude … Je me considère comme un co-créateur dans l’univers qui m’entoure. C’est en éliminant toute victimisation, en me dirigeant vers mon propre pouvoir intérieur et en lâchant prise en confiance que je dirigerai ma vie et mes attitudes vers le stade si prisé celui de …

L’éveil majeur

Il n’est pas un délire « spirituel »… Il est la véritable reconnexion avec soi et la reconnaissance de la beauté là où elle réside. Nous avons ici cessé d’alimenter notre système de croyances limitantes. Nous maîtrisons nos mots, nos idées, l’histoire de nos aïeux également. Nous avons tenté de « résoudre » ce qui méritait de l’être plutôt que de laisser « en jachère ». Nous connaissons le système de fonctionnement de nos proches. Quand un faiseur d’histoires nous appelle en panique, nous ne courrons plus dans tous les sens. Nous écoutons avec ce que nous savons de nous et de lui. Là où hier il y avait de l’angoisse il y a aujourd’hui un désir de renouvellement constant de nos idées, de nos opinions sur le monde et les autres et sur nous-mêmes bien-sûr. C’est un état de grâce motivant que nous expérimentons lorsque notre pouvoir intérieur est « ressenti » et non plus « camouflé » ou « en veilleuse ».

Savoir qu’il nous est impossible de tout contrôler fait partie du process. Des techniques de nettoyage mentales existent et ce coaching vous aidera à les pratiquer.

Faire le distinguo

Il n’en reste pas moins qu’il n’y a pas de miracles ! Long est le chemin pour celui qui a décidé de travailler sur lui-même. Ce coaching permet à chacun de faire le distinguo entre les croyances et les faits purs et durs. Souvent les gens qui stagnent dans leur vie professionnelle ou personnelle sont aussi ceux qui ont du mal à définir les limites entre le ressenti et la réalité. « Ressentir que quelqu’un ne nous aime pas » est une croyance. Nous proposons notamment des outils permettant de distinguer le fait réel de la pure croyance.

Pour résumer en tant qu’humain nous avons trop souvent foi en nos croyances diverses et variées. Lorsque ce sont elles qui nous disent ce que nous pouvons faire ou non il est temps d’aller à leur encontre. Comment éliminer concrètement nos croyances limitantes ? C’est aussi le sujet de ce coaching qui changera la vision que vous entretenez de vous, des autres et du monde qui vous entoure !

Ce coaching est pour vous si :

  • Dans le fond vous savez que vous êtes un battant mais que vous rencontrez des difficultés à faire avancer vos projets
  • Vous vous lancez dans un nouveau projet personnel ou professionnel
  • Vous désirez prendre votre vie en main et ne plus subir votre environnement ou votre entourage
  • Vous souhaitez vous installer comme thérapeute et désirez éviter le sentiment non légitimité
  • Vous êtes jeune et vous débutez dans la vie
  • Quel que soit votre âge vous avez soif désormais d’excellence dans l’authenticité
  • Vous savez que l’amélioration passe par le changement
  • Vous misez sur votre différence

Ce coaching n’est pas pour vous si :

  • Vous avez du mal à cadrer votre quotidien et si vous n’arrivez déjà pas à « avoir des horaires »
  • Vous n’êtes pas une personne « fiable » (retards, absences…)
  • Vous maniez parfaitement l’art du sms mais n’arrivez pas à vous exprimer en face à face
  • Vous pensez que le coach fera le travail à votre place
  • Vous êtes en quête de bien-être façon « Institut de beauté » ou spa
  • Vous pensez que payer suffit à réussir …
  • Vous préférez imiter les autres plutôt que d’admettre votre richesse (la différence)

A l’heure actuelle les clients qui tirent tous les effets bénéfiques de ce coaching sont souvent des gens déterminés. Certains pensent manquer de confiance en eux et pourtant tout prouve le contraire ! Les chefs d’entreprises, nouveaux entrepreneurs, futurs thérapeutes ressentent rapidement les effets positifs du cercle vertueux généré par le procédé. Avant tout il y a la confiance en la méthode et dans le coach, être humain faillible mais qui recherche l’amélioration constante et qui ne se repose pas sur ses lauriers. C’est alors que l’alignement opère, à travers la constitution éphémère (10 heures dans une vie) d’une équipe bien organisée, d’un duo prêt à soulever des montagnes.

Psychopratique : Travailler sur la Mémoire

Nous portons tous en nous notre histoire. Parfois celle de nos ancêtres également. Tout dépend de ce qui nous a été raconté (ou non) lorsque nous étions enfants. Selon ses méandres, ses angles, ses dénouements, cette histoire peut nous aider à donner un sens à notre vie, nous encourager, nous remplir d’orgueil, de joie, de certitudes ou au contraire nous plomber…

Notre histoire nous permet de donner un sens à notre vie

Connaître notre histoire, celle de notre famille également, est donc primordial lorsque nous décidons, à un moment de notre vie, de donner un sens à notre existence. C’est en connaissant notre histoire, en en acceptant ses détours, ses cicatrices, ses moments de gloire ou de déchéance, que nous nous préparons à avancer vers le Sens.

Un être précieux quel que soit son vécu

Une histoire, pour nous être profitable, devrait avoir un début positif. Lorsqu’on sait, par exemple, qu’on a pas été désiré par ses parents, il faudra travailler à comprendre que notre existence est aujourd’hui nécessaire à quelqu’un d’autre. Chaque être est précieux aux yeux de l’univers dans lequel nous évoluons, aux yeux d’un autre. Comprendre à quel point nous pouvons aider et servir, à quel point nous sommes capables de donner de la joie, de la satisfaction ou « d’apporter » aux autres, à une communauté ou à un groupe restreint, est important.

Un socle pour la congruence

Lors des séances de psychopratique, nous abordons le passé non pas comme un « curriculum vitae » mais une frise chronologique dont seuls les événements qui sont importants pour vous comptent (un voyage, une sortie, une rencontre peuvent marquer toute une vie, bien plus qu’un diplôme ou qu’un mariage parfois…) Peu importe que votre mémoire soit tout à fait conforme à la réalité passée. La guérison intérieure veut que cette mémoire nous permette aujourd’hui de nous offrir un socle pour construire et avancer solidement et en congruence.

Les souvenirs appellent le Bonheur

Les souvenirs appellent le Bonheur. Ils ont ce pouvoir, dès qu’ils sont positifs, de démontrer notre courage, nos traits de caractère les plus bénéfiques à nous-mêmes et aux autres. Un simple bon souvenir peut nous aider à surmonter une période de rejet, d’isolation, de maladie, un alitement parfois… D’où l’importance des photos qui « aident » à se souvenir.

Sans passé coloré, vivant, l’avenir peut paraître « fade ». A-t-on envie d’y aller alors ?

Quel mode de lecture de votre passé ?

En séance de psychopratique, nous travaillons sur le mode de « lecture » que vous offrez à votre passé. Les souvenirs douloureux deviennent ainsi plus légers et supportables au quotidien.

Quand consulter ? Si chacun de vos jours est une longue rumination d’échecs ou de souvenirs d’agressions verbales ou mentales. Si vous repensez sans cesse à ce que certains vous ont fait subir lorsque vous étiez enfant et que cela vous met encore « en rage »… Si ces souvenirs douloureux plombent vos projets, votre faculté d’aller de l’avant, il est bon d’en parler.

Hyperactif mais sans Sens

S’il vous semble que vous êtes « en quête de vous-même » mais qu’il manque toujours une pièce au puzzle de votre vie, que vous cherchez à donner du sens en étant hyperactif, en multipliant les activités et les projets sans succès alors vous avez peut-être besoin de l’aide d’un tiers pour avancer…

Savoir pour qui ou pour quoi nous existons peut rendre notre vie intéressante, lui conférer un véritable sens. Certains regardent leurs jours s’écouler sans chercher de « sens » logique à leur existence. Oui il est possible de vivre ainsi même si pour moi, par exemple, cela est inconcevable…

Le Sens n’est pas du luxe !

Trouver un sens a sa vie est souvent perçu comme « un luxe ». J’ai entendu une fois quelqu’un me dire : « l’accouchement de ma femme s’est très mal passé. Elle a failli mourir. Aujourd’hui elle nous enquiquine avec sa Quête de sens. Elle veut voyager, savoir quel est son rôle sur terre »… comme si le Sens ne concernait que certaines élites ou certains « farfelus » ou ceux qui étaient passés par des moments difficiles, qui avaient côtoyé la mort de près…

Pourtant la Quête de sens n’est pas superflue, elle est vitale !

Quand le Sens initial disparaît …

Parfois ce pour quoi on a vécu toute sa vie se délite brutalement. Prenons l’exemple d’un comédien ou d’une comédienne qui a donné toute sa jeunesse à la scène, à la culture théâtrale, qui a joué avec les meilleurs et qui, au détour de la cinquantaine, ne trouve plus aucun rôle. Ou celui d’un peintre qui a vendu ses créations lorsqu’il était jeune mais qui n’obtient plus aucun succès. Là, la perte de son Sujet de toujours peut générer une frustration allant jusqu’à la dépression ou au suicide. La blessure narcissique peut être énorme, insurmontable… Pourtant nul ne promet que la quête de sens qui nous anime aujourd’hui soit immuable ! C’est pourquoi le comédien, la comédienne devrait peut-être penser à écrire ou à passer derrière le rideau, pas comme si c’était une « honte » mais plutôt parce qu’un nouvel « appel » se présente peut-être… Le peintre en mal de clients devrait, peut-être, monter une association, enseigner… sans pour autant se sentir « maudit ». Mais pour cela il faut savoir juger l’état de notre ego, de notre mesure ou, pour certains, de notre « démesure »… Tout le monde mérite de trouver ou de retrouver un Sens à sa vie. Et cela passe parfois par des solutions très simples ! Trouver un sens n’est pas forcément aller « gravir l’Himalaya » comme les médias veulent nous le faire croire…

Si vous souhaitez engager un travail sur le Sens, consultez l’onglet Coaching « Un Sens à ma Vie » !

La Sophrologie pour retrouver l’Estime de Soi

Un monde en pleine évolution = Un monde qui pose questions …

Nous vivons une époque où les possibilités de se développer personnellement paraissent presque infinies… De lectures intéressantes et psychologiques (en livres papier, en ebooks ou sur de simples site web) aux séminaires de Bien-être, en passant par les sessions de motivation avec mentors (parfois célèbres, parfois hors de prix également) ou les cours divers et variés dont l’objectif est de « grandir », l’offre ne manque pas ! Notre monde dispose de tout… mais c’est parfois aussi ce qui fait que ceux qui ne « se lancent » pas peuvent avoir le sentiment de « rester sur le carreau »… Une notion à préciser …

Les autres y arrivent mais ce n’est pas pour moi !

Qu’est-ce que j’entends par l’expression « rester sur le carreau » ? Ressentir le sentiment que « tout le monde » profite d’une vie pleine de sens et d’opportunités, alors que vous restez sur vos acquis et sur vos croyances ancrées. Vous n’osez pas vous lancer, tester autre chose, aller vers vos rêves. Le simple fait de prendre un cours de dessin ou de vous mettre au sport vous interroge… Vous ne passez jamais à l’action. Et vous avez toujours une bonne raison pour ça ! Il ne s’agit pas d’un « manque d’ambition » car l’ambition n’est pas obligatoire pour être heureux, mais plutôt d’un manque d’Estime de soi. Se dire : « C’est génial et c’est bon pour les autres mais moi je ne le pourrai pas » c’est déjà se dévaluer dans un sens…

Les grands rêves sous-jacents sont les éléments qui nous poussent à évoluer, à être meilleurs, à nous rapprocher de nos ambitions et à atteindre une certaine congruence …

Les gens qui se dévaluent régulièrement sont aussi ceux qui se coupent de leurs grands rêves (les rêves sous-jacents, ceux qui permettent d’évoluer et de se lancer dans une « quête » d’accomplissement parfois), qui demeurent dans une forme d’immobilisme (en refusant de belles opportunités ou en se mettant eux-mêmes les « bâtons dans les roues »…)

Faire le bilan, le bilan de vie …

On peut, à certains moments de sa vie, regarder dans le rétroviseur, penser qu’on est devenu quelqu’un qu’on « ne connait pas » ou qu’on ne « reconnait plus ». Avec l’âge certains ont le sentiment d’avoir « lâché » beaucoup d’objectifs et d’espoirs… Certains se rendent compte que leur vie actuelle ne leur convient plus parce que quelque chose a changé, à l’instar d’une maman qui failli perdre la vie à son accouchement et qui, une fois les enfants à l’école maternelle », ressent un immense « manque de sens » au point de sombrer dans une dépression… Pour d’autres c’est un événement qui déclenche tout : la dispute de trop, le fait d’avoir pris un risque inconsidéré pour une cause qui ne trouve pas grâce à leurs yeux, le fait de se rendre compte qu’il n’y a pas de retour en arrière possible (c’est le cas, par exemple, d’un désinvestissement dans le couple, le ou la concerné(e) ne réagit que lorsqu’il est trop tard…)

Il se peut, dans ce cas, surtout après une période complexe (un deuil, une déception, ce que l’on perçoit comme un « échec » : je suis persuadée qu’il n’y a pas d’échecs, juste des leçons à la grande école de la vie… et qu’il est possible de tirer du bon des écueils que nous avons rencontrés sur le chemin), qu’il soit nécessaire de faire enfin un BILAN DE VIE.

Le BILAN DE VIE c’est tout simplement mettre en colonnes ses rêves initiaux, ses désirs initiaux face à ses concrétisations et être prêt à mesurer l’écart existant entre les deux. Lorsque beaucoup de désirs, de rêves sous-jacents, de projets qui tenaient à coeur, ont été abandonnés il faut peut-être estimer son Estime de Soi (sa confiance en soi également).

Une fois ce travail réalisé (cela s’effectue en quelques séances de psychopratique), on peut remédier à ce problème.

Apaiser les traumatismes du passé, oublier les échecs et repartir du bon pied

La sophrologie permet d’apaiser des traumatismes passés, de mettre de côté des « échecs » anciens et de repartir sur une base plus positive. Sur la base d’objectifs bien définis (mais qui peuvent changer au fil des séances selon votre ressenti, lorsqu’un domaine s’améliore on peut passer à un autre, il n’y a aucune rigidité dans le process). Elle permet surtout de révéler et de réveiller vos capacités « en veilleuse », de valoriser et de développer vos propres ressources intérieures. Vous êtes capable de bien plus que vous ne le croyez !

Travailler sur l’Estime de Soi mais aussi sur des points plus concrets

Parfois c’est le manque d’Estime de Soi qui fait qu’on n’obtient pas le bon poste ou la promotion espérée et non le patron… Il s’agit alors de travailler sur soi, de développer l’Estime et la Confiance avant d’agir sur des points très concrets.

Par exemple : il est assez courant de découvrir au bout de quelques séances qu’une personne devrait améliorer sa façon de formuler les choses (dans la vie privée, dans le travail), redéfinir sa liberté d’expression ou adopter un style plus clair, précis, concis mais dans la fermeté.

Le fait d’augmenter l’Estime de Soi rend beaucoup de choses possibles.

A travers les séances de Sophrologie, on va travailler à la fois sur la détente corporelle, l’ancrage corporel, la zone de confort… Travailler sur des visualisations comme celle du « trésor enfoui à découvrir », celle du « jardin merveilleux » (dont quelques feuilles mortes gâchent la beauté…) ou sur l’autonomie suffisent à « rétablir » ou à rebooster l’Estime de Soi.

Lors d’une rupture ou d’une prise de poids, le travail sur l’Estime de Soi permet d’aborder l’avenir avec sérénité et un peu plus de positivisme.

Chaque personne est unique, chaque client est une « rencontre » différente, les deux acteurs de cette histoire (client et thérapeute) grandissent ensemble au fil des séances jusqu’à l’autonomie du premier.

Si vous traversez une période complexe affectivement, professionnellement ou que vous avez du mal à résoudre un deuil, si vous êtes en pleine transition (vous souhaitez changer de région, de métier, d’opinion sur la vie…) n’hésitez pas à me contacter pour que nous en parlions.

Je vous souhaite une bonne santé et bien-entendu #restezchezvous ! 

Les effets de la Visualisation positive

Connaissez-vous des gens qui mènent tous leurs projets à bien et qui ne s’encombrent pas de regrets si toutefois certains de leurs objectifs avortent ? Avez-vous un ou une amie à qui « tout réussit » (selon vous et selon il ou elle) et qui n’hésite jamais à se lancer dans une nouvelle activité ? Qui abat le travail de façon organisée en étant toujours sûr(e) de lui/elle ?

Des capacités à relancer

Ces personnes n’ont rien d’exceptionnel dans le fond, si ce n’est 2 capacités primordiales et formidables :

  • Savoir trouver leurs dons tout au long de leur vie (les dons et les capacités en appellent de nouvelles) et les adapter aux situations vécues
  • Positiver et visualiser les événements à venir avec confiance

Bien-entendu, si vous suivez les séances de sophrologie, de coaching en suppression des croyances limitantes ou de psychopratique avec moi, vous savez déjà que visualiser ne sert à rien si vous ne le faites pas TOUS LES JOURS !

La constance est primordiale en développement personnel comme dans toutes les disciplines

La constance est primordiale… Trop souvent les gens se lancent dans une thérapie pour « déculpabiliser » de ne rien faire pour « aller mieux ». On pense que de payer un thérapeute suffira bien… L’envie réelle de changer n’est pas là et la constance non plus. Personnellement je ne travaille jamais avec des gens dont la motivation est au placard… C’est une perte de temps et pour eux et pour moi. Même lorsque je reçois des clients en relaxologie il y a de petits exercices à refaire chez soi pour prolonger le bien-être… Ne pas les faire est déjà un signe de résistance au changement. C’est très courant et ça se surmonte quand on comprend que la technique fait du bien et fonctionne. On a toujours envie d’amplifier ce qui fait du bien, non ?

Une vision à modifier

Le négativisme et le pessimisme se soignent mais il s’agit pour cela de remplacer durablement et solidement son point de vue sur 1) Vous-même 2) Les autres 3) Les situations 4) Le monde qui vous entoure 5) Votre vision de l’avenir !

Les 7 principaux freins à une visualisation efficace

C’est un travail qui peut paraître simple et basique et pourtant… dès qu’on commence à visualiser on se heurte à de nombreux écueils :

  • Le premier est de ne pas vraiment croire en la méthode …
  • Le second est de ne pas apporter de réel crédit à ce que vous visualisez. Si vous considérez vos visualisations comme des rêveries éveillées c’est certain que votre inconscient ne sera nullement imprégné de vos idées aussi positives soient-elles…
  • Le troisième est de visualiser trop vite et trop grand, en dehors de vos réels besoins (si vous avez besoin de trouver un nouveau client et que vous vous imaginez déjà riche sur une plage des Caraïbes avec des amis fortunés, l’inconscient sera dans le rejet. C’est beaucoup trop gros à « avaler » pour lui…
  • Le quatrième écueil est de ne pas être assez clair dans vos visualisations. Une visualisation efficace est le fruit d’un besoin réel et d’une clarté d’esprit maximale…
  • Le cinquième écueil est lié aux pensées parasites qui déboulent dans votre visualisation et vous déconcentrent. Il faut apprendre à les maîtriser, la méditation est excellente pour ça !
  • Le sixième écueil est de ne pas VOUS apporter de crédit : vous le faites pour essayer, pour tester la méthode et voir si ça marche… Vous demeurez au stade de « testeur » et ne passez jamais au stade de réel « receveur de bienfaits »
  • Enfin le septième et dernier écueil est la régularité de la pratique. A partir de moment où on travaille sur des énergies, il faut ouvrir son inconscient et pour cela il faut travailler TOUS LES JOURS. Si vous arrêtez dès les premiers jours car vous ne voyez aucun changement dans votre mentalité, vous ne passerez jamais le cap de l’ancrage dans l’inconscient.

Une de mes expériences : Depuis quelques mois j’arrive à distinguer l’aura des gens. Je peux ainsi voir la couleur de leur aura mais aussi l’intensité de sa vibration. Je distingue les premières strates seulement. Je n’en suis pas encore à voir les 7. Cela m’a demandé de suivre un cours spécial avec une professionnelle confirmée et surtout un travail de concentration énorme. Je me suis astreinte à me concentrer 5 puis 10 puis 15 minutes par jour. A partir du moment où je suis arrivée à distinguer l’aura très vite, presque au premier coup d’oeil (si les gens se situent sur un fond clair et pas trop bariolé), j’ai fait des progrès énormes. Pour ne pas perdre cette capacité et ne pas gâcher ces progrès je continue de pratiquer. Pour la visualisation positive c’est la même chose, il faut dépasser le stade des écueils pour passer à celui de la pratique quotidienne. 

Les bénéfices énormes de la visualisation positive

Voici les effets d’un VRAI TRAVAIL de visualisation positive quotidien :

  • Ouverture de l’Inconscient et meilleure vision des opportunités personnelles et professionnelles se présentant à vous…
  • Meilleure confiance en soi : le fait d’imaginer une issue positive à un événement permet de savoir qu’on peut le faire. De nombreux athlètes s’entraînent dans l’esprit avant de gagner sur le terrain
  • Forger sa volonté : s’astreindre à une discipline à la fois pratique et spirituelle chaque jour permet de se dépasser
  • Mieux dormir ! Il est possible de s’endormir si on visualise le soir, peu importe surtout si le sommeil est plus paisible ensuite
  • Accepter des défis de plus en plus important
  • Se sentir en congruence avec sa vraie nature (la visualisation révèle nos rêves majeurs, nos rêves enfouis ou abandonnés pour les remettre au programme)
  • Croire davantage en l’être humain (car on comprend que quelqu’un peut changer en travaillant vraiment sur soi)

La règle de base selon Neville Godard

La règle de base pour débuter, simple mais pas des moindres :

« Assume the feeling of the wish fulfilled » Neville Godard

« Assumez le sentiment du souhait déjà accompli » Neville Godard

Ce n’est pas la beauté du job ou du partenaire imaginé qui compte mais plutôt la sensation de complétude ressentie lorsqu’on sait qu’on a obtenu et que maintenant on peut expérimenter la Joie ! Le sentiment ressenti est bien plus important que les objets imaginés (même si ceux-ci plantent le décor) !

Assumer enfin !

Le mot « assumer » est important. Celui qui n’assume pas sa visualisation ne peut en ressentir les bienfaits…

A bientôt pour un nouvel article et le retour des vidéos … En attendant soyez prudents, restez chez vous, protégez les vôtres et portez vous bien !

Deux façons de savoir si un entretien ou une conversation a porté ses fruits

Dans la vie personnelle, familiale ou professionnelle, il est parfois indispensable de « mettre certaines choses au clair ».

Même si les intérêts que vous défendez ne sont pas les mêmes dans le couple, à la famille ou au travail, les communications que vous mettez en place avec « l’autre » (ou un tiers qu’il soit bienveillant ou pas du tout) s’effectueront de la même manière : en suivant VOTRE mode de communication.

Plus on sait comment on communique, moins on appréhende les entretiens

Si vous avez eu l’occasion de travailler sur vous et d’analyser vos réactions et vos comportements face à un auditeur peu bienveillant ou agressif ou même face à quelqu’un de très empathique (ce qui ne veut pas dire que cette personne, par pure bienveillance, ne limitera pas vos actions et vos objectifs) alors c’est plutôt positif. Plus on connaît sa façon personnelle de communiquer moins on craint les écueils.

Si vous n’avez jamais étudié votre propre mode de communication alors vous ne disposez pas du recul nécessaire pour contrôler la façon dont vos émotions se répercutent sur vos paroles. Pour le comprendre vous pouvez lire mes autres articles sur le sujet comme celui-ci par exemple.

Si vous avez bien identifié votre mode de communication, alors vous connaissez vos forces et vos faiblesses verbales. Vous avez sans doute étudié également votre posture physique et la façon dont vous communiquez (ou non) la congruence. Plus on est en congruence plus on communique une assise solide et la confiance en soi…

Une problématique de base et des objectifs sous-jacents

Nous l’avons dit, pour être efficace une conversation doit cibler la bonne problématique de base. Cette problématique est subdivisée en « sous-problématiques ». Lorsqu’il s’agit du couple ou de la famille, il convient plutôt d’analyser (dans le cas de gros soucis : envisager une rupture, un divorce, un break…) les rêves sous-jacents abandonnés ou mi de côté… Souvent ce sont eux qui sous-tendent la problématique générale avec parfois une mauvaise définition de la relation également…

Un temps cadré

La conversation doit être limitée dans le temps car au bout d’un moment les participants ayant utilisé dès le début leur énergie positive s’épuisent et s’agacent… Nous l’avons vu précédemment il existe des étapes qui, une fois franchies, ne permettent plus à la communication d’être efficiente… Mais si tout semble se passer sans trop d’encombres alors comment savoir si LA conversation, L’Entretien majeur qu’on attendait depuis des semaines ou des mois, ou encore la confrontation, celle qui nous stressait tant, a porté ses fruits ?

Une pause et une affirmation positive !

Voici deux techniques que je pratique dans ma vie professionnelle et mes activités de sophrologue, de coach et de psychopraticienne mais aussi dans l’univers de l’entreprise lorsque je rencontre des responsables, des collaborateurs ou d’autres consultants avec qui je dois travailler. Ces deux techniques toutes simples me permettent d’estimer à la fin de l’entretien (et même avant) si mon message a vraiment atteint mon ou mes interlocuteurs :

  • Je propose un temps de « repos » pendant lequel je vais faire un thé ou chercher des cafés avant de conclure l’entretien. Comme la technique est peu courante et un peu déroutante je ne m’attends pas à ce qu’on me la propose. Je prends l’initiative. Je suis très claire : je me lève et je dis (avec gentillesse mais fermeté : « Accordons-nous un rapide instant de détente avant de conclure (ou de résumer) » et je me lève. Lorsque je reviens mon interlocuteur est souvent plus détendu. Je précise que cette manoeuvre n’est pas une petite tactique étrange pour mettre l’autre mal à l’aise mais qu’en tant que thérapeute je suis certaine que ce temps est nécessaire à chacun de nous pour récupérer un peu d’énergie et calmer le débat (ce qui arrive parfois). Pour moi ce temps s’apparente aussi au fairplay. Si l’autre s’en va il ne joue pas le jeu (et il est impoli au passage…) En principe les deux personnes en ont déjà beaucoup sur l’esprit à ce stade et les choses n’avancent plus vraiment. Cet instant permet aux interlocuteurs de repenser à leurs objectifs initiaux et peut-être de se rendre compte qu’ils se sont un peu « perdus » dans des détails ou des généralités et que le véritable problème n’a été qu’abordé… Si la conversation et les émotions négatives sont trop intenses on peut proposer de reprendre le lendemain matin par exemple. Ce qui importe est de résumer ce qui a été dit de façon claire et concise. Ainsi il est possible de savoir si « le message est passé » ou s’il n’a été entendu qu’en superficie…
  • Expliquer à son interlocuteur qu’on « a bien avancé ». Si l’autre vous répond « moyennement » ou encore « ah bon, vous trouvez ? » voici l’occasion de résumer l’entretien et d’éclaircir les points sur lesquels, selon vous, il n’y aura pas à revenir. Le fait d’affirmer « on a bien avancé » poussera l’interlocuteur à mettre d’emblée de côté le secondaire. Par exemple il dire : « Oui, enfin moyennement, pour moi le dossier n’est pas bouclé puisque nous ne sommes pas d’accord sur le budget ni sur le lieu ». Vous pourrez donc considérer que le reste « est bien réglé » et proposer de se revoir pour parler uniquement du budget et du lieu. Le but pour vous est, par exemple, de savoir si vous pouvez considérer que le reste est okay ! Si 80% de la problématique est réglée il est bon de le formuler : « Donc c’est réglé à 80%, on se revoit pour les 20 restants »… Cette technique permet de se retrouver « au milieu », autrement dit d’appliquer une forme de compromis. On estime qu’une partie des choses est réglée. C’est un pas en avant. Cela prouve que même sous un rejet apparent (qui parfois n’est que narcissiquement parlant « protocolaire »), les sujets, eux, ont bien été abordés.

Les techniques de Communication vous intéressent ? Vous souhaitez en savoir davantage ? Réservez votre séance en Préparation d’entretiens ou en Consulting Leadership !

 

La première séance de Psychopratique

La Psychopratique

Psychopraticien « tout court » n’est pas un « titre » mais désigne simplement celui ou celle qui exerce la « psychopratique », c’est à dire l’accompagnement de personnes en souffrance morale. Cet accompagnement s’effectue à l’aide d’outils préalablement définis (dans mon cas la libération émotionnelle par la parole, la libération émotionnelle par le jeu de rôle et la gestuelle, la thérapie cognitive). Le psychopraticien, s’il doit expliquer à son client de quelle façon va se dérouler l’accompagnement, possède souvent un bagage de formations bien fourni, en plus des techniques qu’il a choisi. Il s’installe souvent à un moment de sa vie où lui-même a suffisamment expérimenté la psychothérapie et où il lui semble avoir acquis une expérience poussée de l’humain. Pour exemple j’ai décidé de m’installer en tant que thérapeute il y a 10 ans après avoir longtemps géré de « l’humain » au travail (management dans la presse, la communication et l’édition) et avoir monté des ateliers de sophrologie et de relaxation en hôpital et pour des structures associatives.

Des méthodes et une expérience de l’humain avant tout

Même si j’accompagne la transition personnelle, professionnelle, sentimentale, familiale etc. par les 3 méthodes précitées, je suis également formée à La Dramatherapy, à l’accompagnement du stress post traumatique et du deuil compliqué, à la Sophrologie (avec la Psychopratique il s’agit de mon cursus « initial » de reconversion), à la psychologie du leadership, à l’alliance thérapeutique, à la psychologie transpersonnelle et à des méthodes de régénération de l’énergie… Ces méthodes « apportent » à ma vision et à mon travail au cabinet, me permettant de comprendre certains aspects de la psychologie humaines et des comportements humains mais aussi de trouver les bons outils de gestion du stress, par exemple, pour mes clients. La psychopratique c’est une rencontre avant tout. Le client et le thérapeute apprennent l’un de l’autre.

Des questions oui mais dans l’empathie et la chaleur

Certains clients redoutent la première séance de psychopratique (anamnèse) mais d’autres participent très activement et ont hâte de « savoir » comment nous allons travailler ensemble à leur problématique. La première séance, comme toutes les autres, est menée dans la confidentialité, dans un cadre sécurisé où l’alliance thérapeutique peut se développer au mieux, dans le calme et dans l’empathie. Il n’y a donc absolument aucune raison de stresser en y pensant.

Quantifier le bien-être 

J’ai tendance à dire que la thérapie commence, en fait, à partir du moment où le client me téléphone. A cet instant il est déjà apaisé et le travail sur soi commence vraiment ! Son bien-être est mesurable. A la question « A combien estimeriez-vous votre bien-être moral avant votre coup de fil ? » puis « A combien l’estimeriez-vous sur une échelle de 0 à 10, après » on constate que le niveau de bien-être a gagné entre 1 à 3 échelons. Pourtant rien ne s’est encore réellement passé.

Pas de sujets tabous et une libération par la parole

La première séance aborde votre problématique. Il n’y a aucun tabou. Tous les sujets peuvent être abordés sans crainte. Je suis tenue au secret professionnel et rien ne sort de mon bureau. En plus de votre problématique, la prise de contact s’effectue par une longue discussion chaleureuse rythmée par des questions classiques (comment évaluez-vous votre bien-être à la maison, en famille, au travail, quelles sont vos habitudes alimentaires, comment aimez-vous vous détendre, quelles sont vos qualités premières et les écueils que vous pouvez rencontrer etc.)

Formuler des objectifs dans une guidance bienveillante

A l’issue de ce premier entretien, je vous fais part de ce que j’ai pu ressentir et distinguer de votre personnalité et je vous offre des pistes pour solutionner votre problématique. Il ne s’agit pas pour moi d’évoquer simplement des « solutions » mais plutôt de vous proposer un programme personnalisé afin d’atteindre vos objectifs. Jamais je ne décide dans quel sens vous orienter. C’est vous seul qui prenez les décisions car oui vous en avez la capacité. Je ne pense pas non plus « à votre place ». Mon intervention n’est qu’une guidance bienveillante.

Ce programme qui vous est proposé peut inclure des exercices de communication, d’expression, des jeux de rôles, de la relaxation etc. en psychopratique il s’agit surtout de vous aider à prendre conscience de vos ressources intérieures, celles auxquelles vous n’avez peut-être pas pensé. Il est possible également de vous accompagner sur l’analyse et la suppression de vos croyances limitantes.

Un passage …

On n’est pas « lié » à vie à son psychopraticien ou à sa psychopraticienne. L’éthique veut que le thérapeute sache mettre fin à la thérapie au bon moment, celui où le client a atteint l’harmonie et l’équilibre moral escomptés, le moment où il est prêt. Je considère que je ne suis qu’une « passeuse » qui accompagne la transition. Ma présence n’est nécessaire qu’un temps: celui de progresser dans un deuil, de « digérer » une rupture, de prendre la bonne décision, de trouver sa « mission de vie » ou de prendre ses marques dans un environnement nouveau… Ainsi je suis amenée à rencontrer de nombreux clients et à gérer de nombreuses problématiques extrêmement variées. Pourtant, aucune de ces expériences ne peut être comparée à une autre. Aucune n’est semblable. Toutes sont absolument différentes même si certaines techniques d’apaisement (du stress, de la douleur morale etc.) s’avèrent efficaces sur certaines personnes.

De nouveaux objectifs tout le long du chemin

Parfois on se quitte « pour de bon ». D’autres fois le client revient quelques mois plus tard avec un objectif nouveau à atteindre. Certains utilisent mon expertise « étape par étape » : obtenir une vie sentimentale harmonieuse puis œuvrer pour une évolution professionnelle, asseoir leur confiance en eux etc. accompagner le changement de métier, de ville, de partenaire, de mission de vie…  Le principal étant que les séances soient « aidantes » et le client apaisé, satisfait, qu’il prenne conscience de ses capacités et de ressources intérieures.

L’importance d’avancer dans la confiance

Griller les étapes…

Beaucoup de personnes sont pressées (d’atteindre leurs objectifs, de finaliser leurs projets, d’évoluer, de se construire une vie idéale, de rencontrer l’âme-soeur etc.) et avancent donc dans la vie avec une bonne dose de stress, de pression et d’angoisse. Cette façon d’avancer vers son destin, si elle présente certains avantages (aller très vite en tout, « griller » des étapes) n’est pas la meilleure qu’il soit.

Perte du rythme personnel

En effet, en allant très vite, on avance bien souvent dans une forme d’incertitude angoissante et dans une posture incertaine. Bien-entendu à notre époque tout semble s’accélérer et il devient complexe de « garder son propre rythme »… Les réseaux sociaux, le web, ont des avantages mais viennent cristalliser ce manque de temps (voir cette vidéo). Plus on se perd sur la toile, plus le temps file et moins on est connecté à la réalité.

Reconnexion à la mission de vie

Si « grimper les échelons à toute vitesse » est tendance, c’est aussi un fort moyen de se déraciner de ce que nous sommes réellement : des êtres spirituels dans des corps humains pour qui trouver leur appel, leur « mission de vie » et prendre le temps d’en profiter, dans l’épanouissement personnel, est impératif. Chose que beaucoup zappent, désireux d’aller plus vite vers un but paraissant à première vue gratifiant : plus d’argent, plus de temps, plus de voyages etc.

Ces gens « perdus »…

Au cabinet, je reçois souvent des personnes en souffrance morale car déconnectées depuis leur premier emploi de ce qu’elles sont réellement. Ces personnes se disent « perdues », elles ne savent plus réellement ni ce qui les anime, ni ce qu’elles sont profondément. Elles avancent donc dans la crainte de l’avenir, la gorge serrée, la peur au ventre, pressées de toutes parts d’aller plus vite, d’en faire plus etc. Ces personnes-là n’ont que peu de conscience du fait que d’avancer vite c’est aussi vieillir vite, ne pas profiter de l’instant présent.

Quels sont vos vrais rêves ?

En sophrologie comme en psychopratique, j’apprends à mes clients à atteindre leurs objectifs plus lentement mais plus profondément afin d’en tirer une réelle satisfaction. Je leur apprends aussi à renouer avec leur vraie personnalité profonde et à se remémorer leurs rêves, les vrais (ex: « devenir comptable comme mon père » n’est pas un rêve à proprement dit… par contre dire qu’on a toujours rêvé de visiter Lake Louise au Canada mais qu’on ne s’est jamais accordé le droit de concrétiser cette envie bien ancrée depuis la jeunesse est un point à considérer, ce n’est qu’un exemple parmi d’autres bien-sûr).

La Confiance en général

Partout où l’homme est malheureux de ne pas vraiment « vivre » ses rêves les plus profonds et anciens, on remarque une véritable déconnexion de la Confiance en général. Je ne parle pas uniquement de « confiance en soi » (qui se travaille assez facilement en Coaching en suppression des croyances limitantes) mais bien de la Confiance en ce monde qui nous entoure et dont nous faisons partie.

La Confiance, cet émulateur de succès

Cultiver le sens de la Confiance est un émulateur de succès, de réussite. Reconnaître que nous ne sommes ni ce que nous possédons, ni ce que nous faisons permet d’avancer de plus en plus sereinement vers nos objectifs qu’ils soient personnels ou professionnels.

La sophrologie est un outil formidable et efficace pour apprendre à « penser en confiance « et à aller sereinement vers ce qui nous attend, non pas « au tournant » mais sur le chemin de la vie, de notre vie.

Astuces pour augmenter la confiance en soi

La confiance en soi se gagne et se renforce à travers nos expériences positives. A l’inverse certains événements ponctuels ou récurrents peuvent nous la faire perdre momentanément ou sur le plus long terme.

En sophrologie comme en coaching, le but est de redonner confiance au client, confiance en ses capacités, en faisant émerger sa faculté à rebondir et en lui proposant des expériences correctives aptes à remonter l’estime de soi.

En consulting Leadership, le simple fait de revaloriser un cursus, une histoire, un vécu et de chercher avec le client des passerelles lui permettant de s’épanouir en tant que travailleur inspiré et inspirant suffit souvent à restaurer une confiance en soi perdue au fil des écueils, Statut et Confiance étant liés.

Mais sans effectuer un long travail sur soi il est possible, par quelques astuces (relevant du comportemental) de booster sa confiance en soi.

La posture physique

Souvent, les personnes qui n’ont pas confiance en elles, n’emplissent pas l’espace de leur présence. Elles se sentent gênées face au regard de l’autre, s’excusant presque d’être là sans jamais oser « prendre » place. Si elles osent prendre place dans un lieu ou se mettre en avant cela leur demande beaucoup d’efforts, elles doivent « prendre sur elles » pour ne pas laisser leurs gestes et leurs émotions trahir leur inconfort.

S’habituer à marcher la tête haute, en regardant droit devant soi, sans chercher le regard ou l’approbation des autres, sans se sentir « juger », exercer son simple « droit à être là » à cet instant est une habitude à prendre. Elle se renforcera de jour en jour jusqu’à devenir naturelle.

L’apparence

La personne qui n’a pas confiance en elle n’ose souvent pas devenir la meilleure version d’elle-même. Elle peut admirer des mentors, des personnes inspirantes pour leur style, leur attitude, leur mental, leur posture, sans toutefois s’accorder de faire la même chose. Bien-entendu il ne s’agit pas de « copier » la personnalité de l’autre, mais simplement de s’autoriser soi-même à transmettre une image plus proche de ce qu’on souhaiterait vraiment être. Avoir un style propre, sobre, de qualité et se forcer à être physiquement présentable et plus si possible permet de gagner la confiance des employeurs et d’éventuels collaborateurs.

A l’inverse un style brouillon, peu étudié, un physique négligé ou des vêtements de petite qualité ou « voyants » et mal assortis peuvent classer directement dans la catégorie des personnes « peu fiables ». Montrer que l’on maîtrise son corps, son esprit, sa personnalité et qu’on est à l’aise avec soi-même démontre un certain équilibre. Et l’équilibre est une valeur très recherchée à notre époque…

Gérer la pression

Lorsqu’on agit « à chaud » et dans l’urgence, professionnellement ou personnellement parlant, on s’expose à des erreurs et à une marche de manœuvre restreinte. Même si ce ne sont que « de petites erreurs » auxquelles nous nous confrontons, elles viennent renforcer le manque de confiance en soi ou miner la confiance existant déjà. Apprendre à agir calmement, à s’isoler et à prendre du temps pour soi avant toute prise de décision aidera celui qui manque de confiance en soi à retrouver une posture positive, plus solide, dans laquelle il pourra s’appuyer sur ses valeurs et ses qualités mais aussi sur ses croyances portantes. Savoir communiquer clairement, apprendre à respirer pour éliminer les tensions nerveuses permet, entre autre, de gagner en expériences positives donc en confiance en soi. La maîtrise de soi est également une valeur recherchée sur le marché de l’emploi.

Gérer les critiques

En ce domaine, la personne qui manque de confiance en elle doit être très vigilante… Des remarques gratuites et dévalorisantes vont la conforter dans son statut de « personne qui n’a pas confiance en elle » (qui, quelque part, n’est pas « complète » donc). Une des règles de base est d’éviter les gens pessimistes et négatifs et les critiqueurs notoires (qui d’ailleurs peuvent, eux aussi, manquer de confiance). L’autre règle, difficile à suivre mais fort utile, est de prendre la critique constructive, de l’entendre, et de laisser le reste. Focaliser sur le positif et choisir de laisser ce qui nous semble « gratuit ». La méditation et la sophrologie aident à faire ceci plus aisément, avec un peu d’entraînement. Il s’agit de s’autoriser à revenir vers le « stade zéro » où tout est possible et positif. Ce concept est issu du Ho’Oponopono, une prière hawaïenne servant à se reconnecter à nos possibilités infinies et à « nettoyer » les « mémoires » blessantes. Ainsi s’adresser à soi-même des phrases réconfortantes comme : « Je suis désolé, je t’aime » permet de lâcher prise et de s’offrir un peu d’oxygène au sein d’une situation complexe.

Passer à l’action

Les personnes qui manquent de confiance en soi ont souvent peur de passer à l’action. Parfois aussi elles le font mais sans calculer les risques s’exposant ainsi à un éventuel échec qui renforcera leur idée qu’elles manquent de confiance et d’estime de soi. C’est pourquoi elles devraient se forcer à noter 5 rêves qu’elles n’ont pas réalisé ces 5 dernières années et travailler à leur concrétisation. Il ne s’agit pas de se lancer tête baissée mais d’amener une idée à maturité avant d’y aller. Aucun changement n’est possible sans travail sur soi ou passage à l’action. Pour atteindre ses rêves ou ses objectifs il faut souvent être très clair sur ses désirs réels, savoir positiver et mettre en place un « plan d’action massif » comme le recommande le super-motivateur Anthony Robbins !

Conclusion

Ce ne sont que quelques astuces que j’utilise dans le cadre du coaching de vie, du consulting en Leadership ou encore du Coaching en suppression des croyances limitantes (celles qui nous empêchent de nous accomplir pleinement). Un bilan de personnalité et comportemental en cabinet et une proposition de coaching sur-mesure vous apportera des solutions bien plus adaptées et personnelles bien-sûr.

Pour aller plus loin ?

Un coaching ça coûte cher ? Au cabinet je propose une formule de coaching de vie ainsi qu’une formule de coaching en suppression des croyances limitantes (qui est aussi un travail profond sur les capacités que nous ignorons trop souvent) dès 480 euros les 12 séances (entre 60 et 90 mn) payable en 3 à 4 fois. C’est une expérience unique et passionnante tant pour le client que pour le coach !