Relationnel : Se séparer de certaines personnes. Écueil ou avancée ?

On a beau invoquer l’empathie, l’amour et la compatissance envers autrui, il y a des étapes de la vie pendant lesquelles il nous faut nous séparer de certaines fréquentations. Pourquoi ? Comment ? C’est ce qu’on vous explique dans cet article.

Relations fluides et relations rugueuses

Nous avons tous des amis de longue date, certains avec qui la relation a toujours été authentique et fluide, et d’autres avec qui la relation a été plus rugueuse, parfois tendue ou a moins « coulé de source »… Cette seconde catégorie n’est pas sans intérêt. Elle nous a peut-être « challengé » à un moment donné ou même inspiré. Chacun est libre d’estimer ce qu’une relation lui a apporté et de continuer à l’apprécier ou à la subir selon le cas.

Certaines relations, même conflictuelles, peuvent nous apporter leur leçon ou une aptitude nouvelle comme le développement d’une écoute pointilleuse ou encore le développement d’un sens relationnel mieux étudié, plus fin.

Continuer ou se défaire de certaines relations ?

Pourquoi devrais-je, dans ma vie, dans mon parcours, me séparer de certaines personnes ? Pour une seule raison : nous sommes tous faits pour évoluer. Dès lors qu’une personne entrave sérieusement notre capacité d’évolution, il devient légitime d’envisager une séparation.

Je ne suis pas partisante des demi-séparations puisque la relation nocive n’est jamais coupée dans ce cas. Elle continuera de distiller dans votre énergie son flot de négativité. A l’instar de Jean-Louis Aubert dans une certaine célèbre chanson il est parfois préfèrable de « couper » plutôt que de « déchirer » lorsqu’une relation m’apporte des mauvaises ondes…

Les fréquentations nocives

Si nous partons du principe que nous sommes tous perfectibles et que nous devons tous apprendre et évoluer tout au long de notre vie terrestre, il devient évident que les personnalités suivantes iront à l’encontre de ces principes :

  • Les personnes qui vous dénigrent et vous utilisent en profitant de votre gentillesse ou de votre naïveté. Parfois quelqu’un peut également vous leurrer en utilisant votre manque de connaissance dans un domaine précis.
  • Les personnes qui mentent et qui s’arrangent toujours pour vous faire croire que vous avez « mal compris » leurs propos. Ce sont des gens qui mettent en doute votre capacité de compréhension et d’analyse et qui vont donc influer sur votre confiance en vous.
  • Les personnes qui disent du mal des autres en permanence. Vous n’êtes probablement pas épargné…
  • Les personnes qui vous empêchent de vous accomplir ou qui refusent de vous voir vous accomplir. Souvent ces personnes ont un sens déraisonnable de la compétition.
  • Les personnes qui ne donnent jamais mais qui « copient » et « imitent » les autres. Une copie de vous-même ne vous apportera rien de nouveau…
  • Les personnes qui exigent du lien affectif en raison d’un lien du sang (ex: cousins, cousines éloignés) surtout pour vous demander des services mais qui disparaissent ensuite pendant des mois.
  • Les personnes qui ont avec vous un véritable conflit d’intérêt…
  • Les personnes qui, tout simplement, ne souhaitent pas nous voir évoluer vers une vie plus riche et meilleure, peut-être plus profonde que la leur…

Quand vos amis ne respectent ni votre temps ni votre évolution

Exemple : J’ai longtemps eu deux amis R (homme) et L (femme). Nous nous connaissions depuis nos 21 ans. Nous aimions nous fréquenter tous les trois. R et L habitant assez loin de Paris, en banlieue, ils me demandaient souvent de les rejoindre. Débordée par mon emploi dans la communication à l’époque, je n’avais que très peu de temps pour moi. Enfin c’est ce que je croyais. Un beau jour je demandais à R et L de venir chez moi car j’étais fatiguée et j’avais un gros dossier à rendre pour le lendemain. Aucun des deux n’accepta de faire le chemin que je faisais moi-même en sens inverse pour les voir depuis des années. Fâchée, je décidais de revoir mes priorités. Lors de mon temps libre je préférais de loin me rendre dans ma ville de naissance pour visiter mes parents et ma meilleure amie. Cette dernière n’était pas véhiculée. Mère célibataire elle n’avait que peu de moyens pour prendre le train. Il était donc acceptable qu’elle ne puisse venir me voir chez moi régulièrement contrairement à R et L qui avaient à la fois du temps et des moyens financiers. Bientôt je m’aperçus que depuis que j’avais cessé de courir à l’autre bout de la région parisienne pour y rencontrer des pseudos amis peu engagés dans notre relation je bénéficiais d’un surplus de temps ! Je décidais donc de m’inscrire dans une salle de sport, de m’astreindre à un nouveau régime alimentaire (auparavant j’estimais ne pas avoir le temps de peser les aliments et de cuisiner sainement) mais je pus également reprendre des études à distance. Par passion je décidais d’étudier les spiritualités à la fac. J’y rencontrais de nombreuses personnes vibrant haut et préparais le terrain à ma future carrière de thérapeute. Je pris aussi le temps de découvrir de nombreuses méthodes de relaxation. Par la suite R et L revinrent dans ma vie. Ils comprirent rapidement que je n’avais plus du tout les mêmes priorités. Les deux me dirent : « Tu as changé ! » d’une façon à la fois « envieuse » qui laissait sous-entendre « tu en fais trop, on aimerait en faire autant » et culpabilisante (« Tu n’as pas perdu ton temps toi ! »). Je leur répondis simplement que « changer était ce que nous étions tous censé faire » au long de notre vie. La routine peut avoir du bon mais garder des habitudes non efficaces et nocives revient à stagner tout simplement. Je prenais soin par la suite de ne plus perdre ni mon temps, ni mon énergie avec des personnes non engagées dans la relation d’amitié.

Que protéger lorsque la relation n’est pas 100% claire ?

Ce simple exemple nous amène à parler directement de ce que nous DEVONS tous protéger face à autrui, face à un contexte, à une situation pesante ou épuisante parfois :

  • Notre santé
  • Notre temps
  • Notre énergie personnelle car en temps de fatigue elle peut être compliquée à renouveler…
  • Notre relation de couple et notre stabilité familiale. Nous devons réfléchir à deux fois aux personnes que nous laissons entrer au sein de notre foyer (l’endroit où notre feu briller à l’intérieur…)
  • Nos enfants. Il y a des saboteurs de relation professionnels… Si nos enfants ne sont pas dupes, ne le soyons pas non plus…
  • Nos informations personnelles. Certaines personnes, par exemple, possèdent un compte facebook mais ne participent jamais au réseau. Leur compte est « privé » mais pourtant elles savent tout de vous. Ce sont des personnes curieuses qui ne laissent rien filtrer de leur propre intimité
  • Nos valeurs. Il y a certaines personnes qui peuvent par exemple appartenir à un groupe sectaire ou à une communauté très fermée. C’est parfois même le cas avec une simple… salle de sport ! C’est toujours délicat de rester authentique et de nourrir sa propre essence en fréquentant des gens dont le comportement nous parait malsain ou ambigü. Dès lors qu’il vous semble compromettre votre intégrité morale la fréquentation est à revoir. Je suis toujours prise de « mal-être » lorsque des gens me parlent de leur « travail au black » par exemple. C’est quelque chose que je ne comprends absolument pas peut-être parce que j’ai un fort sens du devoir et de l’honnêteté même si comme beaucoup je demeure dans l’incompréhension face à certaines lois ou règles, je les respecte.
  • Notre confiance en soi etc…

Autre exemple : une de mes clientes n’a jamais vraiment apprécié ses années à la fac. Elle se sent cependant pieds et poings liés avec des anciens amis de cette époque qui l’ont tous ajoutée à leurs réseaux sociaux. Chaque matin elle voit donc dans son fil d’actualités des infos concernant des personnes qu’elle ne porte pas dans son coeur. Il y a là une action à enclencher bien-sûr… Oui mais… la culpabilité est grande de se détacher de gens qui n’ont que le défaut de… ne pas nous plaire !

Ce qu’on ne nous dit pas à l’école et que nous apprenons donc à nos dépends un jour ou l’autre c’est que la vie est aussi faite de deuils et de nécessaires séparations. Chaque séparation entraine une quête nouvelle et fraîche qu’il convient de ne pas bâcler. Les accepter c’est accepter le jeu de la vie et celui de l’évolution personnelle. Entre l’école primaire et la faculté nous avons perdu des amis en chemin. Ces pertes étaient souvent involontaires… Apprenons à ne plus subir les séparations mais à les initier lorsqu’elles sont bien nécessaires afin de préserver notre intégrité tout court et notre intégrité mentale. En sophrologie comme en coaching ou en psychopratique il est possible d’opter pour des choix qui nous placerons dans une plus grande congruence (être aligné avec soi-même et adapté à nos propres valeurs).

L’importance d’analyser ses émotions

Quels messages pour quelles émotions ?

Je reprends cette semaine la série d’articles sur les émotions et leur analyse. Les visites sur la partie Blog sont en constante augmentation, je vous remercie donc pour votre fidélité.

Les émotions qui nous bloquent

Si nous sommes suffisamment en contact avec les autres et n’hésitons pas à faire des expériences dans des domaines variés (emploi, amitié, couple, apprentissages etc.) les émotions se succèdent au fil de la journée. Toutes ne sont pas « dignes » d’être analysées.

Pourtant les émotions qui nous « bloquent » ou nous mettent dans un état de mal-être sont toujours celles qui gagneraient à être analysées.

Ne pas laisser une émotion « vague » sans explications

Trop souvent les clients disent « ressentir » de la confusion ou un vague mal-être suite à un événement sans pouvoir définir exactement de quoi il s’agit. Ils offrent donc à ce mal vague une réponse vague et tout aussi imprécise. Il suffirait de se poser quelques minutes, de respirer, de pratiquer un exercice « coupe-pensées » pour revenir à l’émotion ressentie et pouvoir analyser le message qu’elle comporte. Apprendre de notre émotion, voici bien le but de la démarche ! Nous pouvons choisir de nous laisser démonter ou dépasser par certaines situations mais nous pouvons aussi choisir d’en tirer un profit sur le long terme. Posséder un cahier des émotions vives pourra, par exemple, nous permettre de cibler une récurrence et certains déclencheurs émotionnels.

Les émotions principales et leur message général

La Joie

Que nous soyons entourés lors d’un moment de joie ou au contraire tout seul, l’émotion Joie vient toujours nous récompenser pour quelque chose. Exemple : un étudiant en joie lorsqu’il apprend qu’il a réussi son examen. La liesse suite à un match remporté etc. Ou encore la joie momentanée de sortir d’une période compliquée et de pouvoir continuer sa route ensuite, même si elle peut s’avérer complexe. La joie peut être éphémère mais elle marque toujours une étape dans notre avancement personnel.

La tristesse

La question à se poser est de qui ou de quoi ai-je été coupé ? Quel est le lien qu’on m’a ôté ?

La peur

Face à une peur je peux me poser la question de savoir en quoi je me sens limité pour affronter un événement qui se profile à l’horizon ? Je dois savoir si mon intuition parle à ma place (ex: un homme qui ne m’inspire pas confiance, qui a une mauvaise énergie) ou si je sais pertinemment que je ne suis pas prêt (ex: je n’ai pas assez révisé un examen donc j’ai peur). Mais je peux aussi creuser davantage et voir si la peur que je ressens n’est pas celle de perdre mon temps tout simplement. Ex: On me propose une formation de 3 ans qui ne me permettra pas par la suite de travailler à temps plein, ni même à mi-temps. J’ai « peur » que le jeu n’en vaille pas la chandelle.

La colère

Posez vous la question suivante : en quoi ai-je été empêchée ? Si je suis en colère parce qu’un membre de ma famille ne m’a pas averti d’une sortie ou d’un événement intéressant auquel j’aurais pu me rendre alors j’ai été empêché dans ma capacité à prendre une décision ou à m’enrichir personnellement.

Capacité à démontrer l’émotion ou pas

Ces principales émotions vont parfois donner lieu à des expressions faciales et corporelles. Par contre des personnes présentant un TSA ou présentant un désintérêt général pour de nombreuses situations de la vie peuvent avoir l’émotion mais ne pas présenter d’expressions faciales, corporelles. Souvenons-nous que nous ne sommes pas égaux face à la démonstration émotionnelle. Ex: une personne peut se taire à l’annonce d’un décès, ne pas « démontrer » de chagrin et souffrir en silence.

Deux autres émotions plus personnelles

A ces émotions principales s’ajoutent deux émotions plus personnelles : le dégoût et la surprise. Nous n’avons pas du tout la même capacité les uns les autres à se laisser surprendre ou à afficher du dégoût pour un élément précis. Le dégoût nous renvoie à une image négative, la surprise à la mouvance permanente de la vie qui revient à nous dire : « Nous ne nous attendions pas à cela ! ».

Emotions connexes

D’autres sentiments assimilables à des émotions peuvent nous assaillir tout au long de la journée en fonction du niveau de : notre confiance en soi, notre estime de soi, notre capacité à prendre sur nous les problèmes de l’autre, notre sens du devoir etc. Ces émotions connexes qui dépendent de facteurs très personnels et de normes intimes sont la gêne, la honte, la culpabilité, la fierté, la confiance, l’envie, l’anticipation, l’intérêt ou le mépris.

Ces émotions connexes sont intéressantes à étudier en séance de sophrologie ou de psychopratique. Par exemple si j’apprends à gérer le regard des autres alors des émotions comme la gêne ou la honte peuvent disparaître de ma vie !

En comprenant que j’ai une loyauté trop poussée envers autrui je peux modérer chez moi l’émotion Culpabilité. Je peux apprendre à développer un mépris pour certaines choses que je n’estime plus du tout comme importantes dans ma vie (ex: les histoires négatives des autres, le pessimisme etc.)

Vous voulez en savoir davantage sur le travail des émotions ? N’hésitez pas à consulter mon offre de services : sophrologie, psychopratique, coaching…

7 piliers pour préserver son énergie

L’énergie est l’une de nos constituantes de base. Vous le savez il y a le corps, l’esprit et cette fameuse énergie qui anime le tout. Mais la période que nous vivons, l’époque entière, a apporté son lot de complexité aux méthodes naturelles de régénération énergétique…

Pensez en termes d’énergie et de vibrations

Pour exemple, le béton nous coupe des meilleures vibrations de la terre. La disparition de la nature et des espaces naturels au profit de la ville et des cités rend difficile le bol d’oxygène facilement pris d’antan… L’évolution galopante, les technologies, l’innovation influent sur l’environnement, le climat et notre état d’esprit. Nicola Tesla disait : « Si vous voulez trouver les secrets de l’univers, pensez en termes d’énergie, de fréquence, d’information et de vibration ». La fréquence vibratoire de notre planète a beaucoup changé en quelques décennies. Auparavant sa fréquence était stable et constante (7,83 Hz). Aujourd’hui elle est fluctuante et peut s’implémenter jusqu’à 150 Hz. Cette fréquence présente désormais des creux et des pics. Il y a donc un éveil spirituel mais paradoxalement se produit aussi un fort nivellement par le bas au sein même dans les comportements humains.

A notre niveau et personnellement nous ne pouvons que nous stabiliser en gardant un taux vibratoire correct et en évitant le parasitage venu de toutes parts. Mais comment faire ? Dans deux récentes vidéos je vous expliquai Comment augmenter votre taux vibratoire et je vous parlai aussi des éléments venant abaisser notre taux vibratoire. Vous pouvez visionner ces deux vidéos pour bien comprendre comment fonctionne notre énergie.

1. Prendre vraiment conscience de son énergie comme d’un précieux potentiel

Il ne peut y avoir de protection, selon moi, sans prise de conscience réelle. Si vous n’arrivez pas à ressentir l’existence palpable de cette énergie qui vous anime alors elle demeure un concept abstrait pour vous. Il est difficile de se battre pour l’existence d’un concept très abstrait. Mais si vous faites suffisamment d’exercices pour ressentir votre énergie, pour la façonner, la palper, lui donner vie à travers vos mains, la prise de conscience opèrera. Plus vous travaillez sur cette énergie mieux elle vous sert. En sophrologie, durant les exercices de relaxation dynamique nous pouvons ressentir cette énergie entre nos mains. C’est en effectuant des exercices sur le façonnage d’énergie chaque jour, que vous prendrez conscience qu’elle est là et que c’est votre réservoir d’amour de soi, d’action, de vitalité etc. Dès lors vous voudrez la protéger.

2. Protéger son énergie de façon basique

Très basiquement je protège mon énergie en m’offrant une nourriture saine, en me reposant lorsque je suis fatiguée, en me soignant lorsque je suis malade, en entretenant des projets et des pensées positives, en évitant la stagnation mentale. Si je stagne je dois LNT (Learn New Things) comme disent les anglosaxons, c’est à dire faire travailler mon cerveau en apprenant de nouvelles choses. Chaque matin, tous les jours, même le weekend, au lever, je prends un moment pour effectuer un exercice de protection en visualisation. Cela consiste à imaginer un cercle de feu autour de nous qui soit alimenté directement pas une substance céleste et bénéfique. Nous apprenons cet exercice lors des sessions de relaxation et de sophrologie. Il permet de ne pas perdre de l’énergie et de ne pas subir, par exemple, les conséquences de pensées parasites.

3. Eliminer les processus et les flux mentaux trop chargés

Beaucoup de clients arrivent avec une problématique facilement démontable. Par exemple : refuser un deuil après des années n’est pas un problème en soi, le problème c’est le refus d’une des lois naturelles de la vie qui dit que tout est mouvant. Avoir un souci et en parler sans cesse à tout le monde, c’est l’alimenter. Il prend de l’ampleur. Accepter que les choses sont telles qu’elles sont permet de préserver son énergie plutôt que de la gaspiller en considérations mentales sans fin et sans limite. Accepter, face à un problème, un écueil, de dire : « Les cogitations ne changent rien. Elles empirent la situation » permet de relativiser.

4. Demeurer dans l’état présent

Vivre dans le passé c’est se déprimer. Vivre dans le futur c’est angoisser pour ce qui va, ne va pas ou pourrait arriver… Seul l’instant présent nous permet de préserver notre énergie en temps réel. Apprendre à ramener l’esprit dans le corps lorsqu’il s’en éloigne (perte de concentration) est bénéfique.

5. A qui, à quoi je donne de mon pouvoir ?

Collaborer avec quelqu’un c’est lui concéder un peu de notre pouvoir personnel, c’est partager notre énergie, notre empreinte énergétique. Combien d’énergie suis-je d’accord de céder à l’autre ? Si je m’investis dans un projet à 5% je ne risque pas de voir mon énergie globale vaciller dans le mauvais sens en cas de problème. Décidez à qui vous voulez donner du pouvoir. Lorsque vous postez des photos de vous sur les réseaux sociaux, vous offrez de votre empreinte énergétique et vous accordez aux autres un certain pouvoir sur vous. Celui d’applaudir ou de critiquer, d’aimer ou de jalouser… En sortant du jeu des réseaux sociaux, vous aurez peut-être le sentiment de perdre une part de votre vie sociale mais aussi celle de retrouver votre intimité et votre énergie intacte ou presque. Dans un conflit il convient de ne pas accorder trop de pouvoir à autrui.

6. Éviter de côtoyer des gens jaloux et possessifs…

Les liens de possessivité agissent sur notre énergie même à distance. Dès lors qu’un lien existe avec une personne, il est conducteur. Exemple : Une jeune fille de 21 ans décide de s’éloigner de son conjoint trop possessif. Elle part poursuivre ses études à l’autre bout du monde et décide de laisser du temps à son couple « pour voir »… Mais son ami lui téléphone tous les jours. Il veut savoir qui elle voit et ce qu’elle fait. Elle ne se sent donc pas libre même au bout du monde. Elle a besoin d’une réelle coupure énergétique avec cette personne pour avancer dans son authenticité propre.

7. Ne pas former des basses pensées ou des pensées de vengeance

Dès que vous enviez quelqu’un pour ce qu’il est ou ce qu’il possède, vous créez des formes-pensées, des magmas de pensées sombres qui ont besoin d’énergie pour survivre. Donc ces pensées vous fatiguent. Heureusement pour éliminer ces parasites nés du mental il suffit d’entretenir des pensées d’amour et de diluer les liens avec les personnes qui provoquent chez vous de la jalousie ou des pensées de vengeance. Le pardon est un puissant outil de guérison également.

Voici une histoire véridique. Mme X, 42 ans, consulte pour un mal-être lié à son passé. Il y a quelques semaines elle a revu une de ses amies de lycée qu’elle n’estimait pas beaucoup à l’époque. Cette amie, Mme Y, l’invite au restaurant pour des retrouvailles. Mme X trouve que Mme Y n’a pas changé. Selon ses dires elle n’a pas beaucoup vieilli. Elle est mariée à un bel homme depuis longtemps, elle a de superbes enfants, une carrière valorisante. Sac en cuir, tenue coordonnée, esthétique ultra-soignée et look de femme d’affaire suffisent à faire douter Mme X d’elle-même… Le manque de confiance en soi de Mme X semble refaire surface… Mme X avoue qu’elle n’aurait jamais cru que Mme Y puisse un jour avoir une vie très réussie… Elle avoue aussi qu’au lycée Mme Y était son « faire-valoir ». Depuis qu’elle a ajouté Mme Y à ses réseaux sociaux, Mme X se rend malade : elle n’en revient pas de voir que chaque jour Mme Y poste des photos de ses petites réussites. Cela va de la tarte aux pommes parfaite, au repas dans un grand restaurant avec son mari en passant par les vacances en Suisse etc. En réalité Mme X ressent un sentiment de jalousie envers son amie de lycée. Ce sentiment est né d’une idée fausse qui est « Rien ne change jamais ». Elle se sent dépassée par les changements positifs constatés chez son ancienne amie. Elle s’était construite en pensant que son amie de lycée n’avait pas changé, qu’elle était toujours le faire-valoir des autres… Mais force est de constater que Mme Y a très bien profité de cet apprentissage. Aujourd’hui elle ne laisse plus personne lui barrer le chemin… Mme X, elle, met beaucoup d’énergie à essayer de comprendre pourquoi tout a si bien réussi à Mme Y plutôt que de se concentrer sur sa propre énergie. Puis un jour, en cours de thérapie, Mme X change son fusil d’épaule. Elle accepte l’idée que tout est mouvant et en mouvement constant. Alors elle décide de changer elle-même. Elle monte son entreprise à l’instar de Mme Y et commence à valoriser et à apprécier ce qu’elle a de bon dans la vie. Elle finit par conclure que Mme X est une « super penseuse positive » qui sait faire un grand succès d’une simple tarte aux pommes… Un peu de dérision lui permet de passer le cap de la comparaison. Je lui dis au passage que chacun a son énergie propre et que nous ne sommes pas tous faits pour faire les mêmes choses. Mme Y semble être une créative hyperactive depuis toujours. Ma cliente est plutôt casanière et n’aime pas tellement sortir de sa zone de confort. Mme Y n’est peut-être pas le bon modèle à suivre… Quoiqu’il en soit son mal-être disparait dès lors qu’elle utilise son énergie à se développer ELLE sans regarder ce que font les autres. Elle comprend que la vie est courte et que nous avons tous la possibilité d’agir avec notre énergie sur notre existence. Pour préserver son énergie elle décide de considérer désormais Mme Y comme une inspiratrice plutôt que comme une personne à envier. Mais elle comprend également que c’est elle seule qui décide ou non de donner à l’autre un pouvoir sur sa vie.

Vous souhaitez penser plus positif et apprendre vous aussi à préserver vos énergies et à les utiliser à bon escient ? Visitez la page Sophrologie de ce site

Est-ce de la stagnation, de la peur ou de la procrastination ?

Contraintes supplémentaires et stagnation nouvelle

L’époque actuelle paraît au premier abord compliquée à vivre. Depuis l’apparition de la pandémie de Covid, il devient plus difficile de faire des projets. Cela peut être une raison ou une excuse de faire ou de ne pas faire… Pour certains, la pandémie a été le déclencheur d’une forme de stagnation personnelle. Pour d’autre, peu décidés à s’adapter aux nouvelles contraintes, cette stagnation s’est avérée davantage professionnelle. Pour d’autres encore, au contraire, l’occasion de braver les interdits moraux et de se lancer dans une « fuite en avant » (avec voyages et contacts à outrance, bien plus qu’en temps normal !). Ici l’idée est plutôt de « profiter tant qu’on le peut ».

Mais dans la majeure partie des cas, la plupart des clients que je rencontre en cabinet m’expliquent tout simplement ne plus « arriver à passer à l’action » ou expérimenter une forme de « désespoir tranquille », un état auquel il est compliqué de mettre fin.

Stagnation voulue ou subie ?

Le changement, c’est pour quand ? Vous n’avez plus envie de vous investir dans un projet professionnel ou personnel ? Ce qui auparavant semblait revêtir pour vous une importance capitale vous paraît aujourd’hui inutile ? Vous avancez dans une optique de « peine perdue » ?

Alors comment faire la part des choses entre stagnation voulue ou subie, émotions de peur, usage de procédés de procrastination, stratégies d’évitement ?

Au cabinet je n’omets jamais de travailler en premier lieu sur les comportements cognitifs du client, sur ses habiletés sociales (et notamment sa capacité à mettre en marche les rouages d’une communication lors d’une demande précise à autrui) et sur les émotions. Conjointement l’histoire de ce qui amène à consulter est racontée car on estime que la solution est aussi dans le récit. L’écoute active est donc de mise.

Conséquences des émotions subies

Les émotions qu’on porte en nous aboutissent à différentes conséquences. Celles-ci sont personnelles et variées. Le simple fait de beaucoup parler plutôt que de passer à l’action face à une priorité est l’aboutissement d’une réaction de peur.

Le client peut assurer qu’il n’a pas peur d’un éventuel échec (ou même d’un éventuel succès) après le passage à l’action et pourtant avoir un frein cognitif profondément ancré en lui.

C’est en reconnaissant les émotions de chacun et en les analysant de façon didactique qu’on peut savoir dans quel état nous nous trouvons. Évoquer un manque de temps peut simplement être une résistance à la solution offerte.

En sophrologie, il est important, lors d’un travail qui dépasse de loin la relaxation et qui s’attache à résoudre un problème, de distinguer les conséquences d’une émotion. Quelles émotions et quelles distorsions animent le client (ex: paralysé par une peur ancrée / nourri par une distorsion de Sacrifice de soi) ? Comment en venir à bout ? Quelles méthodes proposer ?

Lorsque les tensions physiques et mentales s’estompent et sont « coupées » par des exercices dédiés, il devient plus aisé de voir le problème en face et d’y trouver des solutions rationnelles.

Manque de confiance en soi et stagnation

Stagner personnellement et professionnellement est souvent la réaction d’une peur de l’échec qui nous souffle « A quoi bon mettre en oeuvre un grand changement si l’échec est possible ? ». Mais parfois nous nous sentons également incapables de débuter un travail s’il est d’ampleur… Par où commencer ? Suis-je capable d’assumer de tels changements et une réorganisation de ma vie ? Il est douloureux d’abandonner des process inefficaces mais pourtant connus… Il y a là une question de Confiance en soi.

La peur qui entretient la stagnation est la résultante du manque de confiance en soi.

Stratégies d’évitement nocives

La procrastination est une stratégie d’évitement du passage à l’action qui renvoie à l’émotion peur d’échouer.

Se lancer sans se poser trop de questions, avec des objectifs réduits, permettra au client de multiplier les expériences de réussites qui existent en toute situation. Ne pas passer à l’action c’est s’empêcher de vivre des expériences correctives, celles qui favorisent l’apparition d’une brèche dans nos croyances les plus ancrées, les plus profondes.

Vous aimeriez mieux décrypter vos comportements et le pourquoi de certaines de vos actions ou de vos stagnations ? N’hésitez pas à visiter la page dédiée au Coaching en Suppression des Croyances limitantes. La communication relationnelle permet également de débloquer bien des situations.

Au secours ! Je stagne personnellement parlant

Sans être excitante tous les jours (ménageons notre coeur !) la vie ne devrait pas être un « long fleuve tranquille » ou une mer sans remous ni reliefs… Vivre c’est se remettre en question régulièrement, se questionner, remettre en questions nos vérités et nos fonctionnements dans un but ultime qui est d’évoluer… Celui qui reste bloqué dans ses schémas de pensée ou ses schémas comportementaux ne peut avancer… Il ne peut que subir sans apporter une réponse éclairée face aux challenges de la vie…

Deux manières d’évoluer ne se ressemblent pas. Nous pouvons évoluer avant que la vie ne nous force à le faire dans la douleur, car lorsqu’on tarde à résoudre un problème, il revient encore et toujours inévitablement… Résultat ? Stagnation et désespoir tranquille…

Dans cette vidéo je vous donne quelques astuces pour cesser de stagner dans votre vie personnelle.

Je suis Céline Baron, Sophrologue et Psychopraticienne installée sur Vichy. Je propose un Coaching en Suppression des Croyances limitantes qui saura vous aider à mieux cerner vos principales distorsions et croyances erronées et vous aidera à vous appuyer sur vos croyances portantes. Ce coaching s’adressent à ceux qui sont prêts à changer leur regard sur la vie et à remettre en cause leurs comportements dysfonctionnels. Frileux et frileuses, phobiques du changement, consultez plutôt la page Sophrologie ou Techniques de Communication ! Ce coaching demande une volonté forte et la pratique quotidienne des exercices préconisés.

Dénouer une situation de stress extrême

Vous vivez un stress professionnel et vous vous sentez à la limite du burn-out ? Vous êtes insupporté par certaines situations ou personnes ? Il vous semble traverser une véritable « loi des séries » ? Dans cette vidéo je vous livre quelques pistes pour faire face à un stress extrême ou à une situation très stressante et usante.

Dans toute situation de stress extrême n’oubliez pas de vous tourner en premier lieu vers votre médecin traitant. Il pourra valider avec vous le fait de débuter des séances de sophrologie ou vous indiquer un spécialiste.

Je suis Céline Baron, je travaille dans la communication relationnelle depuis 1999. Je suis également sophrologue certifiée et psychopraticienne certifiée. J’ai suivi de nombreuses formations sur le stress et la gestion des émotions. En sophrologie mes spécialités sont la Communication, le Sommeil, la Confiance en soi et la Gestion du Deuil. J’exerce sur Vichy dans l’Allier.

Pour toute question, merci d’utiliser le formulaire de ce site.

Intégrer le facteur Fréquence à sa routine de succès

Vaut-il mieux travailler en quelques longues séquences intensives ou miser sur l’amélioration une vingtaine de minutes par jour ? Quelle que soit votre routine de succès, que vous souhaitiez augmenter votre rentabilité au travail, mieux gérer votre vie personnelle ou mettre les bonnes cartes de votre côté pour changer de vie (déménagement, nouveau travail etc.), la Fréquence est un facteur qui boostera vos acquis et vos capacités. Même en concentration, s’exercer à se concentrer mieux quelques minutes par jour, est la base de la réussite. Que voulez-vous améliorer dans votre vie ? Quelle est votre routine de succès ? Venez y ajouter le facteur Fréquence pour voir vos capacités boostées ! Je vous propose cette courte vidéo pour comprendre tous les avantages d’inclure le facteur Fréquence à votre routine de succès quotidienne.

Je suis Céline Baron, sophrologue, psychopraticienne et coach en suppression des croyances limitantes, installée sur Vichy. Je suis à votre disposition pour vous aider à atteindre vos rêves et à définir vos meilleurs objectifs de vie !

Créer une routine de succès solide

Tous les grands le savent : une journée réussie et productive passe par une routine de succès fiable et éprouvée. Que vous soyez étudiant, salarié, free-lance, chef d’entreprise ou retraité, le succès de vos journées et donc le niveau de votre moral passe par l’organisation.

Créer une routine de succès est une étape primordiale pour celui qui veut s’offrir une qualité de vie et un confort mental. Bien peu de professions riment avec « spontanéité » et désorganisation. Lorsque les choses réussissent et nous réussissent c’est rarement un hasard. Il y a derrière toute une mentalité, un style de vie et la plupart du temps une volonté d’organisation conséquente.

Si vous vous couchez tard, vous vous lèverez tard aussi ou à l’heure mais vous serez fatigué physiquement et moralement. Par contre apprendre à se lever plus tôt et chaque jour à la même heure, prendre le temps de méditer avant de déjeuner ou d’aller promener votre chien calmement plutôt que dans la course matinale, autant d’éléments qui bâtiront un mental positif chez vous.

Comment bâtir une routine de succès efficace ?

J’aborde les grandes lignes de ce projet de vie fascinant dans la vidéo de développement personnel ci-dessous.

Sophrologue, psychopraticienne et coach en suppression des croyances limitantes installée sur Vichy depuis 3 ans et demi et à mon compte dans la communication relationnelle depuis 1999, je publie sur mon blog de courtes vidéos spontanées et tournées sur le vif. Je n’entends nullement devenir vlogueuse, maquilleuse ou éclairagiste… Ces vidéos sont justes à un moyen de vous faire connaître mes activités et de garder le lien avec tous mes clients, les anciens, les actuels et les futurs ! Chaque thérapeute, sophrologue, coach possède et doit posséder son propre style, aussi en visionnant ces vidéos vous saurez immédiatement si vous avez envie ou non de collaborer avec moi. « Aime, ris et surtout deviens la meilleure version de toi-même » pourrait être mon leit motiv.

Ces éléments qui augmentent le taux vibratoire

Nous sommes un corps certes, mais nous sommes aussi une belle énergie… Est-elle propre, est-elle claire ? Est-elle basse, normale ou plutôt élevée ? Les énergéticiens, les sophrologues et tous les professionnels travaillant sur les énergies tombent d’accord sur le fait que pour attirer à soi des expériences joyeuses et constructives et des rencontres positives, il faut vibrer à un certain niveau. En réalité nous communiquons avec et attirons à nous ce qui vibre à notre niveau. Il est donc important de vibrer « élevé ». Voyons dans cette vidéo certains éléments et comportements qui peuvent nous aider à vibrer plus haut et donc à être en résonance avec des énergies plus hautes.

Ces éléments qui abaissent notre taux vibratoire (vidéo)

Nous vibrons tous à un certain niveau. Plus nous nous nourrissons d’amour, de compassion, d’empathie, d’encouragements et de non jugement, mieux nous menons sainement notre vie, plus notre taux vibratoire est élevé. Il nous procure des situations de même niveau vibratoire. Si on vibre haut, ces expériences sont vraiment bénéfiques et intéressantes. Mais si nous plombons notre taux vibratoire et vibrons bas, nous attirons à nous des problèmes, des soucis, des situations décevantes. C’est pourquoi il est essentiel de pouvoir corriger nos comportements les moins sains et les plus négatifs, peut-être par de la sophrologie ou de la psychopratique, du coaching. Faire le point sur notre niveau vibratoire est une étape nécessaire à l’évolution personnelle.

Dans cette vidéo je vous explique ce qui vient plomber et abaisser votre taux vibratoire.

Je suis sophrologue et psychopraticienne certifiée installée sur Vichy. J’interviens également sur Cusset et Bellerive sur Allier.

Par ailleurs je propose à tous ceux qui souhaitent devenir la meilleure version d’eux-mêmes un Coaching en Suppression des Croyances limitantes et des cours de Technique Nadeau (méthode de régénération douce venue du Canada).