Deuil et chagrin : Comment la sophrologie peut aider à avancer ? 5 choses à faire et 5 choses à éviter lorsqu’on est en deuil

Le deuil fait partie de la vie. Bien malin celui qui s’en croit à l’abri. S’il y a une chose que j’ai pu apprendre en tant qu’humaine et que sophrologue c’est bien que chaque deuil est différent. Il n’y a pas deux deuils semblables. Si certains deuils paraissent moins complexes que d’autres, ce sentiment peut venir de la relation même entretenue avec le défunt et de la façon dont le deuil a pu être anticipé ou non. Mais dans les morts traumatiques, les accidents qui défient l’ordre des choses et du temps la complexité est souvent au rendez-vous.

Avec le Covid beaucoup de personnes ont été endeuillées ces dernières années. Ne pas avoir pu dire au revoir à l’être aimé, ne pas avoir pu assister normalement à des obsèques ou en avoir été privé pour cause de voyages suspendus durant la pandémie, voici autant d’écueils auxquels certains endeuillés se confrontent à l’heure actuelle.

Un procédé salvateur

Le deuil, même s’il se complique, est une étape salvatrice et nécessaire à maintenir notre équilibre psychique. Il y a une quarantaine d’années les étapes du deuil étaient théorisées par Elisabeth Kubler-Ross. Bien que les limites entre chaque étape du deuil soient « poreuses » (on ne passe d’une étape du jour au lendemain, des retours en arrière peuvent avoir lieu) elles sont aujourd’hui plus que définies. Chacune d’elles est absolument nécessaire à l’ensemble du parcours, de ce procédé qui n’est ni une honte, ni une situation à fuir !

Au cabinet de sophrologie lorsqu’on me consulte pour un deuil on est souvent « pressé d’en finir ». « Combien de séances pour terminer enfin ce deuil ? » demande-t-on. Si le soutien, l »écoute active et la visualisation bienveillante peuvent effectivement alléger certaines étapes du deuil, le but n’est pas de « presser » la personne endeuillée. En réalité et même si elle n’en a pas conscience, ces étapes aussi douloureuses soient-elles doivent être vécues afin d’atteindre une forme de reconstruction et de re-harmonisation intérieure. Comment dire et expliquer que certains deuils ne s’effectueront jamais totalement ?

Deuil et sophrologie

Vous l’avez compris tout est une histoire d’acceptation et de paliers à passer. Le travail et l’activité peuvent occuper l’esprit et aider à « coller » à la vie qui continue autour de l’endeuillé. Mais l’activité ne doit pas devenir un « refouloir »… En temps de deuil il nous faut accepter les sentiments, les souvenirs et certaines images comme des « invités », des hôtes de passage certes désagréables mais « formateurs » et « pédagogues ». Hélas pour chaque deuil même si le procédé est connu et éclairé, il faudra recommencer ce travail d’une façon différente. Notons au passage que tant qu’un deuil n’est pas terminé un nouveau deuil (même « moindre ») le réveillera parfois de façon violente car certains deuils peuvent rester bloqués au stade du déni (deuil « congelé » par exemple) ou au stade du marchandage (imaginer tout ce qu’on aurait pu proposer au défunt pour réparer la situation, la réalité ou imaginer tout ce qu’on serait prêt à faire pour voir revenir le défunt).

Développer des ressources dans le deuil

Hors de question de hâter le procédé ce qui serait une grave erreur au point de vue des lois naturelles. L’anamnèse par contre sera plus longue et plus poussée. Elle ne s’effectuera pas de manière ultra-formelle stylo en main mais plutôt dans une situation accueillante, détendue, si possible les yeux dans les yeux. A chagrin relationnel, aide relationnelle… Les exercices d’ancrage, de relaxation dynamique et de visualisation vont permettre de réveiller les ressources de chacun face au chagrin. Nous travaillons souvent sur une pensée comme « Mon chagrin est immense mais mes ressources sont plus immenses encore que mon chagrin. Je dois renouer doucement avec elles, les sortir de leur phase de veilleuse et les considérer comme des aides efficaces ». Bien-entendu j’étudie soigneusement avec mon client les déclencheurs de stress. Agir sur le stress et l’angoisse est ma priorité, le chagrin étant nécessaire. Le chagrin et les larmes viennent matérialiser les émotions et aident à ancrer la réalité dans l’inconscient du client. Les éviter serait absolument contre-productif.

5 choses que l’endeuillé devrait éviter

  • Fréquenter des personnes qu’il n’a aucune envie de voir ou qui ont des idées très carrées sur le décès et le deuil. Ces personnes paraissant peu émotives et très fortes refoulent souvent elles-mêmes leurs émotions. Elles ne sont aucunement à l’abri d’un regain de tristesse qui pourra se manifester bien plus tard, ce qui peut être beaucoup plus complexe à gérer. Etre triste et débuter son deuil lorsque tout l’entourage l’a résolu depuis des années est une situation peu confortable.
  • Prendre des grandes décisions dans cette période (changement d’emploi, déménagement, rupture, divorce, transformations physiques etc.) car le deuil est un « cocon » protecteur qui a son utilité. Il prépare le travail pour l’inconscient qui ne peut assimiler la « nouveauté » d’un seul coup bien-sûr…
  • Se forcer à continuer sa vie normale dans les débuts. Il peut être tentant de continuer comme si rien n’avait changé. Travailler peut être un bon moyen de se vider la tête et de se sentir utile ailleurs. Si le travail est recommandé à petite dose ou à dose normale, l’hyperactivité dans le but de « ne plus penser » est déconseillée.
  • Ne plus manger, boire, se laisser aller totalement sur le plan physique. Il est nécessaire de faire le minimum pour conserver une santé et un mental acceptables par soi-même et pour soi-même.
  • Entreprendre un grand voyage ou fuir au loin en pensant ainsi laisser sa tristesse sur place. Lors du deuil vous avez plus que jamais besoin de vos repères géographiques. Cependant les « baroudeurs » ont une vision assez différente de la chose. Notons que les personnes « baroudeuses » ont souvent un état d’esprit très différent des sédentaires. Pour elles la continuité s’écrit dans le voyage pas dans une tombe ou un lieu de recueillement. Mais ces idées sont très variables d’une personne à l’autre. Certains voudront rester à proximité de la tombe pour accompagner encore le défunt et lui parler quand d’autres ne ressentiront rien sur une pierre tombale et auront la certitude que l’esprit, lui, est ailleurs. Il y a cependant des gens qui qui bien que non attachés à la pierre ressentiront un réconfort en un lieu bien précis. C’est pourquoi le grand voyage dans les jours qui suivent le décés et durant un deuil douloureux est à éviter.

5 choses à faire lorsqu’on est endeuillé

  • Se reposer, dormir et boire beaucoup d’eau. La tristesse, le stress et le chagrin vous font consommer des calories. La tristesse constante est usante et épuisante. Si vous êtes à la phase de dépression du deuil, votre santé est impactée.
  • Consulter trop tôt (par exemple 2 jours après le décès s’il n’est pas un décès traumatique qui nécessite un soutien psychologique d’urgence) ou trop tard. Vous ressentirez vous-même les phases du deuil que vous êtes entrain de vivre et vous vous sentirez peut-être bloqué dans l’une d’elles.
  • Il y a une chose que je ne recommande pas pour en avoir vu plusieurs fois les effets néfastes sur le psychisme (cela n’engage que moi) ce sont les techniques dites « paranormales » pour contacter le défunt à savoir faire appel à un médium, à un spirite ou se lancer soi-même dans du spiritisme. De nombreux livres sur internet (souvent auto-édités) prônent ce genre de méthodes. Non seulement elles relèvent de la grande illusion (qui peut, oui, paraître réelle, preuves à l’appui…), n’offrent qu’un réconfort immédiat (en général l’endeuillé en veut toujours plus) mais elles vous rendent dépendant d’un tiers (qui peut être de bonne foi et être certain de contacter les défunts mais demeurer lui-même dans l’illusion). S’il était possible de communiquer réellement avec un défunt « comme au téléphone » chaque jour, les médecins le recommanderaient pour accélérer le deuil. Il y a cependant des techniques capables d’apaiser un deuil en utilisant l’image du défunt lui-même apaisé (EMDR, hypnose légère). Si le manque de contact à votre défunt vous est intolérable (comme c’est souvent le cas pour le deuil du fiancé, du conjoint…) rien ne vous empêche d’apprendre à vous relaxer et de profiter des petits signes qu’il peut vous faire depuis l’au-delà. Si vous êtes chrétien catholique vous avez certainement appris lorsque vous étiez enfant que « le lien demeure » même après la mort du corps physique. A travers la prière ce qu’on nomme « communion des saints » s’effectue. Ce peut être un réconfort de le comprendre pour l’endeuillé. Chacun selon sa religion ou ses croyances personnelles peut développer son intuition, sa conscience pour se rapprocher des idées qui peuvent l’apaiser. Si au cabinet il n’y a aucune coloration religieuse spécifique, j’accueille les croyances de chacun avec le même respect et la même empathie.
  • Si je ne recommande pas les techniques précédemment citées, il me semble que la tenue (sans contraintes) d’un journal de bord qui accueille toutes nos pensées, ressentis, toute notre tristesse, nos regrets, notre besoin de dire « pardon » ou « merci » au défunt est une bonne idée. Il ne s’agit pas de se transformer en écrivain mais plutôt de formuler ce que nous ressentons pour l’intégrer et l’exprimer. Le « journal de deuil » est strictement personnel. On peut envisager, lorsqu’on en est devenu capable, de le déposer dans un endroit significatif beaucoup plus tard, lors d’un voyage par exemple. A l’instar de ce jeune-homme qui écrivit le sien pour son frère disparu en mission militaire, et choisit de le déposer au Mont Athos en Grèce, un lieu symbolique pour eux deux. Le jour où il y déposa le cahier il eut le sentiment que « la boucle était bouclée » et qu’une nouvelle vie commençait, une vie dans laquelle il était plus fort qu’auparavant.
  • Trouver une oreille capable d’accueillir les propos et les sentiments sans juger, sans donner des conseils basiques jugés comme violents (« tourne la page » par exemple) est une bonne chose. Le mieux étant parfois de s’adresser à une personne n’ayant pas connu le défunt. A l’inverse parler du défunt et être capable de se remémorer les bons moments avec quelqu’un qui l’a aimé au moins autant que vous est vraiment utile.

A ceux qui ne sont pas en deuil

Face à l’endeuillé, les proches deviennent maladroits et voudraient que les choses rentrent dans l’ordre le plus vite possible. Il y a plusieurs raisons à ce comportement : les proches veulent demeurer dans une certaine image du bonheur qu’ils se font, ils aimeraient que l’autre agisse comme eux agiraient face au deuil (ce qui pour l’endeuillé peut résonner comme : « Sois un peu plus comme moi et un peu moins comme toi »…), le deuil leur évoque un moment difficile de leur propre vie ou une échéance inévitable etc.

Dire à un endeuillé : « Tourne la page » ou « La mort est un état de fait avec lequel il nous faut vivre » ou « Tu as eu de bons moments avec lui, maintenant tu dois reprendre ta vie » sont des propos injustifiés et injustifiables pour celui qui est en souffrance. Lors de la mort du premier amour, du conjoint ou de l’enfant, la page ne peut être tournée… Elle doit être revécue et redite, relue, re-explorée. L’histoire de la mort par elle-même doit être racontée et redite jusqu’à ce que notre inconscient l’accepte enfin. Il faut également accepter que certains deuils soient impossibles. Accepter que le monde puisse tourner sans la personne que nous aimions est un écueil en soi. Un crève-coeur. Il n’y a pas dans le deuil de « tout est bien qui finit bien ». C’est à chacun de trouver sa nouvelle raison de vivre, de tirer, s’il le souhaite une leçon (exemple : la vie est courte, profitons-en mieux !), de tisser un lien autre avec le défunt, d’accepter que l’énergie perdue demeure en peut-être ailleurs en nous, de développer chez lui les qualités du défunt qui lui manque tant… Il n’y a pas de règles et forcer l’autre à se plier à des règles de bienséance en matière de deuil demeure illusoire.

Le déni – La colère – le marchandage – la dépression – l’acceptation … et la reconstruction

sont des phases nécessaires. Il n’est pas possible de faire l’économie de l’une d’elles.

La sophrologie peut cependant vous aider à développer doucement et tranquillement des ressources intérieures au fur et à mesure que vous avancez dans ces phases complexes. Quand le deuil se prolonge et mène à des addictions ou à une perte de poids et d’intérêt pour le monde importante, consulter un psychologue ou un sophrologue est primordial. Il est important de vous souvenir de cette phrase : « Mon chagrin est immense mais j’ai confiance en le fait que mes ressources intérieures le sont davantage ».

Un livre utile :  » Sur le deuil et le chagrin » de Elisabeth Kubler-Ross et David Kessler. Il accompagnera votre deuil et vous permettra de bien comprendre les différentes phases de ce processus long et épuisant mais salvateur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s